All news
|
Print
01 juin 2015

Saisie de 60 millions d’USD de contrefaçons lors d’une opération menée sur tout le continent américain et dans les Caraïbes

LYON (France) – Des pièces détachées d’automobiles, du carburant, des produits alimentaires, du détergent, des cigares, du shampooing et de l’acier figurent parmi les marchandises de contrefaçon d’une valeur totale approchant les 60 millions d’USD qui ont été saisies lors d’une opération menée deux semaines durant sur l’ensemble du continent américain et dans les Caraïbes.

Baptisée Maya II, cette opération a donné lieu à plus de 2 000 perquisitions auxquelles ont participé les services de police et de douane, les unités de lutte contre les atteintes à la propriété intellectuelle et des enquêteurs, en des lieux stratégiques tels que des marchés, des postes-frontières et des magasins, dans 19 pays et territoires. L’opération était coordonnée par le service d’INTERPOL chargé de la lutte contre le trafic de marchandises illicites et la contrefaçon.

Les enquêtes conduites par les autorités nationales ont permis de mettre au jour et de démanteler plusieurs réseaux organisés ainsi que des sociétés se livrant à la vente de contrefaçons. À El Salvador, la police a arrêté une personne liée à l’un des trafiquants de marchandises illicites les plus recherchés.

La police costa-ricienne a neutralisé tout un réseau de vente de faux équipements de protection sur le lieu de travail dont des masques et des filtres à air, tandis qu’en Colombie, plus de 1 600 bidons de faux pesticide ont été saisis après la découverte par la police d’un réseau de vente ciblant les agriculteurs.

En République dominicaine, où la déforestation devient de plus en plus préoccupante, les autorités ont mis la main sur plus de 100 sacs de charbon de bois à la frontière avec Haïti. Elles ont en outre repéré et fermé deux usines produisant illégalement de la lessive.

On a également découvert à Saint-Domingue qu’un centre commercial vendait des contrefaçons à côté de produits de marques authentiques, sa chaîne d’approvisionnement ayant été infiltrée par des réseaux criminels organisés. Une distillerie clandestine a par ailleurs été fermée, et les analyses réalisées sur l’alcool illégal saisi lors des perquisitions ont montré qu’il contenait des additifs potentiellement mortels.

« La participation de la République dominicaine à l’opération Maya II par l’intermédiaire d’INTERPOL Saint-Domingue souligne notre détermination à combattre toutes les formes de criminalité transnationale afin de protéger les citoyens et la société, pour un monde plus sûr », a déclaré le major général Manuel Elpidio Castro Castillo, chef de la Police nationale dominicaine.

À l’occasion de sa première participation à une opération visant les produits de contrefaçon, la police cubaine a saisi des centaines de fausses boîtes prêtes à être remplies de cigares imitant des marques connues.

Les articles suivants figurent également parmi les marchandises saisies :

  • de fausses lunettes de visée, saisies au Canada ;
  • de faux appareils électriques, saisis à Trinité-et-Tobago ;
  • des manettes de jeux vidéo, saisies au Mexique ;
  • des jeans et des T-shirts, saisis à Curaçao.

Le trafic de carburant s’est, une fois de plus, révélé être l’une des infractions les plus fréquentes. Lors d’une seule intervention de la police colombienne à proximité de la frontière avec le Venezuela, 19 camions contenant près de 318 000 litres de carburant de contrebande ont été saisis, ainsi que 70 000 USD en espèces et trois armes à feu.

« Les résultats de l’opération Maya II témoignent de la lutte incessante menée contre les réseaux criminels transnationaux se livrant à la contrefaçon, laquelle concerne un large éventail de produits dont l’alcool, le tabac et bien d’autres, constituant une atteinte aux marques et portant préjudice aux détenteurs de droits », a déclaré le major général Rodolfo Palomino López, Directeur général de la Police nationale colombienne.

« Le succès de cette opération est le fruit de l’engagement et de la détermination des pays participants, en particulier de ceux qui ont pris part à ces actions très ciblées pour la première fois », a déclaré M. Michael Ellis, chef du service d’INTERPOL chargé de la lutte contre le trafic de marchandises illicites et la contrefaçon.

« Les résultats montrent l’ampleur du défi à relever par chaque pays afin de lutter contre la prolifération des marchandises fausses et illicites, et INTERPOL continuera à apporter son soutien à toutes les actions que les pays mèneront pour démanteler ces réseaux et traduire en justice les malfaiteurs concernés », a ajouté M. Ellis.

Tout au long de l’opération, qui a bénéficié du soutien de la Conférence douanière intercaraïbe (CDI), du Programme international de contrôle des conteneurs de l’ONUDC et du Bureau régional d’INTERPOL à San Salvador, les pays participants ont pu vérifier des informations dans les bases de données criminelles d’INTERPOL via I-24/7, son réseau mondial de communication policière sécurisée, et échanger des renseignements à l’aide de l’outil de communication de l’Organisation mondiale des douanes, CENcomm.

Les pays et territoires ayant pris part à l’opération Maya II (du 15 au 31 mars) sont les suivants : Antigua-et-Barbuda, Aruba, le Canada, la Colombie, le Costa Rica, Cuba, Curaçao, El Salvador, les États-Unis, le Honduras, la Jamaïque, le Mexique, le Nicaragua, le Panama, Porto Rico, la République dominicaine, Sainte-Lucie, Trinité-et-Tobago et le Venezuela.