All news
|
Print
08 mai 2018

Le Prince de Galles s’informe sur les activités d’INTERPOL dans le monde entier

LYON (France) – Lors de sa visite au siège du Secrétariat général d’INTERPOL, à Lyon (France), le Prince de Galles a été informé des activités de l’Organisation en matière de lutte contre la traite d’êtres humains et la criminalité environnementale, ainsi qu’en matière de protection du patrimoine culturel.

Le Président et le Secrétaire Général d’INTERPOL, MM. Meng Hongwei et Jürgen Stock, ont accueilli Son Altesse Royale le Prince de Galles, aux côtés du Ministre de l’Intérieur de la France, M. Gérard Collomb, de l’Ambassadeur du Royaume-Uni en France, Lord Edward Llewellyn, du Maire de Lyon, M. Georges Képénékian, et du Préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, M. Stéphane Bouillon.

Le Prince de Galles a ainsi appris que près de 350 victimes potentielles d’exploitation sexuelle et de travail forcé ont été secourues au mois d’avril dans le cadre de l’opération Libertad coordonnée par INTERPOL, qui cible la traite d’êtres humains dans les Caraïbes, en Amérique centrale et en Amérique du Sud.

Alors que le trafic d’objets culturels en provenance de pays du Moyen-Orient touchés par des conflits armés a considérablement augmenté ces dix dernières années, le Conseil de sécurité de l’ONU a reconnu le rôle d’INTERPOL dans la lutte contre le commerce illicite de biens culturels iraquiens et syriens volés.

Son Altesse Royale a également été informée sur le fonctionnement du réseau mondial et du système d’alerte d’INTERPOL, qui ont aidé les pays membres à localiser et à arrêter des malfaiteurs recherchés pour des atteintes à l’environnement et des infractions visant les espèces sauvages.

On citera parmi les fugitifs concernés Lodu Dime, un trafiquant de tigres népalais recherché en relation avec la saisie de cinq peaux de tigres et de 114 kg d’os de tigres, ainsi que les frères Chancy et Patrick Kaunda du Malawi, soupçonnés d’avoir tenté d’exporter 781 défenses d’éléphants d’une valeur estimée à 5,8 millions d’USD.

Lors de sa visite, le Prince de Galles s’est recueilli devant le mémorial INTERPOL récemment inauguré en l’honneur des policiers du monde entier qui ont perdu la vie dans l’accomplissement de leur devoir. Une autre plaque commémorative a été apposée au Complexe mondial INTERPOL pour l’innovation, à Singapour.

Son Altesse Royale et la délégation qui l’accompagnait ont également visité le Centre de commandement et de coordination d’INTERPOL, qui apporte un soutien 24 heures sur 24 aux services chargés de l’application de la loi des 192 pays membres d’INTERPOL.

Le Royaume-Uni et la France coopèrent depuis plus d’un siècle avec INTERPOL. Les deux pays ont participé au premier Congrès international de police criminelle qui s’est tenu à Monaco en 1914 et où est née l’idée d’INTERPOL.

Notre site utilise des cookies pour assurer un bon fonctionnement technique, recueillir des statistiques et permettre un partage sur les plateformes de réseaux sociaux.

En savoir plus