Accès aux bases de données sur le terrain

Les agents des postes-frontières peuvent contrôler des personnes, des marchandises, des véhicules et des navires à l’aide des millions d’entrées répertoriées par INTERPOL.

Fonctionnement

Nos pays membres bénéficient d’un accès en temps réel à toutes nos bases de données criminelles, qui contiennent des millions d’entrées et sont alimentées par les pays. Ils peuvent étendre cet accès à leurs agents chargés de l’application de la loi postés dans les aéroports, les ports maritimes et aux frontières terrestres.

Les contrôles aux frontières dans les bases de données d’INTERPOL permettent aux agents d’obtenir des informations en temps réel et de détenir des criminels présumés directement sur place. Les pays peuvent également recouper ces données avec celles contenues dans leurs bases de données nationales.

« L’absence de contrôle des documents d’identité dans les bases de données d’INTERPOL constitue une faille de sécurité. » Jürgen Stock, Secrétaire général d’INTERPOL
Bases de données opérationnelles pour les contrôles de premier niveau 
  • Documents de voyage volés ou perdus, comprenant notamment les documents déclarés volés vierges ou invalidés ;
  • Notices : le système INTERPOL d’alertes internationales et de demandes de coopération répondant à un code couleur ;
  • Données nominatives : données à caractère personnel et antécédents judiciaires d’individus faisant l’objet d’une demande de coopération ;
  • Documents de voyage associés aux notices ;
  • Véhicules volés et pièces détachées identifiables ;
  • Navires et moteurs volés ;
  • iARMS : armes à feu illicites.
Les agents des services de contrôle des frontières peuvent contrôler l’identité d’un voyageur dans les bases de données d’INTERPOL à des points de contrôle fixes et mobiles.

Poursuite de l’enquête

Lorsqu’un criminel présumé voyageant à l’aide d’un document frauduleux ou à bord d’un véhicule volé est détenu, les officiers de police ont besoin de données corroborantes afin de poursuivre leur enquête, qu’ils pourront certainement trouver dans les bases de données spécialisées d’INTERPOL.

Bases de données médico-légales pour les contrôles de deuxième niveau :
  • Edison : spécimens de documents de voyage authentiques afin d’aider à mieux détecter les faux ;
  • Dial-Doc : alertes nationales relatives aux types de contrefaçons de documents de voyage récemment mis au jour ;
  • Empreintes digitales ;
  • Profils ADN ;
  • IBIN : données balistiques.
Frontline database access