All news
|
Print
09 novembre 2015

INTERPOL prête assistance à une enquête des autorités françaises sur une affaire de corruption dans le sport

L’organisation internationale de police chargée de coordonner une enquête mondiale sur une affaire de corruption présumée liée au dopage


LYON (France) – INTERPOL va coordonner une enquête mondiale pilotée par la France sur ce qui semblerait être une affaire internationale de corruption dans laquelle seraient impliqués d’ex-responsables sportifs ainsi que des athlètes soupçonnés d’avoir dissimulé des faits de dopage.

Cette annonce suit la publication aujourd’hui d’un rapport remis par une commission indépendante mise en place par l’Agence mondiale antidopage (AMA), qui a enquêté sur un certain nombre de personnes parmi lesquelles figurent d’anciens responsables de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF).

La commission a rendu des conclusions après avoir enquêté sur des accusations diffusées par la télévision allemande en décembre 2014.

Lors de ses investigations, elle a demandé l’assistance de l’unité de lutte antidopage d’INTERPOL pour contacter les services chargés de l’application de la loi des pays où des infractions potentielles avaient été détectées, en vue d’échanger des renseignements.

À cet égard, INTERPOL a facilité les contacts entre la commission et les autorités françaises, lesquelles ont décidé d’ouvrir une enquête internationale sur des accusations faisant notamment état de corruption active et passive, de blanchiment de fonds et d’association de malfaiteurs.

Le service de lutte anticorruption de la Direction centrale de la Police judiciaire (OCLCIFF - Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales) a été chargé de l’enquête, sous la direction du juge d’instruction Renaud Van Ruymbeke.

La police française a procédé, la semaine dernière, à des perquisitions ordonnées pour les besoins de la procédure d’instruction dans des domiciles privés et dans des locaux d’entreprises.

Dans le cadre de son opération Augeas, INTERPOL travaille maintenant avec les pays membres susceptibles d’être concernés par l’enquête, notamment avec Singapour, afin que ceux-ci apportent leur concours à la coordination d’un réseau mondial d’enquête et pour appuyer l’enquête pénale ouverte sur la base des renseignements recueillis par la commission indépendante.

Selon la progression et les résultats de l’enquête, et en collaboration avec les autorités compétentes, la commission devrait pouvoir publier la version intégrale et finale de son rapport d’ici fin 2015.

INTERPOL et l’AMA ont signé en 2009 un accord visant à mettre en place un cadre de coopération bilatérale clair en matière de lutte antidopage.

La demande adressée par la commission à INTERPOL s’inscrit dans le prolongement des efforts déployés par les deux organisations pour développer les bonnes pratiques et la coopération entre elles à tous les niveaux, en particulier en matière de recueil d’éléments de preuve, d’échange d’informations et de trafic de produits dopants.