Financement

Nos activités sont financées pour l’essentiel par des sources publiques.

Nos deux principales sources de recettes sont les contributions statutaires versées par nos pays membres et des financements volontaires destinés à nos activités.

En 2021, le montant total des recettes d’INTERPOL s’est élevé à 137 millions d’euros.

Contributions statutaires

Chacun de nos pays membres verse une contribution statutaire annuelle à INTERPOL. Cette contribution est obligatoire. Le montant versé individuellement est fixé tous les ans par l’Assemblée générale selon un barème adapté de celui des Nations Unies, qui repose fondamentalement sur le poids économique des pays.

En 2021, les contributions statutaires ont représenté 62 millions d’euros.

Elles financent en général les charges de fonctionnement du Secrétariat général ainsi que certaines activités essentielles de police, de formation et de soutien en fonction de nos priorités stratégiques.

Financement volontaire

Aujourd’hui, les besoins liés à la lutte contre la criminalité sont bien supérieurs aux ressources traditionnelles que les pays membres sont en mesure de mettre à disposition d’INTERPOL via le budget affecté à leur police. C’est pour cette raison que nous cherchons des partenariats et des financements supplémentaires dans le cadre de nos activités et projets spéciaux.

En 2021, les contributions volontaires (en numéraire et en nature) ont représenté 75 millions d’euros. Ces contributions peuvent être affectées ou non à une activité en particulier. Le soutien en nature prend la forme de personnel (25 % de nos effectifs sont constitués de policiers mis à disposition par les pays membres), de locaux et d’équipements.

Sources de financement volontaire

La plupart des contributions volontaires proviennent d’organismes publics, notamment de ceux chargés des questions de police, mais d’autres contributions moins importantes ont également été versées par des organisations internationales et non gouvernementales, des fondations et des entités privées. Par ailleurs, le Secrétariat génère directement une petite part des recettes.

95 % des contributions volontaires que nous recevons sont issues de partenariats avec des organismes publics.

Ces partenariats nous permettent de relever des défis communs dans le domaine de l’application de la loi au niveau international. En partageant leur expertise, leurs technologies et leurs ressources, les pays membres contribuent au succès de notre action conjointe contre la criminalité internationale.

La Commission européenne, le Ministère des Affaires étrangères de l’Allemagne, le Département d’État des États-Unis et Affaires mondiales Canada figurent au nombre des principales sources de financement volontaire (en numéraire) ces dernières années. Les contributions en nature les plus importantes proviennent de Singapour et de la France.

Des informations détaillées sur les contributions volontaires en numéraire reçues ces cinq dernières années sont publiées par année :

Financement 2021

Projets

Le financement volontaire en numéraire est essentiellement affecté à des initiatives régionales et de lutte contre la criminalité spécifiques. Nous gérons un grand nombre de projets bénéficiant d’un financement externe dans le cadre de nos trois programmes mondiaux : Antiterrorisme, Cybercriminalité et Criminalité organisée et Nouvelles formes de criminalité.

Gestion financière et audit

Notre gestion financière est régie par le cadre juridique d’INTERPOL : le Statut, le Règlement général et le Règlement financier.

Nos états financiers annuels, établis conformément aux normes comptables reconnues au niveau international, font l’objet d’un audit externe indépendant. Eu égard à la bonne pratique de renouvellement régulier des cabinets d’audit, en 2022, l’Office supérieur d’audit polonais a succédé au Bureau du vérificateur général du Canada, pour un mandat de trois ans.

Nous procédons à l’examen régulier de notre mécanisme de financement afin de garantir un cadre financier, juridique et éthique solide qui inspire confiance à nos membres et donateurs quant à l’utilisation de leurs contributions.