All news
|
Print
12 juillet 2018

Contrefaçon : des individus arrêtés et des marchandises saisies lors d’opérations menées dans le monde entier

LYON (France) – Des produits pharmaceutiques et agrochimiques, des denrées alimentaires, des pièces détachées d’automobiles, des produits du tabac et des vêtements, ce sont là quelques-unes des marchandises saisies parmi les tonnes de contrefaçons interceptées dans le cadre d’opérations pilotées par INTERPOL sur quatre continents.

Coordonnées par INTERPOL entre mars et mai 2018 dans 36 pays d’Afrique, d’Asie, du Moyen-Orient et d’Amérique du Sud, ces opérations avaient pour but de démanteler des unités de fabrication et des filières d’approvisionnement à l’origine d’une grande variété de contrefaçons, ainsi que les réseaux criminels qui les dirigent.

Avec 645 suspects identifiés ou arrêtés jusqu’ici, et plus de 1 300 enquêtes ouvertes, d’autres arrestations et poursuites devraient intervenir alors que les investigations se poursuivent

Des saisies d’une valeur de 25 millions d’USD au niveau mondial

Avec le concours d’agents de différents services chargés de l’application de la loi, des douanes et des organismes de contrôle sanitaire, les opérations ont donné lieu à des perquisitions dans des magasins, sur des marchés, dans des pharmacies, chez des détaillants, dans des entrepôts et à des points de contrôle frontaliers. 

Les saisies opérées au niveau mondial portent sur 7,2 millions de contrefaçons et d’articles illicites d’un poids total de plus de 120 tonnes et 90 000 litres de liquides. Outre les saisies de produits, les autorités nationales ont mis au jour d’importants itinéraires de trafic et fermé des points de vente ainsi que des laboratoires. 

Un soutien policier crucial apporté par INTERPOL

Pendant toute la durée des opérations, les pays concernés ont pu vérifier les informations dans les bases de données criminelles d’INTERPOL via son réseau mondial de communication policière sécurisée I-24/7.

Coordonnées par l’unité Marchandises illicites et Santé mondiale d’INTERPOL avec le soutien des Bureaux régionaux de Buenos Aires, Abidjan et Harare, les opérations ont été rendues possibles par la Fondation INTERPOL pour un monde plus sûr, qui aide à collecter des fonds dans le monde entier pour s’attaquer aux problématiques critiques qui façonnent le paysage mondial de la sécurité.

« En s’attaquant aux réseaux de distribution, et en désorganisant la production à la source, les pays participants ont contribué à protéger les populations de par le monde contre des marchandises potentiellement dangereuses, et à renforcer leur sécurité en démantelant des réseaux illicites qui sont souvent liés à d’autres formes de grande criminalité », a déclaré Tim Morris, le Directeur exécutif des Services de police d’INTERPOL.

« Le volume même des saisies et les enquêtes complémentaires auxquelles ont donné lieu ces opérations menées simultanément dans le monde entier témoignent du rôle fondamental d’INTERPOL dans l’élaboration d’une réponse coordonnée lors des opérations régionales et internationales : ce n’est qu’une question de collaboration », a ajouté M. Morris.

Un exercice véritablement mondial

Des opérations ont été menées dans toute l’Afrique (deux opérations baptisées « Afya » et « Heera II »), l’Asie (« Rainfall »), l’Amérique du Sud (« Jupiter IX ») et le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (« Qanoon »).

Plus de trois millions de paquets de cigarettes et de cigares ont été saisis en Amérique du Sud lors de l’opération Jupiter, de même que 9,5 tonnes de produits alimentaires, des dizaines de milliers d’accessoires de mode, de boissons alcoolisées et de fournitures scolaires, et plus de 35 000 litres de carburant de contrebande.

Au cours de l’opération Afya menée en Afrique, les autorités policières du Botswana ont arrêté un homme qui passait en contrebande 2 500 chaussures, blousons et sacs à main de marque à la frontière sud-africaine.

Dans la capitale namibienne, les autorités ont saisi 14 000 articles de contrefaçon. À Dar-es-Salaam, l’Administration tanzanienne des aliments et des médicaments a saisi pour 8 300 USD de produits médicaux de contrefaçon, dont des antibiotiques, des antipaludéens en comprimés, du sulfate de fer et des analgésiques. La police du Zimbabwe a intercepté 5 700 comprimés de médicaments de contrefaçon et 250 kg de lotion pour application cutanée exportés illicitement de Zambie.

En Afrique de l’Ouest, l’opération Heera II a permis de mettre au jour des itinéraires de transit pour le trafic, dont un par lequel des contrefaçons d’une marque de comprimés antalgiques étaient distribuées en Afrique de l’Ouest par la voie terrestre après leur importation dans des ports du Bénin, du Ghana et du Togo.

Au poste-frontière nigérien de Makalondi, la police a intercepté 29 tonnes de médicaments contrefaits dans deux camions dont on pense qu’ils arrivaient du Ghana. Trois suspects ont été arrêtés, et l’enquête se poursuit.

Au Ghana et en Côte d’Ivoire, les autorités ont fermé 10 pharmacies et une unité de fabrication illicite, et arrêté 11 suspects.

Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, l’opération Qanoon a permis aux autorités saoudiennes de détecter 100 comptes de médias sociaux utilisés pour distribuer des produits médicaux contrefaits et des cosmétiques et des produits de phytothérapie non autorisés.

La Mauritanie a saisi des dizaines de milliers de produits médicaux de contrefaçon : antihistaminiques, corticostéroïdes, antibiotiques, antipaludéens en comprimés, analgésiques, tests de grossesse et compléments vitaminiques.  

Dans le port jordanien d’Aqaba, les autorités ont saisi un conteneur en provenance d’Inde renfermant 500 000 comprimés d’antalgique à destination de l’Iraq.

En Asie, l’opération Rainfall a permis à la police népalaise de confisquer 5 399 doses d’analgésiques opioïdes à bord d’un véhicule qui serait arrivé d’Inde.

Le Département laotien des douanes, des aliments et des médicaments a travaillé avec la police nationale thaïlandaise sur le Pont de l’amitié lao-thaïlandaise et saisi 25 kg de médicaments traditionnels illégaux.

Pays participants : Afrique du Sud, Algérie, Angola, Arabie saoudite, Argentine, Bahreïn, Bénin, Bolivie, Botswana, Brésil, Burkina Faso, Chili, Colombie, Côte-d’Ivoire, Djibouti, Équateur, Ghana, Jordanie, Laos, Malawi, Mali, Mauritanie, Myanmar, Namibie, Népal, Niger, Nigéria, Paraguay, Pérou, Tanzanie, Togo, Tunisie, Uruguay, Venezuela, Viet Nam et Zimbabwe.

 

L’évaluation des résultats opérationnels et des nouvelles menaces pour la santé et la sécurité des populations que font peser les atteintes à la propriété intellectuelle fera l’objet d’une attention prioritaire lors de la prochaine Conférence internationale d’INTERPOL sur la répression des atteintes à la propriété intellectuelle, qui se tiendra les 25 et 26 septembre à Doubaï.

Pays participants

Afrique du Sud, Algérie, Angola, Arabie saoudite, Argentine, Bahreïn, Bénin, Bolivie, Botswana, Brésil, Burkina Faso, Chili, Colombie, Côte-d’Ivoire, Djibouti, Équateur, Ghana, Jordanie, Laos, Malawi, Mali, Mauritanie, Myanmar, Namibie, Népal, Niger, Nigéria, Paraguay, Pérou, Tanzanie, Togo, Tunisie, Uruguay, Venezuela, Vietnam et Zimbabwe

Notre site utilise des cookies pour assurer un bon fonctionnement technique, recueillir des statistiques et permettre un partage sur les plateformes de réseaux sociaux.

En savoir plus