All news
|
Print
26 juin 2015

INTERPOL offre son soutien plein et entier après les attentats terroristes perpétrés en France, en Tunisie, au Koweït et en Somalie

LYON (France) – INTERPOL a offert son soutien plein et entier aux autorités françaises, tunisiennes, koweïtiennes et somaliennes à la suite de quatre attentats terroristes distincts ayant fait plus de
80 morts et de nombreux blessés.

Le Centre de commandement et de coordination (CCC) d’INTERPOL, situé au siège du Secrétariat général et fonctionnant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, est en contact étroit avec les Bureaux centraux nationaux de Paris, Tunis, Koweït et Mogadishu en vue de répondre à toute demande d’aide.

Au moins 27 personnes, dont un tireur, ont été tuées lors d’une attaque perpétrée sur une plage de la station balnéaire de Sousse, dans l’est de la Tunisie. Au Koweït, au moins 25 personnes sont mortes dans un attentat-suicide commis contre une mosquée de la capitale koweïtienne et revendiqué par un groupe affilié à l’État islamique.

En France, un corps décapité a été découvert dans une usine de production de gaz située près de Lyon, dans le sud-est de la France, et plusieurs personnes ont été blessées après qu’une voiture a été projetée contre le bâtiment, provoquant une explosion lorsque celle-ci a heurté des bombonnes de gaz.

Après l’attaque d’une base militaire de la mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM), dans le sud du pays, revendiquée par Al-Chabab, un bilan fait état de 30 morts.

« Les attaques perpétrées aujourd’hui en France, au Koweït, en Tunisie et en Somalie montrent l’ampleur véritablement mondiale de la menace terroriste actuelle », a déclaré le Secrétaire Général d’INTERPOL, Jürgen Stock.

« INTERPOL peut servir de plateforme mondiale pour soutenir l’action menée par nos 190 pays membres en vue d’endiguer et de neutraliser cette menace. »

« Au nom de la communauté policière internationale, INTERPOL condamne avec la plus grande fermeté ces effroyables attentats et présente ses condoléances aux familles et aux proches des victimes », a conclu le Secrétaire Général.