All news
|
Print
21 novembre 2014

INTERPOL organise des formations à la lutte contre la criminalité forestière en Amérique du Sud

LIMA (Pérou) – INTERPOL a organisé en Amérique du Sud une série de formations afin d’aider les services chargés de l’application de la loi de la région à lutter efficacement contre différentes infractions forestières.

Quelques 29 participants des services chargés de l’application de la loi de 13 pays d’Amérique centrale et du Sud se sont réunis à Lima pendant cinq jours (du 17 au 21 novembre) afin de suivre une formation destinée à renforcer et améliorer leurs compétences en matière d’enquêtes sur les infractions forestières. Cette formation bénéficiait de l’appui du Bureau central national (B.C.N.) INTERPOL du Pérou et était organisée dans le cadre du projet LEAF de l’Organisation, une initiative visant l’exploitation forestière illégale et les infractions associées.

« La formation a constitué une occasion unique, pour des policiers venus de pratiquement tous les pays d’Amérique centrale et du Sud, de faire part d’expériences réussies et d’évoquer les difficultés liées aux enquêtes sur des affaires d’exploitation forestière illégale et d’infractions forestières dans la région ; elle a également mis à la disposition des participants des outils INTERPOL pour améliorer la planification de leurs opérations », a déclaré le chef du B.C.N. du Pérou, Luis Octavio Bisso Pun.

« INTERPOL Lima est déterminé à lutter contre l’exploitation forestière illégale afin d’offrir un monde meilleur aux générations futures », a-t-il ajouté.

Une formation dispensée du 10 au 14 novembre à Manaus (Brésil) avait déjà été consacrée à l’identification du bois illégal et à la promotion de l’échange de connaissances et de bonnes pratiques entre les 14 pays de la région participants. Organisée par INTERPOL, la Police fédérale brésilienne, les douanes brésiliennes et l’Institut national de recherche d’Amazonie, cette formation avait en outre donné aux 35 participants l’occasion de réaliser des exercices pratiques de répression des infractions.

« La formation a favorisé un échange très intéressant d’expériences et d’expertise sur les procédures relatives au commerce international de bois tropical en vigueur dans chacun des pays participants. Elle a également renforcé les capacités des agents des services chargés de l’application de la loi en ce qui concerne l’identification du bois tropical et la lutte contre les infractions courantes relatives aux bois d’Amazonie les plus commercialisés au niveau international », a déclaré Renato Madsen Arruda, chef adjoint de l’unité chargée des atteintes à l’environnement au sein de la Police fédérale brésilienne.

« Un événement d’une telle ampleur nous offre la possibilité de discuter des meilleures techniques à adopter pour prévenir et combattre les atteintes à l’environnement, et il met aussi en évidence le rôle que joue INTERPOL en soutenant la police dans la lutte contre les réseaux de criminalité organisée transnationale impliqués », a-t-il conclu.

Les formations ont bénéficié de l’appui du Département d’État des États-Unis et de l’Agence norvégienne de coopération pour le développement.

D’après les données disponibles, les atteintes à l’environnement, notamment le trafic d’espèces sauvages et les infractions forestières, sont souvent commises par des réseaux criminels transnationaux. C’est pourquoi INTERPOL continuera de soutenir ses pays membres par ses programmes de lutte contre les atteintes à l’environnement transfrontalières.

Par ailleurs, INTERPOL appuiera en 2015 une opération menée par les services régionaux chargés de l’application de la loi contre l’exploitation et le commerce illégaux de bois provenant d’Amérique centrale et du Sud.

Afin de localiser des malfaiteurs en fuite recherchés pour des atteintes à l’environnement, INTERPOL a récemment lancé l’opération Infra-Terra, ciblant 139 individus recherchés par 36 pays membres pour des infractions comprenant, entre autres, la pêche illégale, le trafic d’espèces sauvages, le commerce et le déversement illégaux de déchets, les coupes illégales de bois et le commerce illégal d’ivoire. INTERPOL sollicite aujourd’hui l’aide du public afin d’obtenir davantage d’informations susceptibles de faciliter la localisation de neuf de ces malfaiteurs en fuite.