Détection de combattants terroristes sur les frontières maritimes lors d’une opération d'INTERPOL

19 septembre 2019
Operation Neptune II a été menée dans sept ports maritimes des six pays participants – Algérie, Espagne, France, Italie, Maroc et Tunisie

LYON (France) - Une opération coordonnée par INTERPOL sur les frontières maritimes a permis la détection de plus d'une douzaine de personnes soupçonnées d’être des combattants terroristes étrangers traversant la Méditerranée.

L’opération a bénéficié du soutien d’une équipe d’INTERPOL sur le terrain.
L’opération a bénéficié du soutien d’une équipe d’INTERPOL sur le terrain.

L'opération Neptune II (24 juillet - 8 septembre) visait les menaces posées par ces individus soupçonnés d'utiliser les liaisons maritimes entre l'Afrique du Nord et l'Europe du Sud pendant la haute saison touristique.

Neptune II a été entreprise pendant la haute saison touristique estivale.
Neptune II a été entreprise pendant la haute saison touristique estivale.

Avec le soutien d'une équipe d'INTERPOL sur le terrain, l'opération s’est appuyée sur le renseignement criminel pour viser les réseaux criminels impliqués dans la traite des êtres humains, le trafic de migrants, d'armes à feu et les stupéfiants.

Opérant depuis sept ports maritimes des six pays participants – Algérie, Espagne, France, Italie, Maroc et Tunisie – les équipes ont effectué plus de 1,2 million de recherches sur les bases de données d’INTERPOL spécialisées dans les documents de voyage volés ou perdus, les données criminelles et les véhicules volés, par l’intermédiaire du réseau mondial de communication sécurisé d’INTERPOL - I-24/7.

L’opération a permis l’ouverture de 31 nouvelles enquêtes, dont plus de 12 liées à la circulation de personnes soupçonnées de terrorisme.

Les agents dans les ports maritimes ont procédé à plus de 1,2 million de recherches dans les bases de données mondiales d’INTERPOL.
Les agents dans les ports maritimes ont procédé à plus de 1,2 million de recherches dans les bases de données mondiales d’INTERPOL.
L’opération Neptune II a abouti à 31 pistes d’enquête, dont 12 liées aux déplacements d’individus soupçonnés de terrorisme.
L’opération Neptune II a abouti à 31 pistes d’enquête, dont 12 liées aux déplacements d’individus soupçonnés de terrorisme.
L’opération reposait sur la coopération interservices internationale, régionale et nationale.
L’opération reposait sur la coopération interservices internationale, régionale et nationale.
L’opération fondée sur le renseignement ciblait également la traite d’êtres humains, le trafic de migrants, le trafic d’armes à feu et le trafic de drogue.
L’opération fondée sur le renseignement ciblait également la traite d’êtres humains, le trafic de migrants, le trafic d’armes à feu et le trafic de drogue.
L’opération Neptune II portait sur les menaces liées aux CTE présumés susceptibles d’utiliser les liaisons maritimes entre l’Afrique du Nord et l’Europe du Sud.
L’opération Neptune II portait sur les menaces liées aux CTE présumés susceptibles d’utiliser les liaisons maritimes entre l’Afrique du Nord et l’Europe du Sud.
Operation Neptune II was carried out at seven seaports in six countries: Algeria, France, Italy, Morocco, Spain and Tunisia.
Operation Neptune II was carried out at seven seaports in six countries: Algeria, France, Italy, Morocco, Spain and Tunisia.
/

"Lorsque l’information est partagée entre les régions sur les réseaux internationales d’INTERPOL, chaque vérification, contrôle ou fouille aléatoire aux frontières peut permettre de faire avancer une enquête terroriste," a déclaré le Secrétaire Général d’INTERPOL Jürgen Stock.

"Cela met clairement en évidence le rôle fondamental du « système d’alerte » mondial d’INTERPOL qui perturbe les déplacements de personnes liées à des activités criminelles et terroristes," a ajouté le chef d'INTERPOL.

La résolution 2178 (2014) du Conseil de sécurité de l’ONU reconnait officiellement que l’échange d’informations par le biais des systèmes mondiaux d’INTERPOL est fondamental dans l’identification et la prévention des déplacements des combattants terroristes étrangers.

Les bases de données d’INTERPOL contiennent actuellement des renseignements détaillées sur plus de 50 000 combattants terroristes étrangers et environ 400 000 éléments d’informations relatives au terrorisme.

L'opération a en outre souligné l’importance de la coopération internationale, régionale et nationale entre différentes agences dans le cadre du renforcement de la sécurité, avec la participation d'experts de l'Agence européenne des frontières et de la Garde côtière (Frontex) et de l'Organisation mondiale des douanes (OMD).