All news
|
Print
03 mars 2016

INTERPOL soutient l’action menée au niveau international à l’occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage

LYON (France) – INTERPOL soutient la Journée mondiale de la vie sauvage dans le cadre de son attachement indéfectible à l’action de promotion de la sécurité environnementale menée par les services chargés de l’application de la loi.

La criminalité visant les espèces sauvages, qui est liée à d’autres infractions telles que le blanchiment d’argent, le trafic d’armes à feu, le trafic de drogues et la corruption, est une menace considérable à la sûreté et à la sécurité des populations, ainsi qu’à leur développement économique.

INTERPOL – tout comme la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), la Banque mondiale et de l’Organisation mondiale des douanes (OMD) – est membre du Consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages (ICCWC), qui forme une alliance puissante de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages.

« Une action concertée est nécessaire pour cibler les personnes et les réseaux de criminalité organisée attirés par le faible risque que présente la criminalité visant les espèces sauvages et les gros profits qu’elle génère », a déclaré Tim Morris, le Directeur exécutif des Services de police d’INTERPOL.

« Nous devons continuer à développer les moyens des services chargés de l’application de la loi dans le monde entier, non seulement pour protéger les groupes vulnérables actuels, mais aussi pour préserver notre patrimoine pour les générations futures, comme le souligne le thème de la Journée mondiale de la vie sauvage de cette année : ʽL’avenir de la vie sauvage est entre nos mainsʼ », a ajouté M. Morris.

Le Groupe de travail d’INTERPOL sur la criminalité liée aux espèces sauvages réunit des enquêteurs spécialisés du monde entier pour développer des activités et des initiatives autour de projets internationaux dans le but d’optimiser l’efficacité de l’action menée au niveau mondial.

L’an passé, le service d’INTERPOL chargé de la sécurité environnementale a soutenu l’action des 190 pays membres de l’Organisation, notamment en publiant des notices – 4 notices bleues, 11 rouges et 21 mauves – qui visaient aussi bien à retrouver des personnes recherchées qu’à signaler des modes opératoires utilisés dans la criminalité liée aux espèces sauvages, en déployant neuf cellules de soutien aux enquêtes, et en coordonnant deux opérations d’envergure mondiale.

L’opération Paws II (Protection des espèces sauvages d’Asie), qui a duré deux mois et à laquelle 17 pays d’Asie et au-delà ont participé, ciblait les réseaux criminels, notamment par la conduite de cyber-enquêtes, d’analyses des renseignements et d’analyses d’ADN, et d’actions répressives conjointes des services de police, de douane et de protection de la vie sauvage.

L’opération Worthy II, qui ciblait le trafic d’ivoire en Afrique, a abouti à 376 arrestations, à la saisie de 4,5 tonnes d’ivoire d’éléphant et de corne de rhinocéros, et à des enquêtes sur 25 groupes criminels impliqués dans le commerce illicite.

Sheldon Jordan, Director General, Environment & Climate Change Canada

Davyth Stewart, INTERPOL Environmental Security programme

Frances Craigie, Environmental Affairs, South Africa

Bishan Singh Bonal, Ministry of Environment, Forest & Climate Change, India

Video

#SeriousAboutWildlifeCrime

View video: AR | EN | ES | FR