All news
|
Print
17 mai 2016

Le trafic de migrants est une « entreprise multinationale », indique un rapport conjoint

LYON (France) – Les conclusions d’un rapport conjoint d’Europol et d’INTERPOL sur les réseaux de trafic de migrants soulignent la nécessité de disposer de connaissances exactes et approfondies sur le large éventail de services illicites offerts par les trafiquants de migrants, ainsi que sur leurs modes opératoires, afin de démanteler leurs réseaux criminels.

Un résumé du rapport publié aujourd’hui donne un aperçu complet des activités, des structures organisationnelles, des capacités opérationnelles et des principales zones d’activité des trafiquants de migrants, ainsi qu’une estimation de leurs profits.

Le chiffre d’affaires annuel du trafic de migrants était estimé entre 5 et 6 millions de dollars en 2015, ce qui en faisait l’une des activités les plus lucratives de la criminalité organisée en Europe.

Parmi les autres conclusions importantes de ce rapport, figurent les éléments suivants :

  • 90 % des déplacements de migrants vers l’Union européenne (UE) sont organisés principalement par les membres d’un réseau criminel.
  • Les principaux axes du trafic de migrants se situent sur les grands itinéraires de migration, qui sont fluides et influencés par des facteurs externes, tels que les contrôles aux frontières.
  • Les passeurs responsables du trafic de migrants sont organisés au sein de réseaux aux liens peu structurés.
  • Le trafic de migrants est une entreprise multinationale, et les suspects proviennent de plus d’une centaine de pays.
  • La structure des réseaux de trafic de migrants inclut : des chefs qui coordonnent de loin les activités menées le long d’un itinéraire donné ; des organisateurs qui gèrent les activités au niveau local grâce à des contacts personnels ; et, au bas de l’échelle, des passeurs opportunistes.
  • Généralement, les suspects dans les affaires de trafic de migrants sont déjà impliqués dans d’autres formes de criminalité.
  • Les migrants qui sont en route vers l’UE sont susceptibles d’être soumis à l’exploitation sexuelle et au travail forcé car ils doivent rembourser leur dette aux passeurs.
  • Bien qu’aucun lien systématique n’ait pu être démontré entre le trafic de migrants et le terrorisme, le risque est de plus en plus grand de voir les combattants terroristes étrangers profiter des flux migratoires pour entrer/revenir dans l’UE.

M. Rob WAINWRIGHT, Directeur d’Europol, a déclaré : « Je suis heureux de présenter ce rapport conjoint d’Europol et d’INTERPOL. Il décrit le rôle crucial que jouent les réseaux de criminalité organisée dans la crise migratoire et signale clairement à l’UE et à ses États membres la nécessité de lutter contre ces réseaux le plus fermement possible. Grâce au nouveau centre européen chargé de lutter contre le trafic de migrants d’Europol et à sa collaboration avec INTERPOL et d’autres partenaires, nous disposons maintenant de moyens opérationnels pour atteindre ce but ».

 « Le rapport conjoint d’Europol et d’INTERPOL constitue un effort sans précédent pour donner un aperçu de l’action des trafiquants de migrants et de leurs réseaux criminels, qui tirent parti du désespoir d’autres êtres humains. Bien que l’Europe soit la destination de ces migrants, la crise ne peut être résolue par les seuls services de police et décideurs politiques européens. Cette analyse approfondie servira de base à des actions conjointes significatives et ciblées en Europe et dans le monde entier », a déclaré le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Jürgen Stock.

Les principales conclusions du rapport proviennent d’échanges qui se sont déroulées au sein des groupes de travail réunis à l’occasion du deuxième Forum opérationnel Europol-INTERPOL, à La Haye, en février 2016. Elles seront utiles pour formuler des recommandations concernant de futures actions opérationnelles et stratégiques.