All news
|
Print
25 avril 2017

L’alcool en tête des aliments et boissons de contrefaçon, d’une valeur de 230 millions d’EUR, saisis dans le cadre d’une opération mondiale

Près de 26 millions de litres d’alcool de contrefaçon ont été saisis lors d’une opération conjointe INTERPOL-Europol ciblant les contrefaçons d’aliments et de boissons dans le monde entier.

Lors de la sixième opération Opson, à laquelle ont participé la police, les douanes, les autorités nationales de contrôle des aliments et des partenaires du secteur privé de 61 pays, les produits les plus saisis ont été les contrefaçons d’alcool, suivies de celles de viande et de fruits de mer.

Cette opération, menée du 1er décembre 2016 au 31 mars 2017, a permis de saisir plus de 9 800 tonnes et 26,4 millions de litres d’aliments et de boissons de contrefaçon dangereux pour la santé, d’une valeur estimée à 230 millions d’EUR, lors de quelque 50 000 vérifications effectuées dans des boutiques, sur des marchés, dans des aéroports, des ports maritimes et des zones industrielles.

« Cette opération a montré à nouveau que les malfaiteurs peuvent contrefaire n’importe quel aliment ou boisson, sans penser au coût humain, du moment qu’ils gagnent de l’argent. Des milliers de contrefaçons ont été retirées de la circulation, mais nous continuons à encourager la population à rester vigilante vis-à-vis des produits qu’elle achète », a déclaré Françoise Dorcier, coordinatrice du Programme INTERPOL sur les marchandises illicites et la santé mondiale.

« L’opération Opson VI a confirmé la menace que constitue la fraude aux denrées alimentaires, qui touche tous les types de produits et toutes les régions du monde. Nous avons également observé l’apparition de nouveaux produits de contrefaçon, comme l’eau minérale. Une fois encore, la bonne coopération aux niveaux européen et mondial a été d’une importance capitale pour démanteler les organisations criminelles responsables du commerce illicite de produits alimentaires et de boissons de contrefaçon non conformes », a déclaré Chris Vansteenkiste, directeur de la Coalition coordonnée contre les atteintes à la propriété intellectuelle d’Europol (IPC3).

L’opération vise essentiellement à identifier et à démanteler les réseaux de criminalité organisée se livrant au trafic de marchandises de contrefaçon et à renforcer la coopération entre les services chargés de l’application de la loi concernés. Plusieurs individus ont d’ores et déjà été arrêtés et les enquêtes se poursuivent.

Comme les groupes criminels organisés utilisent souvent les mêmes réseaux pour commettre différents types d’infractions, des stupéfiants et des faux médicaments ont également été découverts lors de l’opération. À Djibouti, 150 kg de marijuana ont été saisis, et les autorités colombiennes ont démantelé un réseau criminel impliqué dans le commerce de contrefaçons de médicaments, parmi lesquels des traitements contre le cancer, le VIH et le diabète.

Études de cas
Région africaine

  • Au Togo, la police nationale a démantelé un réseau criminel qui commercialisait des denrées alimentaires et des boissons périmées. Près de 1 000 de canettes de boisson et 2 000 paquets de pâtes ont été saisis.
  • La police nationale rwandaise a saisi diverses contrefaçons d’aliments et d’alcools, dont du whisky.
  • Au Nigéria, l’Agence nationale pour l’administration et le contrôle des produits alimentaires et pharmaceutiques a saisi plus de 51 litres de faux champagne.

Région des Amériques

  • Lors d’un contrôle des bagages à la gare routière de l’aéroport de Buenos Aires (Argentine), cinq cartons contenant 1 287 flacons de comprimés de « compléments alimentaires et brûleurs de graisses hautes performances » ont été découverts. Les comprimés avaient été interdits aux États-Unis car ils contenaient des substances pouvant provoquer des infarctus et des accidents vasculaires cérébraux. Une notice mauve INTERPOL – visant à solliciter ou à fournir des informations sur des modes opératoires, des objets, des dispositifs et des méthodes de dissimulation employés par des malfaiteurs – a été diffusée aux 190 pays membres d’INTERPOL à propos de cette saisie.
  • Les autorités péruviennes ont saisi des lots périmés de denrées alimentaires, de boissons et de substances pour préparations, dont des colorants, estimés à environ 145 500 EUR. Plus de 6 kg de matières grasses stockées dans de mauvaises conditions, présentant des traces d’insectes et de rats, ont été découverts sur le site de préparation.
  • En Équateur, les autorités ont identifié et démantelé une organisation criminelle qui importait illégalement de Colombie divers produits illicites, notamment des aliments et des médicaments.

Région asiatique

  • En Indonésie, l’Agence nationale des médicaments et de l’alimentation a découvert une usine qui produisait toutes sortes de condiments et de sauces de contrefaçon dans de mauvaises conditions d’hygiène. Près de 32 000 boîtes d’une valeur estimée à 360 000 EUR ont été retrouvées, et des tests ont montré que les produits contenaient des additifs en quantité supérieure aux valeurs maximales recommandées.
  • En Corée du Sud, des enquêtes ont mis au jour une escroquerie ayant débuté en 2013, dans laquelle les suspects trafiquaient des emballages d’escargots d’eau douce de façon à augmenter significativement le poids des produits. Cette escroquerie aurait généré près de 3,5 millions d’EUR de bénéfices sur trois ans.
  • En Thaïlande, des agents ont découvert qu’une usine produisait illégalement de la sauce au poisson dans de mauvaises conditions d’hygiène et ont saisi 8 000 kg de viande de buffle importés illégalement.

Région européenne

  • Les carabiniers italiens ont démantelé un réseau de criminalité organisée impliqué dans la production et la commercialisation de vin de contrefaçon, et l’unité antimafia de Florence a arrêté trois individus. Dans l’exploitation toscane où se déroulaient les opérations, les enquêteurs ont découvert des emballages contrefaits, 9 000 litres de vin de contrefaçon et 30 litres d’alcool pur utilisé pour frelater le vin.
  • En Russie, la police a démantelé plusieurs filières de production et de distribution illégales d’alcool. À Saint-Pétersbourg, la police a découvert un site de production et d’embouteillage d’alcool non conforme à la réglementation, où l’on utilisait de faux tampons fédéraux pour tromper les consommateurs.
  • Quelque 311 000 conserves de poisson ont été saisies suite à une perquisition effectuée dans une usine de Porto par l’autorité portugaise chargée de la sécurité alimentaire et économique. Auparavant, l’usine s’était vu retirer l’autorisation de transformer des aliments, et elle se livrait à des activités illicites telles que le reconditionnement de marchandises proches de leur date limite de consommation.
  • En France, la douane a saisi près de 180 000 bouillons cubes de contrefaçon suite à une perquisition chez un grossiste près de Paris.
  • L’administration vétérinaire et alimentaire danoise a analysé une huile d’olive vendue dans des supermarchés afin de vérifier sa conformité à la réglementation en matière d’étiquetage, et a découvert que de nombreux échantillons étaient en fait des huiles mélangées.
  • Les autorités espagnoles ont démantelé un réseau de criminalité organisée qui utilisait de faux documents pour certifier le respect de bons procédés de conservation de crustacés, lesquels se sont révélés impropres à la consommation humaine.
Pays participants

Albanie, Allemagne, Argentine, Australie, Autriche, Bélarus, Belgique, Bosnie-Herzégovine, Bolivie, Bulgarie, Burundi, Chine, Colombie, Comores, Corée du Sud, Croatie, Chypre, Danemark, Équateur, Érythrée, Espagne, États-Unis, Éthiopie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Indonésie, Iraq, Irlande, Islande, Italie, Jordanie, Kenya, Lettonie, Lituanie, Maroc, Moldova, Monténégro, Nigéria, Norvège, Ouganda, Pays-Bas, Pérou, Pologne, Portugal, République dominicaine, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Russie, Rwanda, Seychelles, Soudan, Suisse, Tanzanie, Thaïlande, Togo, Uruguay, Viet Nam et Zambie.