Faux monnayage

Cela fait près d’un siècle que nous fournissons des outils et recommandations dans le cadre de la lutte contre le faux monnayage.

Une mission unique et historique

L’une des premières missions à l’origine de la création d’INTERPOL a été la répression du faux monnayage international, laquelle a par la suite été entérinée dans la Convention de Genève de 1929. Cette reconnaissance témoigne de l’importance de la lutte contre le faux monnayage, qui affaiblit la valeur de la vraie monnaie, génère de l’inflation et peut déstabiliser notre système économique.

De nos jours, les criminels bénéficient d’un accès relativement facile aux technologies, au matériel et au savoir-faire nécessaires pour s’adonner à la contrefaçon. Il s’agit d’une activité lucrative qui permet généralement de financer d’autres activités illégales comme la traite d’êtres humains, le trafic de stupéfiants ou encore le terrorisme.

Tout comme les techniques de contrefaçon, les outils et services que nous proposons à nos pays membres sont de plus en plus sophistiqués. Cette offre comprend des bases de données techniques, un appui en matière de police scientifique, des formations et une assistance opérationnelle.

Outils et services en ligne

L’échange d’informations entre les pays et avec le secteur financier est crucial si nous voulons endiguer la fabrication et la distribution de fausse monnaie. INTERPOL favorise cet échange sur des questions opérationnelles, telles que la saisie de faux billets et la fermeture d’imprimeries clandestines.

Nous dispensons par ailleurs des formations à la communauté des services chargés de l’application de la loi ainsi qu’à d’autres acteurs, comme les établissements financiers, afin de les doter des connaissances, compétences et bonnes pratiques en matière de détection et d’enquête sur le faux monnayage.

Nous mettons à disposition des utilisateurs autorisés divers outils en ligne via notre réseau de communication sécurisé I-24/7 :

  • Alertes de contrefaçon : informations sur de faux billets découverts à l’échelle internationale (hors USD et EUR), accompagnées d’une analyse approfondie ;
  • Statistiques sur la fausse monnaie : rapports statistiques annuels répertoriant les quantités et les types de faux billets déclarés par nos pays membres ;Messages d’alerte précoce : alertes détaillées publiées par la Banque centrale européenne et Europol concernant de faux billets en euros ;
  • Base de données Documentchecker Banknotes de Keesing Technology : base de données de référence en ligne permettant de contrôler et d’authentifier plus de 4 800 billets de banque, comprenant une bibliothèque de plus de 70 000 photos de billets et des informations détaillées sur leurs dispositifs de sécurité.

Laboratoire de police scientifique

Nous disposons d’un laboratoire d’analyse de la fausse monnaie et des faux documents de sécurité qui apporte un appui en matière de police scientifique aux enquêteurs. Ce laboratoire propose les services suivants :

  • Acquisition, analyse et conservation des spécimens des nouveaux billets mis en circulation ;
  • Analyse, classification et conservation des faux billets ;
  • Affectation d’un numéro « indicatif » international aux faux billets découverts (hors USD et EUR) afin d’identifier des lots de production ;
  • Production de rapports d’analyse technique.

Collaboration avec les plus grands établissements financiers

Le faux monnayage est un problème que les services chargés de l’application de la loi ne peuvent pas régler seuls. INTERPOL travaille en étroite collaboration avec les autres acteurs concernés que sont les autorités émettrices de monnaie, les banques centrales et les entreprises du secteur de l’impression sécurisée, telles que :

  • le Centre d’études monétaires latino-américaines ;
  • la Banque centrale européenne ;
  • la Direction générale des Affaires économiques et financières de la Commission européenne ;
  • le Groupe de travail « Documents » du Réseau européen des instituts de police scientifique (EDEWG-ENFSI) ;
  • Europol ;
  • le Groupe consultatif en matière de répression du Groupe de dissuasion de la contrefaçon des banques centrales ;
  • le Secret Service des États-Unis.

Documents associés

Faux monna.pdf731.97KB