Projet Millennium

Le projet Millennium aide les pays à identifier les personnes et les sociétés qui se cachent derrière la criminalité organisée transnationale eurasienne.

Criminalité organisée eurasienne

Le projet Millennium facilite l’échange d’informations liées aux enquêtes pouvant aider nos pays membres à identifier les personnes et les sociétés qui se cachent derrière la criminalité organisée transnationale eurasienne.

Ces groupes criminels sont pour la plupart originaires d’Europe de l’Est et du Caucase. Ils commettent des infractions dans de nombreux domaines et sévissent en Europe occidentale, en Europe centrale, en Europe du Nord, en Amérique du Nord ainsi qu’au Moyen-Orient.

Tous ces groupes se livrent à des activités criminelles fortement structurées. Certains bénéficient de la protection d’officiels corrompus ou influencés par la criminalité qui les mettent à l’abri de la loi.

L’équipe du projet Millennium fait régulièrement le point sur le paysage de la criminalité organisée eurasienne en s’appuyant sur les informations fournies par nos Bureaux centraux nationaux.

Organized crime

Partage des renseignements

Le fichier d’analyse criminelle Millennium fournit aux pays participants des données sur les membres de haut rang de groupes de criminalité organisée russophones. Il contient notamment les informations suivantes :

  • données à caractère personnel ;
  • données biométriques ;
  • associés connus ;
  • liens avec les organisations de criminalité organisée ;
  • lieux d’opération et d’influence ;
  • éléments d’identification personnelle (tatouages, caractéristiques physiques).

En partageant de manière proactive leurs renseignements et en enrichissant le fichier d’analyse, les polices sont mieux armées pour agir localement avec le soutien de données mondiales.

« Voleurs dans la loi »

Les « voleurs dans la loi », encore appelés « voleurs professant le code », se trouvent au sommet de la hiérarchie criminelle, et ils exercent une influence et un contrôle sur des groupes perpétrant différentes infractions telles que :

  • trafic de drogues, traite d’êtres humains, trafic de véhicules et trafic d’armes à feu ;
  • assassinats commandités ;
  • extorsion ;
  • criminalité financière et blanchiment d’argent.

De nationalité diverse, ils peuvent être Russes, Géorgiens, Arméniens ou Biélorusses.

Pour les pays du projet Millennium, les « voleurs dans la loi » constituent un domaine d’enquête prioritaire.

Les « voleurs dans la loi » suivent leur propre code d’honneur et leur propre déontologie qui régissent leur comportement criminel.

Ils versent une contribution à « l’obshak », un fonds criminel commun valant plusieurs milliards. Cet argent est ensuite investi sur les marchés financiers, dans l’immobilier et dans des sociétés, et il est géré par les membres les plus hauts placés et les plus influents.

Cet argent est investi dans des sociétés légitimes – les « voleurs dans la loi » exercent souvent une influence forte sur les activités d’un secteur spécifique et peuvent le contrôler – ainsi que dans des sociétés-écrans utilisées pour le blanchiment d’argent. En d’autres termes, ces fonds criminels sont générés et distribués par le biais de canaux légaux et de canaux illégaux, avec de graves répercussions sur l’économie mondiale.

Groupes de travail

Un groupe de travail projet Millennium se réunit régulièrement afin que les officiers chargés de l’application de la loi puissent partager leurs expériences, échanger des renseignements, identifier les tendances émergentes ainsi que les modes opératoires des groupes de criminalité eurasiens.

Projet Millennium
Réunion du projet Millennium à Lviv, en Ukraine (2018)

Des réunions du groupe de travail ont eu lieu à Lviv, en Ukraine (mai 2018) ; à Moscou, en Russie (juin 2017) ; à Tbilissi, en Géorgie (septembre 2016) ; ainsi qu’à Prague, en République tchèque (février 2015).