Dark net et cybermonnaies

Aider les polices du monde entier à comprendre les infractions numériques et à enquêter à leur sujet

Le recours aux technologies garantissant l’anonymat de leurs utilisateurs s’est intensifié. Le dark net – la vaste section d’Internet accessible uniquement au moyen de logiciels spécialisés – et les cybermonnaies présentent de nombreux avantages, mais l’accent mis sur l’anonymat favorise leur détournement par les malfaiteurs. La vente illicite de stupéfiants, d’armes à feu et d’explosifs, le trafic de migrants, le blanchiment d’argent, les activités terroristes et la cybercriminalité sont autant d’activités que peuvent faciliter ces technologies.

Nous accompagnons de diverses manières les pays membres confrontés à des affaires criminelles en rapport avec le dark net et les cybermonnaies, et coopérons avec des acteurs du secteur privé et du monde universitaire pour faire en sorte que les polices du monde entier disposent d’informations pertinentes et actualisées.

Soutien aux enquêtes

En tant que partenaire du projet TITANIUM financé par l’Union européenne, INTERPOL a apporté son concours au développement d’un outil d’analyse de chaînes de blocs appelé GraphSense qui permet de suivre les transactions réalisées en cybermonnaies. Grâce à celui-ci, les enquêteurs peuvent effectuer des recherches sur les adresses, étiquettes (tags) et transactions concernant les cybermonnaies, déterminer les groupes (clusters) liés à une adresse et donc « suivre l’argent » afin d’appuyer leur travail.

Pour répondre à un besoin mis en avant par les pays membres, nous développons actuellement un outil d’analyse – un outil de surveillance du dark web – qui recueillera des données sur les activités criminelles menées sur le dark net afin de fournir des renseignements exploitables pour appuyer les enquêtes de la police partout dans le monde. Les données collectées et leur analyse ultérieure permettront également de mettre en évidence les nouvelles tendances, de favoriser la recherche et de conseiller des activités de prévention. Elles appartiendront aux catégories suivantes :

  • Adresses liées aux cybermonnaies ;
  • Clés PGP (programme de chiffrement Pretty Good Privacy) ;
  • Adresses IP ;
  • Noms et pseudonymes d’utilisateurs ;
  • Adresses e-mail ;
  • Domaines de cryptomarchés ;
  • Forums du dark net ;
  • Données historiques recueillies sur le dark net depuis 2015.

Taxonomie du dark net et des cybermonnaies

Le Groupe spécial INTERPOL sur le dark net et les cybermonnaies est en train de concevoir une taxonomie universelle des cybermonnaies, c’est-à-dire une série de nomenclatures définissant quelles catégories de données liées à des transactions suspectes en cybermonnaies doivent être recueillies. Il peut s’agir par exemple des plateformes d’échange utilisées, ou du type d’infraction auquel les transactions sont liées.

Les différentes catégories de données comporteront des indications numériques les rattachant à la cybermonnaie concernée, de la même façon qu’une photographie numérique comporte des indications sur le lieu où elle a été prise, la date à laquelle elle l’a été, ainsi que sur le type de matériel utilisé.

Ce projet de taxonomie, qui peut être consulté en ligne, est axé sur trois catégories d’informations :

  • Entités – individus, organisations et entités virtuelles ;
  • Services – cryptomarchés, plateformes d’échange, facilitateurs techniques et autres fournisseurs de services liés à la transaction ;
  • Types d’infractions – infractions auxquelles les transactions sont liées : par exemple, ventes illicites de stupéfiants ou d’armes en ligne, abus pédosexuels, terrorisme ou cyberinfractions.
Une fois finalisée, la taxonomie sera diffusée dans le monde entier en tant que guide destiné aux services chargés de l’application de la loi, aux entreprises privées ainsi qu’aux établissements universitaires pour caractériser les cybermonnaies.

Appel à participation – Vous faites partie d’un service chargé de l’application de la loi, d’une entreprise privée ou d’un établissement universitaire, et vous travaillez sur le dark net ou les cybermonnaies ? INTERPOL a besoin de votre aide pour s’assurer que les catégories proposées couvrent tous les aspects des infractions liées à l’utilisation du dark net et des cybermonnaies susceptibles d’être rencontrées. Nous vous invitons à examiner la proposition et à contacter le Centre d’innovation d’INTERPOL pour lui faire part de vos commentaires et de vos avis.

CapaCT : appuyer les enquêtes menées en ligne contre le terrorisme

Le projet CapaCT, qui est géré par le Centre d’innovation d’INTERPOL et soutenu par le ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas, rédige actuellement un manuel dont le but est d’aider les services chargés de l’application de la loi d’Asie du Sud-Est à lutter contre le détournement du dark net et des cybermonnaies par les terroristes.

Avec le manuel du praticien à l’intention des pays membres de la région de l’ASEAN aux fins de la lutte contre le terrorisme en lien avec le dark net et les cybermonnaies (Practitioner Manual for ASEAN Countries to Counter Terrorism using the Darknet and Cryptocurrencies), les services chargés de l’application de la loi disposeront de lignes directrices détaillées sur la manière de procéder aux enquêtes relatives aux activités terroristes sur le dark net, notamment celles liées à l’utilisation des cybermonnaies. Il présentera les diverses possibilités existantes en matière d’outils, de méthodologies et de procédures d’analyse des renseignements liés au terrorisme en ligne, ainsi que les difficultés que risquent de rencontrer les enquêteurs.

INTERPOL élaborera des formations mondiales et autres initiatives en matière de renforcement des capacités à partir des informations qui figureront dans ce manuel, par exemple :

  • Une plateforme de formation en ligne faisant appel à la simulation et portant sur les marchés et forums du dark net ;
  • Une formation sur les enquêtes relatives aux systèmes de transaction en cybermonnaies qui renforcent l’anonymat.

Groupe de travail et groupe spécial

INTERPOL et le ministère de la Justice de l’État de Bavière (Allemagne) ont constitué un Groupe de travail INTERPOL sur le dark net et les cybermonnaies, auquel participent des experts du monde entier, afin de partager les méthodologies et outils permettant d’identifier les malfaiteurs qui tirent parti de l’anonymat des cybermonnaies et du dark net, d’échanger les bonnes pratiques concernant les enquêtes sur Internet et de définir des normes en matière d’enquête et des solutions de criminalistique à l’intention des services chargés de l’application de la loi.

Pour faire face aux défis les plus importants recensés par le groupe de travail, nous avons mis en place un Groupe spécial sur le dark net et les cybermonnaies qui axera ses travaux sur les activités suivantes :

  • Création d’une base de données internationale sur les portefeuilles de cybermonnaies liés à la criminalité ;
  • Constitution d’une base de données de paquets d’étiquettes (tagpacks) d’attribution de cybermonnaies dont l’analyse permettra d’appuyer les enquêtes ;
  • Normalisation de la terminologie employée pour caractériser les données recueillies sur le dark web ;
  • Instauration d’une communauté d’innovateurs et de développeurs de logiciels issus des services chargés de l’application de la loi afin d’orienter ces initiatives.