All news
|
Print
22 avril 2015

Les outils d’INTERPOL utilisés pour mettre au jour les réseaux organisés responsables de l’immigration illégale

L’organisation mondiale de police s’engage à apporter son soutien face au nombre croissant de migrants qui trouvent la mort en Méditerranée


LYON (France) – INTERPOL s’engage à soutenir pleinement l’action internationale visant à mettre au jour les réseaux organisés impliqués dans l’immigration illégale, responsables de la perte de milliers de vies en Méditerranée.

Avant le Conseil européen extraordinaire organisé à Bruxelles pour affronter la crise, le Secrétaire Général, Jürgen Stock, a déclaré qu’INTERPOL, grâce à son réseau mondial de 190 Bureaux centraux nationaux (B.C.N.) implantés dans tous les pays d’origine, de transit et de destination, offre des moyens uniques de mobilisation aux services chargés de l’application de la loi pour lutter contre cette forme de criminalité.

« La mise au jour et le démantèlement des filières de trafic de migrants qui profitent du désarroi et de l’espoir de leurs victimes innocentes est un problème que l’Europe ne peut régler à elle seule », a déclaré le Secrétaire Général Stock.

« INTERPOL, en tant que plateforme internationale d’échange et d’analyse d’informations policières unique au monde, a un rôle crucial à jouer dans la lutte contre l’immigration illégale, en particulier dans les pays d’origine », a ajouté M. Stock.

Outre sa participation à l’équipe conjointe opérationnelle Mare mise en place par Europol, INTERPOL fait profiter la plateforme pluridisciplinaire européenne contre les menaces criminelles (EMPACT) de son rayon d’action mondial pour renforcer la coopération avec les pays d’origine et de transit en Méditerranée orientale, dans les Balkans occidentaux, et sur les itinéraires d’Afrique et d’ailleurs.

INTERPOL procédera également au recueil et à l’analyse de données et de renseignements pour créer un fichier d’analyse qui permettra de déceler les liens éventuels avec d’autres formes de criminalité, telles que le terrorisme, la traite d’êtres humains et le trafic de marchandises.

Les moyens uniques dont dispose INTERPOL peuvent également apporter une valeur ajoutée dans d’autres domaines clés :

  • La fourniture d’outils biométriques pour identifier les personnes voyageant sans documents d’identité, les personnes disparues et les membres d’organisations criminelles chargés des itinéraires ;
  • La mise à disposition de bases de données mondiales permettant de comparer les empreintes digitales, les photographies et les documents de voyage afin d’identifier des personnes recherchées au niveau international utilisant de fausses identités ;
  • Le renforcement des capacités et la formation dans les pays d’origine, de transit et de destination, dans le cadre de ses activités de gestion des frontières et de lutte contre l’immigration illégale ;
  • Le système de notices répondant à un code couleur permettant l’échange d’informations sur des personnes recherchées, les mises en garde relatives à des individus soupçonnés d’être impliqués dans le trafic de migrants, la diffusion d’alertes concernant des personnes disparues ou l’identification de cadavres.

Les pays membres peuvent également vérifier des informations concernant les bateaux utilisés pour transporter des migrants illégalement dans la base de données d’INTERPOL sur les bateaux volés et suspects.

« Nous avons constaté les succès qui pouvaient être obtenus au niveau international grâce à l’échange d’informations entre les pays via INTERPOL ; c’est ce modèle qu’il faut suivre si nous voulons lutter efficacement contre l’immigration illégale », a déclaré le Secrétaire Général.

En 2014, INTERPOL a participé à trois opérations conjointes avec Frontex, ciblant les réseaux criminels responsables de l’immigration illégale, permettant des recherches en temps réel aux postes-frontières dans ses bases de données mondiales, en particulier celles sur les documents de voyage volés ou perdus et sur les personnes recherchées.