All news
|
Print
22 juillet 2016

INTERPOL rejoint la Coalition internationale contre l’EIIL

WASHINGTON D.C. (États-Unis) – INTERPOL a rejoint la Coalition internationale contre l’EIIL pour soutenir l’action menée en vue de juguler l’afflux de combattants terroristes étrangers et de bloquer le financement de Daech.

À l’occasion de la réunion ministérielle contre l’EIIL qui s’est tenue le 21 juillet à Washington, le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Jürgen Stock, a déclaré que, la police se trouvant en première ligne de la lutte contre le terrorisme, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des zones de conflit, INTERPOL serait le catalyseur d’une composante policière internationale solide constituée dans le cadre de cette action commune contre la menace terroriste.

« Les échanges effectués par le canal d’INTERPOL permettent d’élargir le périmètre de sécurité nationale de tous les pays. L’une des mesures essentielles consiste à jeter un pont entre la zone de conflit, où se trouve le noyau dur de Daech, et les services chargés de l’application de la loi dans les autres pays, où Daech radicalise et frappe », a déclaré le Secrétaire Général, soulignant les succès déjà obtenus grâce à cette approche.

« La coopération entre le Département de la Défense des États-Unis et le Bureau central national INTERPOL à Washington a permis de transformer des informations déclassifiées recueillies sur les champs de bataille en Iraq et en Afghanistan en pistes d’enquête précieuses à l’étranger : des dossiers solides ont été montés, des combattants terroristes étrangers formellement localisés, et des réseaux de soutien et de recrutement démantelés.

« L’utilisation de cette méthode contre Daech améliorerait considérablement les résultats des enquêtes menées sur les membres du groupe dans le monde. Trop souvent, les services chargés de l’application de la loi ont dû stopper leur action en arrivant aux portes de la zone de conflit », a conclu le chef d’INTERPOL.

Des données sur plus de 7 500 combattants terroristes étrangers, transmises par près d’une soixantaine de pays par le canal d’INTERPOL, sont actuellement accessibles aux pays membres à des fins d’enquête, de vérification croisée et de contrôle aux frontières. En outre, INTERPOL exploite des milliers d’autres données enregistrées dans ses bases pour produire des analyses et proposer des pistes aux services chargés de l’application de la loi du monde entier.

Le Secrétaire Général d’INTERPOL a également souligné la nécessité de renforcer les capacités policières et de fournir des renseignements aux policiers sur le terrain pour réduire les possibilités de passage des frontières pour les membres de Daech.

Créée en septembre 2014, la Coalition internationale est constituée de 67 partenaires. Elle s’articule autour de cinq lignes d’action qui visent « à affaiblir et à vaincre l’EIIL », dont trois recevront l’appui d’INTERPOL : juguler l’afflux de combattants étrangers, bloquer le financement de l’EIIL et montrer le vrai visage de cette organisation.