All news
|
Print
19 février 2015

Pour le chef d’INTERPOL, le partage des informations a une fonction d’alerte face à la menace des combattants terroristes étrangers

WASHINGTON, D.C. (États-Unis) – Le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Jürgen Stock, a souligné le rôle que peuvent jouer un partage des informations et une gestion des frontières efficaces, s’appuyant sur le réseau mondial de l’organisation internationale de police, dans la lutte contre la menace planétaire que constituent les combattants terroristes étrangers.

Prenant la parole devant une assemblée de ministres réunis à la Maison-Blanche à l’occasion d’un sommet sur le thème de la lutte contre l’extrémisme violent, le chef d’INTERPOL a indiqué qu’à l’heure où la menace des combattants terroristes étrangers atteint une envergure « sans précédent », l’expérience acquise par INTERPOL sur cette question pendant une décennie démontre qu’« un partage des informations sécurisé et adapté aux situations est à la fois possible et efficace pour contrer cette menace ».

« Le partage des informations et l’analyse des renseignements fournissent aux services de première ligne de précieux signaux d’alerte en ce qui concerne les combattants terroristes étrangers », a ajouté M. Stock.

Il a été indiqué aux ministres participant au sommet qu’en application de la résolution 2178 du Conseil de sécurité de l’ONU, reconnaissant INTERPOL comme la plateforme « d’échange d’informations utiles aux services chargés de l’application de la loi du monde entier » sur les combattants terroristes étrangers, qu’une quarantaine de pays avaient d’ores et déjà transmis à INTERPOL des informations sur plus de 1 500 combattants présumés ou identifiés liés à la Syrie et à l’Iraq.

Afin d’orienter les mesures de lutte, INTERPOL a diffusé des rapports d’analyse élaborés à partir de ces données au nombre desquelles figurent des éléments d’identification, les itinéraires empruntés et les tactiques employées. En outre, les individus visés par les messages d’alerte que sont les diffusions et les notices INTERPOL peuvent être localisés et au besoin arrêtés en vue de leur extradition.

Les combattants étrangers peuvent tenter de se déplacer avec des passeports invalidés, volés ou perdus, ou tout simplement avec leurs propres documents de voyage valides. Dans le premier cas, l’information peut être mise à la disposition des services de première ligne reliés à la base de données d’INTERPOL sur les documents de voyage volés et perdus (SLTD). Dans le deuxième cas, si les informations relatives à un passeport valide ont été partagées, un signalement est généré par les outils mondiaux d’INTERPOL.

Il a été indiqué aux ministres réunis à l’occasion du sommet qu’INTERPOL est prêt à travailler en étroite collaboration avec tous les pays au moyen de son réseau sécurisé d’échange d’informations, en vue de les aider à renforcer leurs lignes de défense, à faire une utilisation systématique de ses bases de données et à mettre en œuvre des solutions pragmatiques communes contre les combattants terroristes étrangers.