Reconnaissance faciale

La reconnaissance faciale est un outil biométrique relativement récent qui aide les forces de police à identifier une personne.

Le système de reconnaissance faciale d’INTERPOL est une application logicielle biométrique automatisée capable d’identifier ou de vérifier de manière unique l’identité d’une personne en comparant et en analysant des modèles basés sur ses caractéristiques et contours faciaux.

Il s’agit d’un outil biométrique relativement récent que les forces de police et d’autres services déploient dans les différentes régions du monde. Étant encore en phase préliminaire dans la plupart des pays, l’élaboration des normes et des bonnes pratiques est toujours en cours et INTERPOL contribue à cette tâche.

Notre application est opérationnelle depuis novembre 2016 et elle a permis d’obtenir plus de 60 concordances potentielles en 2017.

Facteurs intervenant dans l’identification faciale

À la différence des empreintes digitales et de l’ADN, qui ne changent pas au cours de la vie, la reconnaissance faciale doit tenir compte de différents facteurs, comme :

  • le vieillissement
  • la chirurgie plastique
  • les produits cosmétiques
  • la qualité de l’image
  • les effets de l’abus de drogues ou du tabagisme
  • la pose prise par le sujet

Nous procédons par conséquent à un processus manuel – que nous appelons « identification du visage » – afin de corroborer les résultats du système automatisé.

Quel en est le fonctionnement ?

Lorsqu’une image faciale (image de comparaison) est saisie dans le système, elle est automatiquement encodée par un algorithme qui produit une liste de « candidats » constituée à partir des profils enregistrés dans notre système et reprenant les concordances les plus vraisemblables.

L’image de comparaison est ensuite comparée manuellement à chacun de ces candidats par des policiers d’INTERPOL qualifiés et expérimentés qui examinent les images avec le plus grand soin en vue de trouver des caractéristiques uniques qui permettront de déterminer s’il s’agit d’un « candidat potentiel », d’un « candidat à écarter » ou d’un résultat « non concluant ».

Ces informations sont ensuite communiquées aux pays qui ont fourni l’image ou qui pourraient être concernés par le profil ou par une concordance.

Qualité des données

Un système de reconnaissance faciale précis et efficace doit s’appuyer sur des images faciales de bonne qualité. Une photo idéale serait une photo de passeport standard répondant aux normes de l’OACI, puisqu’il s’agit d’une image de face du visage complet du sujet, qui de plus est éclairée et bénéficie d’un fond neutre.

Recoupement avec les notices

Toutes les images de visage accompagnant les demandes de notices et de diffusions émanant des pays membres sont recherchées et sont enregistrées dans le système de reconnaissance faciale, dans la mesure où elles répondent aux critères de qualité stricts requis pour la reconnaissance.

Les pays membres peuvent également demander à effectuer une recherche de type « rechercher uniquement » sur le système, par exemple pour les personnes d’intérêt dont l’identité est vérifiée aux aéroports ou à d’autres points de passage des frontières.

Réunir les experts

Organisé tous les deux ans, le colloque international d’INTERPOL sur la dactyloscopie permet aux experts du monde entier de partager leurs bonnes pratiques et les dernières évolutions.

Nous organisons aussi deux fois par an les réunions du Groupe de travail sur les experts en reconnaissance faciale. Il s’agit d’un forum où les experts discutent des nouvelles technologies, des procédures d’identification, des besoins en formation et où ils élaborent les documents officiels nécessaires pour appuyer les pays membres dans l’application des bonnes pratiques dans cette science.