Disrupting Harm

Permettre une appréciation réelle de l’ampleur de l’exploitation et des abus pédosexuels sur Internet dans 13 pays afin d’éclairer la prise de décision, l’élaboration des politiques et le renforcement des capacités.

Nom du projet : Disrupting Harm
Calendrier : Trois ans, de mars 2019 à mars 2022
Budget et donateur : Fonds pour l’élimination de la violence envers les enfants – 1,8 million d’USD

La situation

Internet peut être un outil puissant, qui aide les enfants à entrer en relation avec les autres, à explorer le monde, à apprendre et à agir de manière créative et stimulante. Tout comme les autres environnements dans lesquels les enfants évoluent et grandissent, lnternet peut les exposer à des risques d’exploitation et d’abus sexuels. En raison de la rareté des données disponibles dans de nombreux pays, il est difficile de connaître la fréquence et la gravité des atteintes subies par les enfants et de formuler des recommandations étayées et constructives permettant aux pouvoirs publics de mettre en place des mesures de prévention et de lutte.

À propos du projet

À la suite de l’évaluation des menaces publiée en 2018 par la WeProtect Global Alliance, le Fonds pour l’élimination de la violence envers les enfants a décidé d’investir dans la recherche pour accroître les données probantes disponibles, en se concentrant plus particulièrement sur 13 pays d’Afrique orientale et australe et d’Asie du Sud-Est.

Trois partenaires (ECPAT International, INTERPOL et l’UNICEF) collaboreront afin de concevoir et mettre en œuvre un projet de recherche multidimensionnel relatif à l’exploitation et aux abus pédosexuels sur Internet : Disrupting Harm. Ce projet produira des éléments de preuve nouveaux et spécifiques sur l’étendue et la nature de l’exploitation et des abus pédosexuels sur Internet dans sept pays d’Afrique australe et orientale (Afrique du Sud, Éthiopie, Kenya, Mozambique, Namibie, Ouganda et Tanzanie) et six pays d’Asie du Sud-Est (Cambodge, Indonésie, Malaisie, Philippines, Thaïlande et Viet Nam).

Les données recueillies dans le cadre de neuf activités de recherche seront synthétisées pour élaborer des rapports nationaux, qui présenteront l’état de la menace et des recommandations claires sur les mesures à prendre. Ce type de recherche et d’évaluation de haute qualité est nouveau et unique en son genre car il adopte une approche multisectorielle pour combiner l’expertise spécialisée des trois organismes mondiaux concernés et de leurs partenaires au niveau local.

Disrupting Harm proposera des travaux de recherche complets relatifs à l’exploitation et aux abus pédosexuels sur Internet, expliquant les risques encourus par les enfants sur la Toile, comment ces risques surviennent, les liens avec d’autres formes de violence et ce qui peut être fait pour protéger les enfants. Disrupting Harm utilisera une méthode globale et innovante pour procéder à des évaluations complètes du contexte, des menaces et de l’opinion des enfants.

Activités menées dans le cadre du projet

Des évaluations nationales ont été réalisées à partir de neuf activités de recherche menées dans chaque pays. La collecte des données s’est déroulée de début 2020 à début 2021 et a porté sur la période triennale 2017 - 2019. Au cours d’une phase d’analyse approfondie, les données de toutes les activités de recherche ont été comparées pour étayer les 13 rapports nationaux.

ECPAT a réalisé une analyse complète des travaux de recherche, de la législation, des politiques et des systèmes existants en matière d’exploitation et d’abus pédosexuels sur Internet pour chaque pays ciblé, et a collecté des données dans les 13 pays concernés.

INTERPOL a recueilli des données qualitatives et quantitatives sur l’exploitation et les abus pédosexuels sur Internet auprès des services chargés de l’application de la loi et des unités spécialisées travaillant dans ce domaine de criminalité. Outre ces informations recueillies au niveau national, INTERPOL a également demandé à plusieurs organisations partenaires de lui transmettre des données et des informations qualitatives. Ces informations ont été analysées en vue de produire des évaluations de la menace que représentent l’exploitation et les abus pédosexuels sur Internet dans les pays ciblés par le projet.

Outre la recherche de données sur les affaires d’exploitation et d’abus pédosexuels sur Internet, INTERPOL a demandé des informations sur la capacité des services nationaux chargés de l’application de la loi à faire face à ce type de criminalité et a interrogé des fonctionnaires en poste.

Une attention particulière a été consacrée aux ressources humaines, à l’accès aux équipements et à la formation spécialisés, aux procédures d’enquête et à l’utilisation des outils de coopération internationale, ainsi qu’aux succès engrangés et aux défis à relever.

Dans les 13 pays ciblés, l’UNICEF a mené des enquêtes sur les ménages, représentatives au niveau national, auprès d’un millier d’enfants et de l’un de leurs parents ou de la personne responsable des enfants concernés. L’objectif était de comprendre l’utilisation que les enfants font d’Internet, ainsi que les risques et les possibilités qui se présentent lorsqu’ils sont en ligne.

Rapports concernant les projets

Rapport N° 1 : Kenya
Rapport N° 2 : Ouganda
Rapport N° 3 : Thaïlande
Rapport N° 4 : Tanzanie
Rapport N° 5 : Éthiopie