All news
|
Print
15 février 2016

Arrestation de malfaiteurs et saisie de stupéfiants, d’armes à feu et d’or lors d’une opération frontalière d’INTERPOL en Afrique de l’Ouest

COTONOU (Bénin) – Une opération visant à renforcer les contrôles aux frontières le long du corridor Abidjan-Lagos a permis de procéder à d’importantes saisies de stupéfiants, de véhicules volés, de devises, d’armes à feu et de faux documents de voyage, ainsi qu’à des arrestations pour trafic de migrants.

Pendant 10 jours (26 janvier - 4 février), l’opération Adwenpa a vu le déploiement de plus d’une centaine de fonctionnaires à dix postes-frontières aériens et terrestres dans cinq pays (Bénin, Côte d’Ivoire, Ghana, Nigéria et Togo), avec pour mission de procéder à des contrôles de sécurité supplémentaires à l’aide des bases de données d’INTERPOL.

Deux hommes faisant l’objet de notices rouges INTERPOL ont été identifiés : un ressortissant ghanéen recherché par le Brésil pour trafic de stupéfiants a été arrêté à la frontière entre le Ghana et la Côte d’Ivoire ; et un ressortissant français recherché par le Bénin pour escroquerie et détournement de fonds a été arrêté à l’aéroport international Félix-Houphouët-Boigny d’Abidjan.

Un Ghanéen qui tentait d’introduire clandestinement deux migrants au Togo à l’aide de documents de voyage de contrefaçon a été arrêté ; à la frontière entre le Nigéria et le Bénin, six enfants âgés de 13 à 17 ans, victimes présumées d’une traite aux fins de travail forcé, ont été confiés aux soins des autorités nationales.

Près de 900 kg de stupéfiants ont été saisis, notamment de la cocaïne, du cannabis, de la méthamphétamine et du khat. Les vérifications dans la base de données d’INTERPOL sur les véhicules volés ont permis de récupérer sept véhicules qui avaient été volés au Canada, en France, en Allemagne et en Italie.

De grandes quantités d’espèces, des lingots d’or et des bijoux faisant l’objet d’un trafic ont également été saisis, pour une valeur estimée à plus d’un million de dollars américains, ainsi que près de 80 kg d’ivoire de contrebande et plusieurs faux passeports.

Le Directeur général de la Police du Bénin, M. Didier Atchou, a déclaré que l’opération avait fait apparaître des liens manifestes entre différents types d’infractions, et a souligné la nécessité d’apporter une réponse transnationale coordonnée.

« L’accroissement de la liberté de circulation des biens et des personnes s’accompagne d’un accroissement des possibilités pour les malfaiteurs », a ajouté M. Atchou.

« Les résultats de l’Opération Adwenpa montrent ce qui peut être accompli lorsque les policiers sur le terrain sont correctement formés et ont accès aux outils et services de police dont ils ont besoin, tels que ceux mis à disposition par INTERPOL ».

« Les polices des pays participants se sont dotées de nouvelles connaissances sur la lutte contre le trafic de migrants, le trafic de drogues, le terrorisme et d’autres formes de criminalité transnationale, qui renforceront considérablement la sécurité future aux niveaux national et régional », a conclu le Directeur général.
 
L’opération Adwenpa marque la dernière étape du Programme INTERPOL de renforcement des capacités en matière de gestion des frontières en Afrique de l’Ouest, un programme de deux ans financé par le Programme du gouvernement canadien visant à renforcer les capacités de lutte contre la criminalité.

« La grande efficacité de l’opération Adwenpa s’explique par la formation de formateurs préalablement dispensée par INTERPOL aux fonctionnaires locaux participant à l’opération », a déclaré Julia Viedma, Directeur du Renforcement des capacités et de la formation à INTERPOL. « Ces policiers ont acquis un ensemble de compétences et d’outils qui leur permettront de former leurs collègues. Ainsi, dans toute l’Afrique de l’Ouest, des policiers profiteront eux aussi de ce programme ».

« L’éventail d’activités auxquelles se livrent les organisations criminelles ressort clairement de l’opération Adwenpa ; les services chargés de l’application de la loi ne peuvent traiter ces différentes formes de criminalité de manière isolée », a déclaré Michael O’Connell, Directeur de l’Appui opérationnel et de l’analyse à INTERPOL. « Cet exercice montre en outre l’importance de l’utilisation des outils de police mondiaux d’INTERPOL pour l’échange d’informations et la coopération transfrontalière ».

Au cours de ce programme, plus de 50 fonctionnaires des Bureaux centraux nationaux (B.C.N.), des services de l’immigration, des douanes et d’autres services chargés de l’application de la loi ont reçu une formation spécialisée.

Un guide pratique à l’intention des agents chargés des contrôles aux frontières en Afrique de l’Ouest a également été élaboré, qui donne des conseils, des recommandations et des informations pour détecter les formes de criminalité transnationale les plus répandues dans la région.