All news
|
Print
03 mars 2015

INTERPOL encourage l’action internationale lors de la Journée mondiale de la vie sauvage

INTERPOL soutient la Journée mondiale de la vie sauvage dans le cadre de son action visant à aider les professionnels de l’application de la loi du monde entier à promouvoir la sécurité environnementale.

Sur le thème « Il est temps de s’attaquer sérieusement à la criminalité liée aux espèces sauvages », la Journée mondiale de la vie sauvage 2015 a pour but de sensibiliser au rôle positif que peuvent jouer les populations locales pour lutter contre ce commerce illicite, qui est souvent lié à d’autres formes de criminalité, parmi lesquelles la corruption et le trafic de drogues.

Le service d’INTERPOL chargé de la sécurité environnementale œuvre, avec l’ensemble des 190 pays membres de l’Organisation, à la préservation des ressources naturelles de la planète et à leur protection contre l’exploitation par des malfaiteurs.

« Les réseaux criminels à l’origine des infractions liées aux espèces sauvages réalisent d’importants profits illicites alors que leurs agissements portent atteinte à l’environnement et aux économies des pays touchés. Au bout du compte, nous nous appauvrissons tous du fait des dommages irréparables causés à notre vie sauvage emblématique et à notre biodiversité », a déclaré le Directeur de la Criminalité spécialisée et de l’analyse d’INTERPOL, M. Glyn Lewis.

« Lutter efficacement contre les atteintes à l’environnement nécessite une action collective, et la Journée mondiale de la vie sauvage nous offre l’occasion de montrer notre unité dans ce combat », a ajouté M. Lewis.

En tant que membre du Consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages (ICCWC), aux côtés du secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), de la Banque mondiale et de l’Organisation mondiale des douanes (OMD), INTERPOL soutient avec force cette alliance de poids pour lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages.

En 2014, une opération de cinq mois coordonnée par INTERPOL à laquelle participaient 13 pays, et qui ciblait le trafic de tigres et d’autres grands félins dans toute l’Asie, a abouti à la saisie de centaines d’animaux et à plus de 160 arrestations.

L’année dernière a également été lancée la première opération INTERPOL portant sur les auteurs en fuite d’atteintes à l’environnement, dans le cadre de laquelle étaient visés plus de 130 suspects recherchés par 36 pays pour, entre autres, des faits de pêche illégale, de trafic d’espèces sauvages, de commerce et de déversement illégaux de déchets, de coupes illégales de bois et de commerce illégal d’ivoire.

L’opération Infra-Terra (pourInternational Fugitive Round Up and Arrest), coordonnée par le service du Soutien aux enquêtes sur les malfaiteurs en fuite d’INTERPOL, a déjà permis plusieurs arrestations qui ont eu un grand retentissement, dont celles de Feisal Ali, un Kényan soupçonné de diriger un réseau international de trafic d’ivoire, et de Rajkumar Praja, le chef d’une filière de braconnage de rhinocéros au Népal.

L’un des buts de la campagneTurn Back Crimed’INTERPOL vise à attirer l’attention du public sur les liens entre la criminalité organisée et le trafic illicite d’espèces sauvages, et encourage à ne pas acheter de produits issus d’espèces menacées.

Cette campagne engage également le secteur privé et le grand public à unir leurs forces pour jouer un rôle actif en vue de soutenir le travail de police afin de former une alliance mondiale contre le crime organisé.