Criminalité forestière

Des forêts vivantes sont vitales pour la santé humaine. Nous démantelons les réseaux à l’origine de l’exploitation illégale du bois.

Problématique

Les malfaiteurs responsables de l’exploitation illégale du bois ne se contentent pas de détruire la biodiversité, ils menacent aussi l’existence des communautés qui dépendent des ressources forestières. Ainsi, le défrichement criminel peut entraîner des glissements de terrain et empêcher les communautés dépendantes des forêts d’avoir accès à l’alimentation, aux médicaments et aux combustibles.

L’exploitation illégale du bois contribue directement au changement climatique et représenterait près de 17 % des émissions mondiales de carbone, soit plus que les émissions combinées du trafic aérien, routier, ferroviaire, maritime et fluvial mondial. Le commerce illicite de bois génère des milliards de dollars tous les ans.

Les groupes criminels exploitent des essences d’arbres menacées très recherchées, comme le bois de rose et l’acajou, ils écoulent du bois planté de manière illégale par le biais de plantations et de sociétés de façade agricoles, et ils exploitent illégalement le bois dans des zones protégées, sur des terres autochtones ou en dehors des limites des concessions.

Les infractions peuvent être commises à toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement : de la récolte et du transport à la transformation et à la commercialisation. Elles sont souvent liées à d’autres activités illicites comme la fraude documentaire, la corruption et le blanchiment d’argent.

Global Timber Supply Chain

Notre réponse

L’équipe d’application de la loi INTERPOL Forêts appuie l’application de la loi en intervenant sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement du bois afin de démanteler les réseaux criminels internationaux. Nous fournissons une assistance aux pays membres de l’Organisation en mettant au jour les modes opératoires et les itinéraires de trafic, en améliorant l’échange de renseignements et en coordonnant les opérations et les enquêtes transfrontalières qui ciblent les réseaux impliqués dans la criminalité forestière.

Nous proposons des activités extensives de formation et de renforcement des capacités aux services chargés de l’application de la loi, avec des programmes nationaux et régionaux en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Nous aidons en outre les organisations de la société civile à se mettre en relation avec les services chargés de l’application de la loi afin de partager les renseignements sur l’exploitation illégale du bois et d’autres infractions forestières.

Projets et opérations

Projet Leaf

Le projet Leaf est notre initiative pour lutter contre l’exploitation illégale du bois et prendre dans un filet international les malfaiteurs qui exploitent et détruisent l’environnement. Dans le cadre de ce projet, nous lançons des opérations d’application de la loi révolutionnaires, fondées sur le renseignement, contre les individus impliqués dans l’exploitation illégale du bois.

Nous œuvrons à renforcer les compétences, les moyens et les capacités des services chargés de l’application de la loi en vue d’aider les pays à gérer de manière durable leurs ressources naturelles et à appréhender les malfaiteurs qui commettent des infractions forestières.

Opération Amazonas II (2015)

Cette opération a ciblé le commerce illicite de bois en provenance d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale. Elle a permis de saisir des stocks de bois d’une valeur de près de 47 millions de dollars américains et d’appréhender 328 individus.

Opération Log (2015)

L’opération Log a visé le commerce illicite de bois en provenance d’Afrique de l’Ouest. Elle a permis de saisir des stocks de bois de rose d’une valeur de près de 90 millions de dollars américains et d’appréhender 21 individus impliqués dans le commerce illicite de cette essence.

Opération Putumayo (2014)

Pilotée par le ministère public péruvien, cette opération a ciblé l’exploitation illégale du bois et les exploitations minières illégales le long des frontières entre le Pérou, la Colombie et le Brésil. Les saisies qui en ont résulté ont été estimées à 20 000 m³ de bois, d’une valeur de près de 31 millions de dollars américains.

Groupe de travail sur la criminalité forestière

Notre Groupe de travail sur la criminalité forestière est un groupe d’experts chargés de fournir un conseil stratégique en vue de renforcer l’efficacité des opérations d’application de la loi dans le secteur forestier. Il est à l’origine de plusieurs opérations couronnées de succès, notamment l’opération Amazonas II (2015) et l’opération Log (2015). Il élabore des orientations et des méthodologies, et il organise des formations pour une large palette d’acteurs luttant contre la criminalité forestière, qu’il s’agisse de services gouvernementaux ou de communautés rurales dépendant des ressources forestières.

Réseaux sociaux