All news
|
Print
15 juillet 2015

Visite du Secrétaire Général d’INTERPOL à la Commission européenne en vue d’intensifier la lutte contre le trafic de migrants et le terrorisme

BRUXELLES (Belgique) – Le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Jürgen Stock, a rencontré Mme Federica Mogherini, Haut représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité et également Vice-président de la Commission européenne, en vue de renforcer la collaboration en matière de lutte contre les menaces les plus urgentes pesant actuellement sur la sécurité de l’Europe.

Au nombre des questions prioritaires inscrites à l’ordre du jour des entretiens à haut niveau qui se sont déroulés à Bruxelles entre le Secrétaire Général Stock et Mme Mogherini figuraient le terrorisme, le trafic de migrants et le rétablissement des capacités des services chargés de l’application de la loi dans les pays sortant d’un conflit.

INTERPOL et l’Union européenne travaillent déjà en étroite collaboration à un certain nombre d’initiatives visant à améliorer la sécurité européenne. La question du trafic de migrants entrant dans l’espace européen via la Méditerranée ayant été désignée comme prioritaire par l’UE, INTERPOL participe à l’Équipe opérationnelle conjointe (JOT) « Mare » ciblant les organisations criminelles impliquées.

La fonction de plateforme mondiale d’échange d’informations que remplit INTERPOL pour les besoins de la lutte antiterroriste a été reconnue par les Nations Unies et par l’Union européenne. Dans le cadre de son projet sur les combattants terroristes étrangers, qui a permis de réunir à ce jour des informations sur plus de 4 500 combattants étrangers connus ou présumés, INTERPOL échange des informations avec l’UE par l’intermédiaire du Point de contact VOYAGEURS d’Europol.

Le Secrétaire Général Stock a souligné la capacité d’INTERPOL à relier entre eux les services de police de toute l’Europe avec leurs homologues des 190 pays membres de l’Organisation.

« Il est impossible de lutter seul contre la criminalité transnationale ; aucun pays ne peut à lui seul abattre les réseaux de criminalité organisée responsables du trafic de migrants, du terrorisme et d’autres crimes parmi les plus graves », a déclaré le chef d’INTERPOL.

« Même une région disposant d’un solide maillage de services chargés de l’application de la loi comme c’est le cas de l’Union européenne a besoin d’échanger des informations, des renseignements et de l’expertise avec ses homologues du monde entier, et c’est précisément là que les outils et les services mondiaux d’INTERPOL sont d’une utilité cruciale », a ajouté M. Stock.