Criminalité forestière

Des forêts vivantes sont vitales pour la santé humaine. Nous démantelons les réseaux à l’origine de l’exploitation illégale du bois.

Problématique

Les malfaiteurs qui se livrent à l’exploitation forestière illégale et au trafic de bois ne se contentent pas de détruire la biodiversité, ils menacent aussi l’existence des communautés qui dépendent des ressources forestières. Ainsi, le défrichement illégal peut entraîner des glissements de terrain et empêcher les communautés qui dépendent des forêts d’avoir accès à l’alimentation, aux médicaments et aux combustibles.

Du point de vue policier, la criminalité forestière recouvre les activités criminelles qui touchent le secteur forestier et portent sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, depuis la récolte et le transport jusqu’à la transformation et la vente. Elle désigne également les infractions pénales qui facilitent ces activités, notamment la fraude documentaire, la corruption et le blanchiment d’argent.

La criminalité forestière comprend :

  • L’exploitation illégale des espèces de bois menacées de grande valeur (dont beaucoup sont désormais inscrites sur la liste de la CITES) ;
  • L’exploitation illégale du bois dans des zones protégées, sur des terres autochtones ou en dehors des limites des concessions ;
  • Le blanchiment de bois abattu illégalement par le biais de sociétés de plantation et de société agricoles de façade;
  • La fraude documentaire et les fausses déclarations pour dissimuler les activités illégales et la fraude fiscale.

L’exploitation forestière illégale et le commerce international de bois abattu illégalement ont de graves répercussions économiques, sociales et environnementales. Par exemple :

  • Ces activités criminelles internationales représenteraient 15 à 30 % du commerce de bois mondial ;
  • Le commerce de bois illégal est estimé entre 51 et 152 milliards d’USD par an, ce qui entraîne des pertes considérables de recettes fiscales ;
  • L’exploitation illégale du bois est à l’origine de la déforestation, de la destruction d’habitats naturels et de l’extinction d’espèces, et elle contribue au réchauffement climatique ;
  • Les revenus illicites tirés des infractions forestières sont susceptibles d’être utilisés pour financer des conflits.
Chaîne d'approvisionnement mondiale du bois

Notre réponse

L’équipe d’INTERPOL chargée de la lutte contre la criminalité forestière appuie le travail mené par les services chargés de l’application de la loi d’un bout à l’autre de la chaîne logistique du bois afin de démanteler les réseaux criminels internationaux. Concrètement, nous apportons une aide aux pays membres concernant :

  • la mise au jour des modes opératoires et des itinéraires de trafic ;
  • la coordination des opérations et enquêtes transfrontalières qui ciblent les réseaux impliqués dans la criminalité forestière.
  • En outre, nous organisons des formations et le renforcement des capacités à destination des services chargés de l’application de la loi, dans le cadre de programmes régionaux et nationaux menés en Asie, en Europe et dans les Amériques. Nous aidons également les organisations de la société civile à se rapprocher des services chargés de l’application de la loi pour leur transmettre des renseignements sur les coupes illégales de bois et les autres infractions forestières.

Operations

Container control, Kenya National Police Service
Boat patrol, National Police of Panama (Policía Nacional de Panamá)
INTERPOL carries out training course on criminal investigation of forest fires
Container control, Kenya National Police Service
Air patrol, National Police of Peru (Policía Nacional del Perú)
Road control, Romanian Police (Poliția Română)
Investigation of forest fires, Spain’s Guardia Civil
Patrolling operations in the forest, Romanian Police (Poliția Română)
Patrolling operations in the jungle, National Police of Panama (Policía Nacional de Panamá)
Investigation of forest fires, Spain’s Guardia Civil
/
Opération Thunder (2021)

L’opération Thunder 2021 était une opération mondiale de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages et au bois organisée conjointement avec l’Organisation mondiale des douanes (OMD). Elle a mobilisé des agents des douanes, de la police, des cellules de renseignement financier et des services de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts de 118 pays.

Elle a donné lieu à des arrestations et à des enquêtes dans le monde entier en lien avec le trafic et la transformation, l’exportation et l’importation illégales d’espèces sauvages et de produits forestiers inscrits sur les listes de la CITES. Bien que les saisies les plus nombreuses concernent majoritairement les produits issus d’espèces sauvages, les quantités de bois saisies les plus importantes étaient elles aussi considérables. Ainsi, la plus grosse saisie de bois était de 75 320 kg, dont 313 m3 de bois de rose.

INTERPOL, en collaboration avec l’OMD, a identifié près de 300 suspects et mis au jour les nouvelles tendances et les nouveaux itinéraires de trafic.

 

Opération Amazonas IV (2018)

Dans le prolongement des précédentes opérations Amazonas, INTERPOL a planifié l’opération Amazonas IV comme une opération coup de poing fondée sur le renseignement. L’objectif était de repérer et de démanteler les réseaux criminels internationaux impliqués dans le trafic de bois d’Amérique centrale et du Sud. Elle a permis de saisir près de 12 000 m3 de bois et d’appréhender 209 personnes.

Opération Amazonas III (2017)

L’opération Amazonas III était une opération de lutte contre l’exploitation illégale du bois et les infractions forestières, menée par des unités spécialisées du Brésil, de la Colombie, de l’Équateur et du Pérou. Elle visait principalement à poursuivre des enquêtes transnationales sur des affaires passées et présentes liées à l’exploitation forestière illégale et au commerce illégal du bois. Elle a donné lieu à la saisie d’environ 12 000 m3 de bois d’une valeur estimée à 10 millions d’USD. Au total, 142 personnes ont été arrêtées et INTERPOL a publié plusieurs notices à l’encontre d’autres individus.

Opération LEAD (2017)

L’opération LEAD était une opération dirigée par les services chargés de l’application de la loi de plusieurs pays ciblant la criminalité forestière et les infractions connexes dans la région du Mékong. Les pays suivants y ont participé : Cambodge, Laos, Myanmar, Thaïlande et Vietnam. INTERPOL a joué un rôle de premier plan en facilitant la collaboration et l’échange systématique de renseignements entre les différents services concernés.

Dans le cadre de cette opération, INTERPOL a également apporté un soutien aux pays membres en matière d’analyse criminelle. Les pays participants ont signalé près de 700 affaires de criminalité forestière, qui ont abouti à la saisie d’environ 4 737 m3 de bois illégal et à l’arrestation de 242 personnes. Une notice mauve INTERPOL a également été publiée suite à l’opération.

Groupe de travail sur la criminalité forestière

Notre Groupe de travail sur la criminalité forestière est un groupe d’experts qui propose des conseils stratégiques en vue d’améliorer l’efficacité de l’action des services chargés de l’application de la loi dans le secteur forestier. Il élabore des orientations et des méthodologies, et organise des formations pour toute une série d’acteurs de la lutte contre les infractions forestières, depuis les organismes publics jusqu’aux populations rurales tributaires des ressources forestières.

Échange d’informations sur la criminalité

Notices INTERPOL

L’une des plus importantes fonctions d’INTERPOL est d’aider les polices de ses pays membres à échanger des informations essentielles relatives à la criminalité au moyen de son système de notices internationales.

La police peut utiliser les notices pour avertir les services chargés de l’application de la loi d’autres pays de menaces potentielles, ou pour demander une assistance en vue d’élucider des affaires criminelles.

Réunion régionale sur les enquêtes et les analyses d’affaires (RIACM)

INTERPOL organise des réunions sur les enquêtes et les analyses d’affaires afin de permettre aux enquêteurs de différents pays et régions d’échanger sur des affaires transnationales d’intérêt commun et de partager des informations.
Équipes d’appui opérationnel (OST)

INTERPOL peut apporter un appui technique spécifique à chaque affaire grâce à ses Équipes d’appui opérationnel. Ces équipes sont constituées de policiers et d’analystes ayant des compétences spécialisées en police technique et scientifique et en analyse, et possédant une expertise dans certains domaines de criminalité, qui apportent leur concours aux services nationaux chargés de l’application de la loi dans le cadre des enquêtes en cours.

Analyse criminelle

L’analyse criminelle est une aide au processus décisionnel pour les enquêteurs, les managers et les autres partenaires œuvrant dans le domaine de l’application de la loi, qui vise à leur permettre d’utiliser leurs ressources limitées de la manière la plus efficace et la plus rationnelle possible en veillant à l’adoption d’une approche policière fondée sur le renseignement.

Le Programme INTERPOL sur la sécurité environnementale produit des rapports d’analyse et fournit l’analyse criminelle nécessaire à la prise de mesures répressives résolues et avisées.

Fichier d’analyse sur les marchés illicites

Le fichier d’analyse sur les marchés illicites est une base de données de renseignement criminel créée pour recueillir des données auprès des pays membres d’INTERPOL.

Cette base de données contient des renseignements spécifiquement liés à la criminalité transnationale organisée concernant l’environnement, les marchandises illicites et la santé mondiale.

 

Réseaux sociaux