Projet Trace

Former les pays d’Asie du Sud-Est à l’exploitation des données en ligne dans le cadre des enquêtes en matière de lutte contre le terrorisme

Calendrier : août 2017 - février 2021

Budget : 2 millions d’EUR

Donateur : Affaires mondiales Canada

Résumé du projet

Le projet Trace vise à renforcer les capacités et les compétences en matière d’antiterrorisme des dix pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), à savoir le Brunéi Darussalam, le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Viet Nam.

Initiative d’une durée de trois ans à l’origine (2017 - 2020), il a été prolongé jusqu’en février 2021.

Le projet Trace s’adresse aux fonctionnaires des unités nationales antiterroristes, à ceux chargés du renseignement et des enquêtes au sein des unités de lutte contre la cybercriminalité, et aux agents de tout autre service national investi d’une mission d’enquête sur l’utilisation d’Internet à des fins terroristes et de lutte contre cette pratique.

Ce projet a apporté aux participants les compétences, les outils et les méthodes nécessaires pour rassembler et exploiter les informations provenant de plateformes en ligne, notamment de médias sociaux, aux fins des enquêtes antiterroristes.

La première session de formation de base du projet s’est tenue au Bangladesh et a été consacrée aux méthodes d’analyse appliquées à la lutte contre l’utilisation d’Internet à des fins terroristes.
La première session de formation de base du projet s’est tenue au Bangladesh et a été consacrée aux méthodes d’analyse appliquées à la lutte contre l’utilisation d’Internet à des fins terroristes.
Les participants se sont formés à l’utilisation d’un logiciel d’analyse spécialisé.
Les participants se sont formés à l’utilisation d’un logiciel d’analyse spécialisé.
Des fonctionnaires des unités de lutte contre la cybercriminalité et le terrorisme et des Bureaux centraux nationaux INTERPOL (B.C.N.) de 10 pays ont participé à la formation.
Des fonctionnaires des unités de lutte contre la cybercriminalité et le terrorisme et des Bureaux centraux nationaux INTERPOL (B.C.N.) de 10 pays ont participé à la formation.
Après avoir suivi la formation de base en février au Bangladesh, les participants ont pu consolider leurs compétences et leurs connaissances lors de la session de perfectionnement, qui s’est tenue à Hanoï (Viet Nam) en juillet 2018.
Après avoir suivi la formation de base en février au Bangladesh, les participants ont pu consolider leurs compétences et leurs connaissances lors de la session de perfectionnement, qui s’est tenue à Hanoï (Viet Nam) en juillet 2018.
Les droits de l’homme, les questions de droit et de genre, les normes en matière de recueil d’éléments de preuve et les techniques d’enquête faisant appel aux sources ouvertes et aux médias sociaux étaient au programme de la session de perfectionnement.
Les droits de l’homme, les questions de droit et de genre, les normes en matière de recueil d’éléments de preuve et les techniques d’enquête faisant appel aux sources ouvertes et aux médias sociaux étaient au programme de la session de perfectionnement.
Des exercices de simulation ont permis aux participants de mettre en pratique les connaissances et compétences qu’ils avaient acquises lors des précédentes formations organisées dans le cadre du projet Trace.
Des exercices de simulation ont permis aux participants de mettre en pratique les connaissances et compétences qu’ils avaient acquises lors des précédentes formations organisées dans le cadre du projet Trace.
Dans le cadre d’une simulation d’enquête antiterroriste, les participants ont effectué des recherches en ligne et réalisé des analyses sur les plans stratégique, opérationnel et tactique.
Dans le cadre d’une simulation d’enquête antiterroriste, les participants ont effectué des recherches en ligne et réalisé des analyses sur les plans stratégique, opérationnel et tactique.
Des participants à l’exercice de simulation qui s’est tenu durant deux jours au Complexe mondial INTERPOL pour l’innovation, à Singapour, en août 2018.
Des participants à l’exercice de simulation qui s’est tenu durant deux jours au Complexe mondial INTERPOL pour l’innovation, à Singapour, en août 2018.
Le cycle de première année de formation du projet Trace consacré à la lutte contre l’utilisation d’Internet à des fins terroristes s’est achevé en octobre 2018. Quinze personnes ont participé à la formation de formateurs qui s’est tenue durant une semaine à Vientiane (Laos).
Le cycle de première année de formation du projet Trace consacré à la lutte contre l’utilisation d’Internet à des fins terroristes s’est achevé en octobre 2018. Quinze personnes ont participé à la formation de formateurs qui s’est tenue durant une semaine à Vientiane (Laos).
Les participants ont appris à transmettre utilement leurs connaissances à leurs pairs et collègues et à dispenser des formations conformément aux normes de l’Organisation, afin que le projet bénéficie à davantage de personnes et produise des effets durables.
Les participants ont appris à transmettre utilement leurs connaissances à leurs pairs et collègues et à dispenser des formations conformément aux normes de l’Organisation, afin que le projet bénéficie à davantage de personnes et produise des effets durables.
Atelier organisé dans le cadre du projet Trace
Atelier organisé dans le cadre du projet Trace
Formation organisée dans le cadre du projet Trace
Formation organisée dans le cadre du projet Trace
Project Trace Option 2
Project Trace photo
/

Activités menées dans le cadre du projet

Les activités de formation comportent trois cycles, qui ciblent chacun un public différent.

Chaque cycle se compose des activités suivantes :

  • Formation de base d’une semaine consacrée à la lutte contre l’utilisation d’Internet à des fins terroristes ;
  • Formation de perfectionnement d’une semaine consacrée à la lutte contre l’utilisation d’Internet à des fins terroristes ;
  • Don de logiciels et formation à l’utilisation de logiciels spécialisés ;
  • Session de formation de formateurs ;
  • Exercice de simulation permettant aux participants d’acquérir une expérience pratique.

Chaque activité répond à cinq objectifs :

  • Comprendre comment exploiter les renseignements provenant de sources ouvertes (OSINT) et de médias sociaux (SOCMINT) dans le cadre d’une enquête pénale ;
  • Comprendre comment utiliser les capacités policières d’INTERPOL, notamment ses bases de données et ses différents types de notices ;
  • Comprendre les bonnes techniques de recueil et de conservation des éléments de preuve numériques ;
  • Utiliser les techniques de réalisation d’organigrammes pour faciliter les analyses ;
  • Comprendre comment demander des informations à des tierces parties (INTERPOL, autres services chargés de l’application de la loi, fournisseurs d’accès à Internet, entreprises de télécommunications, etc.).

Formation en ligne

Malgré la pandémie de coronavirus, le projet Trace a poursuivi ses formations dans la région sous la forme de deux cours en ligne privés en petits groupes.

Le premier – la Formation intensive (bootcamp) sur les éléments de preuve numériques – a duré huit semaines, de juin à août 2020. Cette formation démystifie les concepts liés aux éléments de preuve électroniques et permet aux participants de mieux déterminer l’authenticité, la fiabilité et l’intégrité de ces éléments.

Ce sont au total 49 membres des services chargés de l’application de la loi qui ont suivi la troisième édition de ce cours, initialement élaboré en 2019 en collaboration avec le laboratoire de recherche et d’enquêtes en criminalistique numérique de l’université de Dublin (DigitalFIRE).

Le deuxième cours en ligne – Principes de base des enquêtes faisant appel aux sources ouvertes – a été élaboré récemment par l’équipe du projet Trace. Il a pour but de renforcer les compétences et la capacité des enquêteurs des services chargés de l’application de la loi à mener des investigations sur les sources ouvertes de manière sûre et efficace. La formation a duré six semaines, d’octobre à décembre 2020, et réuni 107 participants au total.

Ces deux formations sont proposées par l’Académie virtuelle d’INTERPOL, une plateforme d’apprentissage numérique qui regroupe des cours enregistrés, des contenus permettant à chacun d’étudier à son rythme, des webinaires diffusés en direct et des exercices.

Pilotage du projet

Un Comité de pilotage constitué d’un représentant de chacun des pays bénéficiaires supervise la mise en œuvre du projet. Il a pour mission de conseiller sur les diverses activités réalisées dans ce cadre et d’approuver ces activités, afin d’obtenir une participation aussi large que possible et des résultats pérennes.