All news
|
Print
02 septembre 2015

Un forum international sur le thème de la lutte contre la menace mondiale des engins explosifs improvisés

CANBERRA (Australie) – La première réunion internationale sur la lutte contre la menace des engins explosifs improvisés (EEI), qui tuent et blessent chaque année des dizaines de milliers de personnes dans le monde entier, vient de s’ouvrir à Canberra.

Organisé par INTERPOL, la Police fédérale australienne et le Ministère australien de la Défense, le « Forum international des hauts responsables chargés de la lutte contre les engins explosifs improvisés » rassemblera pendant trois jours (du 2 au 4 septembre) plus de 300 éminents représentants des gouvernements, de la police et des forces armées de quelque 70 pays.

L’un des buts essentiels de ce forum est le renforcement de la coopération entre les gouvernements, les services chargés de l’application de la loi et les forces armées par l’établissement de liens plus étroits entre la lutte antiterroriste et la lutte contre les engins explosifs improvisés, afin d’assurer un échange plus efficace de renseignements exploitables.

La capacité à fabriquer des EEI s’est répandue bien au-delà des zones de conflit, Internet facilitant considérablement la diffusion des connaissances nécessaires. On estime que depuis le début de l’année 2015, 10 000 civils ont été tués dans le monde lors d’attentats commis au moyen d’EEI, la moitié de ces pertes résultant d’attentats suicides.

Parmi les attentats de ce type les plus récents figurent celui commis dans un sanctuaire en Thaïlande, qui a coûté la vie à 20 personnes, celui commis dans une mosquée à Abha, en Arabie saoudite, lors duquel 15 personnes ont trouvé la mort, et celui commis dans le Centre culturel Amara, à Suruç, en Turquie, non loin de la frontière avec la Syrie, lors duquel plus de 30 personnes ont été tuées et de nombreuses autres blessées.

L’attentat le plus meurtrier de l’année 2015 a été perpétré le 20 mars à Sanaa, la capitale du Yémen, lorsque des kamikazes ont pris pour cibles deux mosquées, les explosions faisant 137 morts et 345 blessés.

Tous ces attentats sont survenus sur fond d’offensives régulières de Boko Haram au Nigéria – avec utilisation d’EEI –, d’attaques au Tchad et au Cameroun et récemment, d’attaques visant les forces de maintien de la paix de l’ONU au Mali et les troupes de l’Union africaine en Somalie.

Souhaitant la bienvenue aux participants au forum de la part du Ministre australien de la Défense, M. Andrew Nikolic, parlementaire, a déclaré qu’accueillir cette réunion était un privilège et témoignait de la détermination de son pays à lutter contre la menace des EEI.

« Nous devons concentrer nos efforts sur l’élément dont les réseaux terroristes se sont eux-mêmes servis et cet élément, c’est l’échange d’informations. Notre faiblesse est devenue leur force, et cette situation doit être renversée », a indiqué M. Nikolic.

« Organisation de police la plus importante au monde, INTERPOL joue un rôle vital. Il a la faculté particulière de pouvoir faciliter la coopération policière internationale même en l’absence de relations diplomatiques ».

« Nous sommes aux côtés des forces armées et des services de police du monde entier pour lutter contre la prolifération des EEI et désorganiser les réseaux qui les utilisent », a ajouté M. Nikolic.

Le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Jürgen Stock, a souligné que le forum était l’occasion unique de trouver une réponse globale coordonnée au danger des EEI et plus largement, aux problèmes de sécurité.

« La menace terroriste ayant atteint une ampleur sans précédent, il est urgent d’agir à l’échelle internationale », a-t-il en outre indiqué.

« Reconnu par le Conseil de sécurité des Nations Unies comme étant le canal mondial pour l’échange d’informations sur les combattants étrangers, INTERPOL peut également offrir une plateforme neutre et de confiance pour lutter contre la menace des EEI qui tuent et blessent des milliers de personnes chaque année ».

« Nous devons maintenant travailler ensemble à faire en sorte que les agents présents sur le terrain aient accès aux informations et renseignements vitaux, afin qu’ils puissent agir efficacement », a conclu M. Stock.

Lancé au début de cette année, le projet Watchmaker d’INTERPOL a pour objectif d’aider les pays membres à identifier et à retrouver les individus dont on soupçonne ou dont on sait qu’ils fabriquent ou utilisent illégalement des engins explosifs, cadre dans lequel l’organisation internationale de police alimente sa base de données sur les combattants terroristes étrangers.

En plus d’apporter un appui opérationnel et en matière d’analyse, ce projet a déjà été à l’origine de la diffusion de plus de 600 notices INTERPOL et messages d’alerte sur des individus fabriquant ou utilisant des EEI.

Les acteurs internationaux étant exhortés de manière de plus en plus pressante à collaborer davantage entre eux, le forum permettra également de jeter les bases d’un mécanisme de coordination mondial visant à réduire la menace des EEI et à sauver ainsi des milliers de vies dans le monde entier.

#CIED2015 Press Conference, Jürgen Stock, INTERPOL Secretary General

#CIED2015 Press Conference, Andrew Nikolic, Australian Government Whip