Blanchiment d’argent

La lutte contre le blanchiment d’argent est indissociable des enquêtes sur les infractions qui y sont associées.

Le blanchiment d’argent consiste à dissimuler l’origine de fonds obtenus illégalement afin qu’ils paraissent être issus de sources légitimes. Il n’est souvent qu’une composante d’autres infractions plus graves telles que le trafic de stupéfiants, le vol avec violence et l’extorsion.

Le blanchiment d’argent touche tous les domaines, y compris ceux les plus inattendus comme la criminalité environnementale, et a connu un réel essor avec l’avènement des cybermonnaies telles que le bitcoin.

Les bandes organisées font circuler les fonds obtenus illégalement dans le monde entier via des banques, des sociétés-écrans, des intermédiaires et des sociétés de transfert de fonds en vue de les réinjecter dans des sociétés et économies légales. De nos jours, ces bandes font régulièrement appel à des mules qui agissent en qualité d’intermédiaires, lesquelles ne savent parfois même pas qu’elles transportent des fonds illicites.

Remonter la piste

La résolution d’affaires liées au blanchiment d’argent n’est possible qu’en enquêtant sur l’infraction initiale grâce à laquelle les fonds ont été obtenus. Les enquêtes financières visent donc à identifier l’origine, les mouvements et la localisation de ces fonds et à confondre les réseaux impliqués. Les avoirs obtenus illégalement peuvent alors être gelés ou confisqués et les auteurs de l’infraction initiale et du blanchiment d’argent poursuivis.

Collaborer avec la société civile

La coordination d’une réponse adaptée à ces phénomènes complexes nécessite une étroite collaboration avec nos organisations partenaires. Nous travaillons main dans la main avec le Groupe Egmont qui réunit 159 cellules de renseignement financier, le Groupe d’action financière (GAFI) intergouvernemental et les organismes régionaux de lutte contre le blanchiment d’argent rattachés au GAFI.

Les criminels ajoutent de nouvelles cordes à leur arc

Les opportunités de transférer des fonds illicites vers des organisations criminelles ne manquent pas, à l’instar de l’exploitation illégale du bois. Dans ce domaine, les autorités de police ciblent les financiers, les cartels spécialisés dans ce type d’exploitation et les avoirs illicites. En partenariat avec le ministère fédéral allemand de l’Alimentation et de l’Agriculture, nous avons initié un projet dont l’objectif est de renforcer les capacités des pays de la région Asie-Pacifique en matière d’enquêtes financières liées à la criminalité forestière.

Formation en Afrique de l’Ouest

Nous avons également lancé des initiatives destinées aux pays d’Afrique de l’Ouest en matière de renforcement de la coopération et des capacités d’enquête dans le cadre du blanchiment d’argent.