All news
|
Print
19 mars 2016

Après l’arrestation d’Abdeslam, INTERPOL recommande une vigilance accrue aux frontières

LYON (France) – Suite à l’arrestation de Salah Abdeslam en Belgique vendredi dernier, INTERPOL a recommandé à ses 190 pays membres de renforcer leur vigilance aux postes-frontières.

L’organisation mondiale de police met en garde contre le fait que la capture de cet homme de 26 ans, ressortissant français né en Belgique, qui figure parmi les principaux suspects des attentats de novembre 2015 à Paris, puisse pousser des complices à tenter de s’enfuir, en Europe ou ailleurs.

Dans un message adressé à l’ensemble des pays membres de l’Organisation, le Secrétariat général d’INTERPOL à Lyon recommande d’intensifier les contrôles aux points de passage frontaliers, notamment en effectuant des recherches dans la base de données d’INTERPOL sur les documents de voyage volés et perdus (SLTD), qui contient près de 56 millions de documents provenant de 172 pays.

La base de données SLTD contient également des informations sur quelque 250 000 passeports syriens et iraquiens volés et perdus, dont plus de 190 000 ont été déclarés volés vierges.

Parmi ces passeports figure le passeport syrien retrouvé au Stade de France suite à la tentative d’attentat suicide commise lors des attaques de Paris. Ce passeport avait été enregistré dans la base de données SLTD en avril 2014 comme faisant partie d’un lot de 1 452 passeports volés vierges.

Par ailleurs, la base de données mondiale d’INTERPOL sur les combattants terroristes étrangers contient des informations sur environ 6 000 individus qui ont été communiquées par plus de 50 pays.

« Il convient de féliciter la Belgique pour l’arrestation de Salah Abdeslam, mais ce n’est là qu’une pièce du puzzle », a déclaré le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Jürgen Stock.

« S’il est trop tôt pour émettre des hypothèses sur l’orientation que prendra l’enquête, toute personne liée à Abdeslam va craindre que son lieu de séjour soit révélé et chercher à fuir pour se soustraire à la loi.

« Aujourd’hui, il est essentiel que les pays continuent de coopérer et de procéder à des vérifications approfondies en consultant les informations mises à leur disposition, pour éviter que des suspects ne passent à travers les mailles du filet », a ajouté le Secrétaire Général d’INTERPOL.

Le Centre de commandement et de coordination, situé au siège du Secrétariat général et fonctionnant 24 heures sur 24, collabore étroitement avec les Bureaux centraux nationaux INTERPOL de la Belgique et de la France afin de leur apporter tout l’appui nécessaire et d’assurer une transmission rapide des informations aux autres pays membres dans le cadre de l’enquête internationale en cours sur les attentats de Paris.