All news
|
Print
08 mars 2017

Les Bureaux centraux nationaux INTERPOL jouent un rôle essentiel dans le renforcement de la sécurité mondiale

LYON (France) – L’accès des agents de première ligne aux données cruciales relatives à l’action policière mondiale est l’un des principaux sujets abordés cette semaine dans le cadre de la Conférence des Chefs de Bureaux centraux nationaux (B.C.N.) INTERPOL.

Véritables passerelles ouvrant aux polices nationales l’accès aux nombreuses bases de données mondiales d’INTERPOL, les B.C.N. ont un rôle essentiel à jouer en tant que composantes d’une plateforme policière internationale de collaboration et d’appui opérationnel.

La nécessité d’accroître l’échange de données biométriques (empreintes digitales, profils génétiques et images faciales), de même que l’amélioration de l’utilisation des capacités d’INTERPOL en matière de traçage des armes à feu et d’échange de données balistiques, seront également abordées lors de la réunion, qui rassemble trois jours durant (du 7 au 9 mars) quelque 270 policiers de 149 pays.

« Les Bureaux centraux nationaux sont les forces vives d’INTERPOL, et ils sont le trait d’union entre l’Organisation et les polices nationales, ainsi que le principal canal par lequel nous déployons nos activités essentielles », a déclaré le Président d’INTERPOL, M. Meng Hongwei.

« En tant qu’organisation de coopération policière internationale unique en son genre, INTERPOL ne devrait pas seulement être un acteur de la lutte contre la criminalité transnationale, mais aussi un défenseur de l’état de droit et de l’intérêt commun de l’humanité », a ajouté le Président Meng. « Alors que l’Organisation continue d’améliorer et de renforcer ses activités essentielles, notre ligne directrice est d’accorder une place plus importante au développement des B.C.N. »

Dans le monde entier, on observe que des résultats substantiels peuvent être obtenus lorsque les services nationaux chargés de l’application de la loi sont directement reliés aux bases de données mondiales d’INTERPOL. C’est ainsi que 48 heures à peine après que la police autrichienne a raccordé son réseau national au système mondial d’information d’INTERPOL, un contrôle systématique de passeports a permis d’identifier et d’arrêter un malfaiteur recherché au niveau international par la Croatie.

« Dans un contexte où les déplacements des terroristes représentent un défi de taille pour la police, il est extrêmement important de communiquer des donnée mondiales aux policiers locaux », a déclaré le Secrétaire Général, M. Jürgen Stock.

« En collaborant et en échangeant des informations avec l’ensemble de la communauté policière par l’intermédiaire d’INTERPOL, nous devons avoir conscience que nous protégeons non seulement notre propre pays, mais aussi celui de notre voisin. Et dans le monde ultra connecté qui est le nôtre aujourd’hui, ce voisin peut tout aussi bien se trouver à des milliers de kilomètres », a ajouté M. Stock.

D’après le Secrétaire Général, l’élargissement de l’accès aux bases de données mondiales d’INTERPOL pourrait permettre aux pays d’effectuer un contrôle systématique des personnes aux postes-frontières, et également d’obtenir de meilleurs résultats dans le cadre des enquêtes.

Le chef d’INTERPOL a attiré l’attention sur la condamnation, cette année, de la tête d’un réseau mondial d’abus pédosexuels au Japon, suite à des échanges d’informations via la base de données internationale sur l’exploitation sexuelle des enfants (ICSE). À ce jour, cette base de données a aidé des enquêteurs du monde entier à identifier et à secourir plus de 10 000 victimes d’abus pédosexuels.

L’opération Adwenpa II menée par INTERPOL, qui visait à renforcer les contrôles aux frontières dans toute l’Afrique de l’Ouest, a permis l’arrestation de trafiquants de migrants et d’individus se livrant à la traite d’êtres humains, ainsi que la saisie de drogues, de véhicules volés, d’argent en espèces et de marchandises de contrefaçon. Sept enfants âgés de 11 à 16 ans ont également été pris en charge au titre de la protection de l’enfance, et deux hommes soupçonnés de traite d’êtres humains ont été arrêtés.