All news
|
Print
18 novembre 2015

Conférence INTERPOL-StAR pour la coopération internationale en matière de recouvrement d’avoirs

NEW DELHI (Inde) – Le renforcement de la coopération en matière de recouvrement d’avoirs dans le cadre de la lutte mondiale contre la corruption et la criminalité financière est l’un des thèmes majeurs de la 6ème Conférence des points de contact internationaux pour le recouvrement d’avoirs, qui se tient à New Delhi.

D’une durée de trois jours (du 17 au 19 novembre), la conférence organisée par le Central Bureau of Investigation (CBI – Bureau central d’enquêtes) de l’Inde, INTERPOL et l’Initiative StAR pour le recouvrement des avoirs volés de la Banque mondiale et du Bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) réunit plus de 120 délégués d’une cinquantaine de pays.

Elle offre aux participants remplissant la fonction de point de contact national pour les enquêtes dans le domaine du recouvrement d’avoirs l’occasion d’échanger sur les évolutions et les difficultés rencontrées, et de rechercher ensemble des mesures susceptibles de renforcer la coopération internationale dans les affaires de recouvrement d’avoirs.

« Les gouvernements du monde entier œuvrent à changer la vie des pauvres et des exclus. Or, la corruption est l’un des principaux obstacles auxquels ils se heurtent dans la poursuite de cet objectif. L’Inde reste déterminée dans son combat contre la corruption », a déclaré le Premier Ministre indien, M. Narendra Modi, lors de la conférence.

« Je salue l’action d’INTERPOL et de ses partenaires – la Banque mondiale et l’ONUDC – qui ont conçu l’idée de cette conférence et pris l’initiative de l’organiser car elle pourra permettre de priver les corrompus de tout lieu de refuge ».

« La coopération excellente et proactive qui existe entre INTERPOL et les services d’enquête indiens a porté ses fruits : de nombreux malfaiteurs ont été retrouvés et par la suite expulsés ou extradés. Je souhaiterais un approfondissement de cette coopération », a ajouté M. Modi.

Prenant la parole devant le Premier Ministre indien et un certain nombre de ministres de son gouvernement, le président de la Central Vigilance Commission (commission fédérale chargée de la prévention de la corruption dans les institutions gouvernementales centrales et l’administration publique indiennes), le Conseiller du Premier Ministre indien sur les questions de sécurité (National Security Advisor), ainsi que d’autres hauts responsables publics dont M. Anil Kumar Sinha, Directeur du CBI et M. Anselm Lopez, Délégué auprès du Comité exécutif d’INTERPOL, le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Jürgen Stock, a souligné la grande expérience de l’Inde en matière de lutte contre les menaces criminelles transnationales et a remercié le CBI pour son rôle dans le renforcement des relations entre l’Inde et INTERPOL.

« Comme d’autres formes de criminalité, la corruption et les gains qui en procèdent sont un problème au mondial exigeant une réponse collective et coordonnée de la part des services chargés de l’application de la loi », a déclaré M. Stock.

Il a en outre été souligné que si le réseau mondial des points de contact de l’Initiative INTERPOL-StAR offre à plus de 200 enquêteurs et procureurs de 120 pays un moyen sûr et neutre d’échanger des informations, il est indispensable de faire davantage eu égard à la complexité et à la difficulté du recouvrement d’avoirs.

Dans cette perspective, un projet pilote relatif à la création d’une nouvelle catégorie de notices INTERPOL dont la finalité serait la localisation et le recouvrement des avoirs issus d’activités criminelles a récemment été approuvé par les pays membres que compte l’Organisation dans le monde entier.

« L’expérience acquise au niveau national doit être partagée entre les nations par l’intermédiaire d’une plateforme neutre, sans frontières de domaines ou de régions. Cela vaut pour la lutte contre la criminalité organisée aussi bien que pour la lutte contre la cybercriminalité ou le terrorisme », a indiqué M. Stock, évoquant les récents attentats terroristes survenus en France, au Liban, en Turquie et dans d’autres pays.

« Face à de telles menaces mondiales si complexes, la coopération policière internationale continue à faciliter l’échange vital d’informations, de compétences et d’expériences utiles aux services chargés de l’application de la loi entre toutes les régions », a ajouté le chef d’INTERPOL.

Se félicitant de l’« impulsion » donnée à la coopération entre INTERPOL et l’Inde, le Directeur du CBI, M. Anil Kumar Sinha, a déclaré : « Notre vision est celle d’un CBI avec des capacités de premier ordre, s’appuyant sur le savoir et la technologie et soutenant la comparaison avec les meilleurs services de police au monde ».

M. Onno Ruhl, Directeur pour l’Inde à la Banque mondiale, a indiqué : « Avec le défi commun qui est le nôtre de réunir des fonds pour atteindre les Objectifs de développement durable, lutter contre la corruption et recouvrer l’argent volé afin de pouvoir l’affecter à des priorités de développement revêt une importance encore accrue. Je suis heureux que le gouvernement indien accueille cette conférence et reconnaissant du partenariat avec INTERPOL et l’ONUDC au sein de l’Initiative StAR. La mobilisation dont font preuve l’ensemble des partenaires est particulièrement encourageante ».

Dans le cadre de l’opération Augeas lancée au début du mois, INTERPOL assure la coordination d’une enquête dirigée par les autorités françaises sur une affaire internationale de corruption présumée à laquelle seraient mêlés des responsables sportifs et des athlètes.

La Plateforme INTERPOL-StAR des points de contact internationaux dans le domaine du recouvrement d’avoirs a été mise en place en 2009 afin d’aider les différentes parties intervenant dans des affaires de recouvrement d’avoirs à surmonter les difficultés liées à ce type d’affaires lorsqu’elles ont des ramifications internationales.

James Anderson, INTERPOL Assistant Director Anti Corruption and Financial Crime Sub Directorate

Anil Sinha, Director CBI India