Projet Sharaka

Lutte contre le terrorisme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Le renforcement de la sécurité des frontières constitue la première ligne de défense pour empêcher les déplacements des terroristes.

Financé par l’Union européenne, le projet Sharaka rend les outils policiers et l’expertise d’INTERPOL accessibles aux agents de terrain de huit pays : l’Algérie, l’Égypte, la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc, l'état de Palestine et la Tunisie.

Il vise à aider ces pays à repérer et intercepter des individus et groupes terroristes via l’utilisation technologies, le renforcement des capacités et la préparation d’opérations policières.

Empêcher les terroristes de franchir les frontières

Le projet Sharaka relie les agents de terrain au réseau I-24/7 (le système mondial sécurisé de communication policière d’INTERPOL), en particulier dans les aéroports, les ports maritimes et aux frontières, afin qu’ils puissent partager des renseignements en temps réel et accéder à nos bases de données criminelles mondiales.

Les documents de voyage volés étant largement utilisés par les terroristes, notamment les combattants terroristes étrangers revenant des zones de conflit, il est crucial que les gardes frontières bénéficient d’un accès direct à la base de données sur les documents de voyage volés ou perdus d’INTERPOL.

Ce projet veille à ce que les six pays participants disposent de l’expertise, du matériel et des compétences nécessaires pour lutter contre le terrorisme. Les agents de terrain sont formés à l’utilisation des bases de données criminelles mondiales d’INTERPOL lors d’enquêtes et d’opérations régionales.

Générer des renseignements au niveau régional

Les enquêtes de terrain sont étayées par des renseignements stratégiques recueillis collectivement par les pays participants. Ainsi, ils peuvent comprendre le mode de fonctionnement des réseaux terroristes, détecter les nouvelles menaces et émettre des alertes précoces à travers la région.

Le projet « INTERPOL South » - « Sharaka » est financé par l’Union européenne. Les points de vue exprimés dans le présent document ne sauraient en aucun cas être considérés comme reflétant la position officielle de l’Union européenne.

Project Sharaka Visual