All news
|
Print
26 novembre 2018

Une résolution de l’ONU appelle à une plus grande coopération avec INTERPOL

NATIONS UNIES (New York) – L’Assemblée générale des Nations Unies (ONU) a appelé au renforcement de la coopération avec INTERPOL aux fins de la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée transnationale, notamment la traite des êtres humains, le trafic de migrants et le commerce illicite des armes légères et de petit calibre.

En approuvant les résultats du réexamen de la résolution 71/19 (2016) de l’Assemblée générale, les États membres de l’ONU ont reconnu l’importance de communiquer à INTERPOL les informations provenant des champs de bataille, des opérations militaires antiterroristes et des systèmes pénitentiaires nationaux pour augmenter les chances d’identifier formellement les terroristes.

S’adressant à l’Assemblée générale des Nations Unies, le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Jürgen Stock, a déclaré que le réseau mondial de l’Organisation aide les services chargés de l’application de la loi à procéder à des arrestations dans le monde entier, parfois dans les 24 heures suivant la communication par un pays d’informations sur des combattants terroristes étrangers présumés.

Le chef d’INTERPOL a également souligné que les données biométriques récupérées sur des engins explosifs improvisés au Moyen-Orient et en Afrique du Nord puis échangées par l’intermédiaire d’INTERPOL ont permis d’identifier des suspects en Europe et en Asie.

« Alors que le paysage des menaces transnationales continue d’évoluer et fait apparaître de nouveaux défis, une constante demeure : la détermination des terroristes et des groupes criminels organisés à piétiner le droit », a poursuivi le Secrétaire Général Stock.

« Soutenir et renforcer la coopération des services chargés de l’application de la loi au niveau international est le seul moyen de garder une longueur d’avance », a-t-il poursuivi.

« En tant qu’organisation apolitique, INTERPOL a pour mission de rendre cette coopération aussi fluide et efficace que possible, afin que nous puissions porter notre lutte commune contre la criminalité au-delà des frontières en respectant nos principes de neutralité et d’indépendance », a conclu le chef d’INTERPOL, en faisant état des succès récents.

Durant l’année écoulée, les opérations Epervier (menée au Tchad, au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Sénégal), Libertad (dans les Caraïbes ainsi qu’en Amérique centrale et du Sud) et Sawiyan (au Soudan) pilotées par INTERPOL ont permis de secourir près d’un millier de victimes de la traite d’êtres humains et du trafic de migrants.

Les opérations régionales coordonnées par INTERPOL afin d’enrayer le trafic d’armes illicites ont abouti à la saisie de centaines d’armes à feu, de munitions et d’explosifs, à l’arrestation d’individus liés au trafic de migrants et à la saisie de stupéfiants.

Le Secrétaire Général Stock a indiqué que les sept objectifs de l’action policière mondiale d’INTERPOL, conçus pour compléter et soutenir davantage le Programme de développement durable à l’horizon 2030 de l’ONU, orienteront les actions futures des services chargés de l’application de la loi.

Les objectifs de l’action policière mondiale retiennent sept grandes priorités en matière de criminalité transfrontalière :

  • Faire face à la menace du terrorisme ;
  • Favoriser l’intégrité des frontières dans le monde entier ;
  • Protéger les groupes vulnérables ;
  • Sécuriser le cyberespace pour les personnes et les entreprises ;
  • Promouvoir l’intégrité mondiale ;
  • Porter un coup d’arrêt aux marchés illicites ;
  • Favoriser la sécurité et la durabilité environnementales.

Notre site utilise des cookies pour assurer un bon fonctionnement technique, recueillir des statistiques et permettre un partage sur les plateformes de réseaux sociaux.

En savoir plus