All news
|
Print
11 février 2019

La 6ème Réunion mondiale AIRCOP se penche sur la détection du trafic illicite par la voie aérienne

LYON, France – 90 représentants d’agences nationales d’application de la loi et de nombreuses organisations internationales se sont réunis au siège du Secrétariat général d'INTERPOL à Lyon (France) pour la 6ème réunion globale du Projet de Communication Aéroportuaire (AIRCOP), un projet mis en œuvre par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), en partenariat avec INTERPOL et l’Organisation mondiale des douanes (OMD). Le projet vise à renforcer les capacités des aéroports internationaux du monde entier à détecter et intercepter les drogues, les autres marchandises illicites et les passagers à haut risque dans les pays d'origine, de transit et de destination.

Cette réunion a rassemblé :

  • les points focaux AIRCOP de plus de 30 pays d’Afrique, d’Amérique Latine, des Caraïbes et du Moyen-Orient,
  • des formateurs actifs au sein d’agences nationales d’application de la loi de plusieurs pays,
  • des agences partenaires régionales et internationales telles que l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), le Bureau de la lutte contre le terrorisme des Nations Unies (UNOCT), la Direction exécutive du Comité des Nations Unies contre le terrorisme (CTED), le Conseil de l'Europe et l'Organisation pour la sécurité et coopération en Europe (OSCE),
  • des représentants du secteur privé tels que l'Association du transport aérien international (IATA), ainsi que des bailleurs, en particulier l'Union européenne (UE).

Du 11 au 13 février 2019, les participants évoqueront les nombreux succès d'AIRCOP, échangeront de bonnes pratiques, discuteront des défis à venir et exploreront de nouvelles solutions pour le futur. Les menaces évoluent rapidement, les criminels sont souvent "plus intelligents", ou du moins plus rapides, et les agents en charges de l'application de la loi doivent rester constamment à l'affût des nouvelles stratégies de lutte contre le crime organisé et le terrorisme. Les recommandations adoptées à l'issue de la réunion constitueront une feuille de route pour les années à venir.

L’ONUDC, représenté par Mme Miwa Kato, Directrice de la Division des opérations, a félicité les différentes parties prenantes pour leur engagement, déclarant que "grâce à nos efforts communs, nous avons parcouru un long chemin, non seulement en accueillant de nouveaux pays, mais également en luttant contre tous les types de menaces qui touchent les plates-formes aéroportuaires”.

Les partenaires de l’ONUDC dans la mise en œuvre d’AIRCOP, INTERPOL et l'OMD, étaient respectivement représentés par M. Tim Morris, Directeur exécutif des services de police et Mme Ana Hinojosa, Directrice de la direction de la conformité et de la facilitation.

Grâce aux efforts collectifs des cellules AIRCOP et de leurs partenaires, le total des saisies s’élève à 8 tonnes de cocaïne ; 422 kg d'héroïne ; 6 tonnes de cannabis ; plus de 2 tonnes de méthamphétamine ; près de 10 tonnes de cigarettes et d’autres produits du tabac ; plus de 13 tonnes de médicaments falsifiés ; 1,2 tonne d'écailles de pangolin ; 14,5 millions de USD non déclarés ; et 1,4 tonne de précurseurs (éphédrine, phénacétine, etc.). Les CAATs d’AIRCOP ont également intercepté des combattants terroristes étrangers présumés, deux personnes recherchées par INTERPOL et le FBI (notices rouges) et des victimes potentielles de traite d’êtres humains.

Dans son allocution d'ouverture, Mr Tim Morris, Directeur exécutif des services de police d'INTERPOL, a encouragé les participants à continuer à travailler ensemble et à tirer le meilleur parti des saisies pour frapper les groupes criminels au cœur. "Si nous nous limitons aux saisies, nous ne pourrons jamais identifier ni déstabiliser les réseaux criminels organisés qui se cachent derrière. Nous ne ferions qu’effleurer la surface de cette industrie criminelle de plusieurs milliards de dollars ", a-t-il déclaré.

Mme Ana Hinojosa, Directrice de la conformité et de la facilitation de l'OMD, a, quant à elle, souligné le succès du projet AIRCOP et l'excellente collaboration entre les agences partenaires. Elle a insisté sur le fait que les agents des douanes opèrent dans des environnements particulièrement stratégiques, et que leur autorité et leurs compétences représentent des remparts efficaces dans la lutte contre la fraude. "Il est réconfortant de constater que le monde entier reconnaît le rôle important des agents des douanes dans ces efforts de maintien de l'ordre," a-t-elle déclaré.

Mme Kato a insisté sur le fait que les cellules AIRCOP "témoignent du fait que le travail interinstitutionnel et la coopération internationale sont essentiels pour lutter contre le crime organisé et le terrorisme", mettant ainsi en évidence le vaste réseau de coopération créé par AIRCOP au fil des années. Ce réseau permet aux responsables nationaux des cellules AIRCOP, aux tuteurs, aux formateurs et aux agences partenaires d’être actifs dans les aéroports internationaux du monde entier et de communiquer en temps réel, tout en veillant à ce que les informations opérationnelles soient partagées efficacement et utilisées immédiatement, et à ce que les bonnes pratiques soient largement diffusées.

AIRCOP est un projet multi-agences mis en œuvre conjointement par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), INTERPOL et l'Organisation mondiale des douanes (OMD).

AIRCOP soutient les gouvernements de 30 pays d'Afrique, d'Amérique latine, des Caraïbes et du Moyen-Orient pour renforcer les capacités de leurs aéroports internationaux en vue de détecter et intercepter les drogues, autres biens illicites et passagers à haut risque dans les pays d'origine, de transit et de destination. Au-delà du renforcement des capacités, la promotion d’une culture de collecte de renseignements et du partage de l’information est un aspect essentiel, afin qu’elle devienne partie intégrante des routines de travail des organismes chargés de l’application des lois, tant entre les agences nationales qu’avec d’autres agences à travers le monde, avec pour objectif global principal de déstabiliser les réseaux criminels.

Financé principalement par l’Union Européenne à travers l'instrument contribuant à la stabilité et à la paix (Programme de la route de la cocaïne), AIRCOP reçoit également des contributions supplémentaires du Canada, des États-Unis d'Amérique, de la France, du Japon, des Pays-Bas et de la Norvège.

Notre site utilise des cookies pour assurer un bon fonctionnement technique, recueillir des statistiques et permettre un partage sur les plateformes de réseaux sociaux.

En savoir plus