All news
|
Print
29 août 2018

Renforcement de la sécurité en Afrique australe

GABORONE (Botswana) – Le rôle du Botswana aux avant-postes de la coopération policière en Afrique australe occupe une place de choix dans le programme de la première visite officielle dans le pays du Secrétaire Général d’INTERPOL Jürgen Stock.

Le Chef d’INTERPOL s’est entretenu avec le Directeur général par intérim de la police du Botswana, Tapudzani Pester Gabolekwe, et avec le Secrétaire exécutif de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), Stergomena Lawrence Tax, des problématiques criminelles dans la région.

Lors d’une visite au Bureau central national (B.C.N.) à Gaborone, le Secrétaire Général Stock a salué son « soutien décisif » en matière de collaboration internationale entre les services chargés de l’application de la loi, le Botswana étant l’un des principaux utilisateurs des bases de données mondiales d’INTERPOL dans la région.

M. Stock a par ailleurs souligné l’importance de la police de proximité, et la contribution que sa mise en place a apportée au renforcement de la sécurité dans le pays.

L’initiative I-ONE d’INTERPOL

Le Botswana fait partie des 31 pays africains qui participent à l’initiative I-ONE initiative d’INTERPOL, lancée en mars de cette année.

Les points de passage frontaliers étant considérés comme des lieux critiques pour la détection des malfaiteurs qui se déplacent, I-ONE permet de moderniser les B.C.N. et de donner accès au réseau mondial de communication sécurisée d’INTERPOL, I-24/7, aux policiers de première ligne dans les aéroports, les ports et aux postes-frontières terrestres.

De cette façon, ils peuvent accéder directement à des informations de police vitales dans les bases de données mondiales d’INTERPOL, ce qui leur permet de détecter immédiatement des malfaiteurs ou des activités criminelles.

Coopération avec la SADC

La relation d’INTERPOL avec la SADC a été officialisée en 2012 dans le cadre d’un protocole d’accord consacrant la coopération dans les domaines d’intérêt commun.  

« En favorisant la coopération policière entre les pays membres, INTERPOL cherche à faire constamment évoluer ses capacités, ses stratégies et ses partenariats en fonction de leurs besoins, ainsi que des priorités régionales », a déclaré le Secrétaire Général Stock. 

Onze pays de la SADC étant bénéficiaires de l’initiative I-ONE, le Chef d’INTERPOL a ajouté : « La coopération régionale et internationale contribue à définir l’architecture de la sécurité mondiale du futur. Nous nous félicitons de la synergie créée avec la Communauté de développement de l’Afrique australe pour soutenir l’action de l’Organisation de coopération régionale des chefs de police d’Afrique australe, la SARPCCO. »

Opérations transfrontalières

L’appui constant apporté par INTERPOL aux opérations transfrontalières dans toute l’Afrique concerne aussi la série des opérations Usalama, menées conjointement par la SARPCCO et l’Organisation de coopération des chefs de police d’Afrique de l’Est, l’EAPCCO.

Ciblant les activités criminelles transnationales telles que la traite d’êtres humains, le trafic de migrants, de drogue et d’armes, le vol de voitures et les atteintes à l’environnement, les opérations Usalama ont permis des milliers d’arrestations dans toute l’Afrique australe et orientale depuis 2013.

INTERPOL participe également au projet ENACT, sous l’égide de l’Union européenne, afin d’aider les polices en Afrique à adopter des stratégies proactives de lutte contre les menaces liées à la criminalité organisée, à faciliter les échanges d’informations et à développer leurs compétences en matière d’enquêtes.

Combattre la cybercriminalité

La cybercriminalité représentant un défi qui prend de l’ampleur dans la région, l’élaboration d’une réponse internationale aux besoins en matière de cybersécurité des pays membres d’INTERPOL et de la SADC en Afrique australe était aussi au menu des discussions du Secrétaire Général Stock.

À cet égard, le renforcement des capacités et la formation sur les questions liées à la cybercriminalité ont été au centre d’une visite du Chef d’INTERPOL au laboratoire de cyberpolice scientifique de la police botswanaise et à l’école de police.

Le Complexe mondial INTERPOL pour l’innovation de Singapour offre une plateforme mondiale de détection et de prévention de la cybercriminalité en tirant partie de l’expertise en la matière des services chargés de l’application de la loi et de partenaires clés du secteur privé.

Notre site utilise des cookies pour assurer un bon fonctionnement technique, recueillir des statistiques et permettre un partage sur les plateformes de réseaux sociaux.

En savoir plus