Initiative Red Sea

Renforcer les capacités des autorités maritimes dans la région de la mer Rouge

Calendrier : février 2021 - novembre 2024
Budget : 6,1 millions d’EUR
Donateur : Union européenne

Situation

La mer Rouge et le golfe d’Aden sont l’une des principales routes maritimes du globe. Outre leur rôle dans le commerce mondial, ces eaux offrent d’énormes possibilités en matière de développement et de prospérité aux pays qui les bordent.

Ce potentiel est loin d’être pleinement exploité en raison de l’instabilité et des conflits de la région, de la piraterie et de la criminalité organisée transnationale qui menacent la liberté de navigation des navires dans cette zone et découragent l’investissement dans les infrastructures portuaires et le commerce maritime.

Le projet

Cette initiative s’inscrit dans le cadre du Programme régional pour la sûreté maritime en mer Rouge financé par l’Union européenne.

INTERPOL, l’Organisation maritime internationale (OMI) et l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) travaillent de concert afin d’aider les pays bénéficiaires à développer leurs capacités et de promouvoir des normes adéquates en matière de sûreté et de sécurité pour les autorités chargées de l’application de la loi en mer, dans les ports et sur terre.

Les pays bénéficiaires sont Djibouti, l’Érythrée, l’Éthiopie, la Somalie, le Soudan et le Yémen.

Activités menées dans le cadre du projet

Le projet Red Sea se compose de trois piliers.

Pilier N°1 : Formation et renforcement des capacités

La formation spécialisée porte sur les thèmes suivants :

  • Les techniques employées par les services chargés de l’application de la loi et les enquêtes sur les scènes de crime dans le domaine maritime ;
  • La sécurité physique des infrastructures portuaires ;
  • Les engins explosifs improvisés ;
  • Les enquêtes financières dans le domaine maritime.

Autres activités :

  • Formations de formateurs ;
  • Formation intensive à I-24/7.

Séances de mentorat :

  • Traite d’êtres humains ;
  • Trafic de drogues ;
  • Criminalité liée à la pêche ;
  • Soutien en matière d’analyse ;
  • Documents de voyage volés et perdus.

Pilier N°2 : Fourniture d’équipements techniques en vue de l’intensification de la coopération

  • Élargissement de l’accès à I-24/7 ;
  • Utilisation de dispositifs biométriques ;
  • Utilisation de logiciels de gestion et d’analyse de données ;
  • Utilisation de kits pour les enquêtes sur les scènes de crime.

Pilier N° 3 : Opérations régionales de sûreté maritime

  • Organisation de visites d’échange entre pays ;
  • Production de rapports d’analyse ;
  • Organisation d’opérations régionales de sûreté maritime dans le but de renforcer la coopération entre les services chargés de l’application de la loi des pays participants.