Cybercriminalité

Les cyberattaques ne connaissent aucune frontière et évoluent à un rythme soutenu, tandis qu’Internet facilite également certaines infractions plus traditionnelles.

Problématique

Piratage informatique. Logiciels malveillants. Zombies. Darknet. Cybercriminalité en tant que service.

Des termes et des expressions qui existaient à peine il y a une décennie font désormais partie du langage courant, sous la pression des malfaiteurs qui utilisent les nouvelles technologies pour commettre des cyberattaques contre les gouvernements, les entreprises et les particuliers. Ces infractions ne sont limitées par aucune frontière, physique ou virtuelle, elles sont particulièrement préjudiciables et représentent une menace bien réelle pour les personnes qui en sont victimes dans le monde.

Les « atteintes aux systèmes informatisés de traitement de données » se rapportent aux infractions affectant les ordinateurs et les systèmes informatiques, dont l’objectif est d’obtenir un accès non autorisé à un appareil ou d’interdire l’accès à un utilisateur légitime.

Les formes traditionnelles d’infractions ont aussi évolué, dans la mesure où les organisations criminelles privilégient de plus en plus Internet pour faciliter leurs activités et réaliser des bénéfices maximum en un minimum de temps. Ces infractions traditionnelles commises à l’aide d’Internet ne sont pas nécessairement nouvelles – comme le vol, la fraude, les jeux de pari illicites, la vente de faux médicaments – mais elles ont pris une nouvelle dimension en ligne.

La cybercriminalité évolue à un rythme incroyablement soutenu, et de nouvelles tendances ne cessent d’apparaître. Les forces de police doivent donc se maintenir au niveau des nouvelles technologies afin de comprendre les possibilités qu’elles ouvrent aux malfaiteurs et les outils qu’elles peuvent apporter dans la lutte contre la cybercriminalité.

Activités