Projet Red Sea

Renforcer les capacités des autorités maritimes dans la région de la mer Rouge

Calendrier : février 2021 - novembre 2024
Budget : 6,1 millions d’EUR
Donateur : Union européenne

Situation

La mer Rouge et le golfe d’Aden sont l’une des principales routes maritimes du globe. Outre leur rôle dans le commerce mondial, ces eaux offrent d’énormes possibilités en matière de développement et de prospérité aux pays qui les bordent.

Ce potentiel est loin d’être pleinement exploité en raison de l’instabilité de la région, des conflits, de la piraterie et de la criminalité organisée transnationale qui menacent la liberté de navigation des navires dans cette zone et découragent l’investissement dans les infrastructures portuaires et le commerce maritime.

Outre leurs conséquences en matière de sécurité, ces activités illicites nuisent gravement à la situation socioéconomique et politique dans les pays de la région.

Le projet

Ce projet s’inscrit dans le cadre du Programme régional pour la sûreté maritime dans la région de la mer Rouge financé par l’Union européenne.

INTERPOL, l’Organisation maritime internationale (OMI), l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) travaillent de concert afin d’aider les pays bénéficiaires à développer leurs capacités et de promouvoir des normes adéquates en matière de sûreté et de sécurité pour les autorités chargées de l’application de la loi en mer, dans les ports et sur terre.

Les pays bénéficiaires sont Djibouti, l’Érythrée, l’Éthiopie, la Somalie, le Soudan et le Yémen.

Finalité

Le projet Red Sea vise à renforcer la sûreté et la sécurité maritime en :

  • facilitant l’échange d’informations entre les services chargés de l’application de la loi, les forces armées et les autorités judiciaires ;
  • renforçant les capacités des primo-intervenants et des services chargés de l’application de la loi ;
  • établissant des partenariats et renforçant la coopération afin de lutter contre la criminalité maritime.

Activités menées dans le cadre du projet

Le projet Red Sea se compose de trois piliers.

Pilier N° 1 : Formation et renforcement des capacités

La formation spécialisée porte sur les thèmes suivants :
  • Techniques employées par les services chargés de l’application de la loi et les enquêtes sur les scènes de crime dans le domaine maritime
  • Sécurité physique des infrastructures portuaires
  • Engins explosifs improvisés
  • Enquêtes financières dans le domaine maritime
Les séances de mentorat portent sur les thèmes suivants :
  • Traite d’êtres humains
  • Trafic de stupéfiants
  • Criminalité liée à la pêche
  •  Soutien en matière d’analyse
Autres activités :
  • Formation de formateurs
  • Formation intensive à I-24/7

Pilier N° 2 : Fourniture d’équipements techniques pour accroître la coopération

  • Élargissement de l’accès à I-24/7 aux ports maritimes
  • Logiciels de gestion et d’analyse de données
  • Kits d’enquête sur les scènes de crime, dispositifs de criminalistique numérique et matériel de collecte de données biométriques

Pilier N° 3 : Opérations régionales de sûreté maritime

  • Organisation de visites d’échange entre pays
  • Production de rapports d’analyse
  • Organisation d’opérations régionales de sûreté maritime dans le but de renforcer la coopération entre les services chargés de l’application de la loi des pays participants

Actualités du projet

Stage de perfectionnement des formateurs

Un stage de perfectionnement des formateurs a été organisé en Éthiopie et à Djibouti en juillet 2023 pour 17 fonctionnaires chargés de l’application de la loi de Djibouti, d’Éthiopie, de Somalie et du Yémen. Le stage de perfectionnement des formateurs a permis aux experts locaux d’acquérir les compétences nécessaires pour devenir des formateurs régionaux. Ils pourront à leur tour former un nouveau groupe de fonctionnaires chargés de l’application de la loi.

Stage de perfectionnement des formateurs en Éthiopie, juillet 2023..
Stage de perfectionnement des formateurs à Djibouti, juillet 2023..
/
Formation aux enquêtes sur les scènes de crime

Cette formation a été donnée à des fonctionnaires chargés de l’application de Somalie (juin 2023), d’Éthiopie (octobre 2022) et de Djibouti (mars 2022). Elle a contribué au renforcement de la collaboration entre les services concernés au niveau national. Elle a également permis d’améliorer les compétences des fonctionnaires chargés de l’application de la loi en matière de préservation des scènes de crime et de recueil des éléments de preuve. Au total, 70 fonctionnaires y ont participé.

Formation aux enquêtes sur les scènes de crime en Somalie, en juin 2023.
Formation aux enquêtes sur les scènes de crime en Somalie, en juin 2023.
Formation aux enquêtes sur les scènes de crime en Éthiopie, en octobre 2022.
Formation aux enquêtes sur les scènes de crime en Éthiopie, en octobre 2022.
Formation aux enquêtes sur les scènes de crime à Djibouti, en mars 2022.
/
Élargissement de l’accès à I-24/7 dans les ports :  

Nous élargissons l’accès au réseau mondial de communication sécurisé d’INTERPOL (I-24/7) et à ses bases de données dans les pays participants. Ce réseau technique renforce la coopération et permet aux services chargés de l’application de la loi d’échanger des informations de police urgentes avec leurs homologues du monde entier.

Séances de mentorat

Les séances de mentorat organisées sur la criminalité liée à la pêche, le trafic de stupéfiants et la traite d’êtres humains ont permis de renforcer les capacités des autorités nationales et de favoriser la coopération interinstitutionnelle aux niveaux national et régional. Ce soutien sur le terrain a permis d’améliorer la coordination nationale et le partage d’informations. En 2022 et 2023, 300 fonctionnaires ont pris part aux séances de mentorat.

Séance de mentorat sur la pêche illégale en Éthiopie, mars 2023.
Séance de mentorat sur le trafic de stupéfiants en Somalie, février 2023.
Séance de mentorat sur le trafic de stupéfiants à Djibouti, août 2022.
Séance de mentorat sur la traite d’êtres humains à Djibouti, février 2022.
/
Modules de formation en ligne

Deux modules de formation en ligne aux enquêtes sur les scènes de crime et aux techniques d’audition et d’interrogatoire ont été mis à disposition sur la plateforme de l’Académie virtuelle d’INTERPOL en anglais, français et arabe, afin de couvrir toutes les langues des pays bénéficiaires. Entre janvier 2022 et janvier 2023, 84 personnes ont suivi et terminé ces formations en ligne.

Cérémonie de lancement

Le lancement du Programme régional de promotion de la sûreté maritime dans la région de la mer Rouge a eu lieu le 10 février 2022 au Centre de formation régional de Djibouti, en présence des acteurs clés suivants : le ministère de la Justice, les autorités maritimes, le ministère des Transports, le ministère de l’Intérieur, les Chefs de B.C.N., ainsi que notre point de contact pour la délégation de l’Union européenne à Djibouti, le Chef de la mission de l’Union européenne visant au renforcement des capacités en Somalie (EUCAP) et l’Officier de liaison pour la force navale placée sous la direction de l’Union européenne (EUNAVFOR).

Missions d’étude

Des missions d’étude ont été menées dans tous les pays bénéficiaires en 2021 et 2022. Au cours de ces missions, nous avons évalué les lacunes et les besoins en matière de sécurité dans les principales installations portuaires. Ces évaluations nous aideront à concevoir un programme de formation destiné à renforcer les capacités des services chargés de l’application de la loi à prévenir, détecter et retarder les menaces contre la sûreté portuaire, ainsi qu’à enquêter sur celles-ci.

Port maritime de Bossaso en Somalie, août 2022.
Port maritime d’Aden au Yémen, juillet 2022.
Centre d’instruction navale des garde-côtes à Djibouti, août 2021.
/