Le Secrétaire Général d’INTERPOL en visite en Inde pour offrir un appui en matière d’enquête et de prévention du terrorisme à la suite des attentats de Mumbay

19 décembre 2008

NEW DELHI (Inde) – Une délégation d’INTERPOL conduite par le Secrétaire Général Ronald K. Noble est actuellement en Inde afin de veiller à ce que les autorités nationales bénéficient de tout le soutien dont elles ont besoin de la part des 186 autres pays membres de l’Organisation au lendemain des attentats terroristes meurtriers perpétrés contre des cibles nationales et internationales à Mumbay le mois dernier.

Le samedi 20 décembre 2008, dans le cadre de sa visite, le Secrétaire Général Noble rencontrera le Ministre des Affaires intérieures de l’Union indienne, M. Palaniappan Chidambaram.

Lors de cette rencontre, INTERPOL renouvellera son offre afin que les éléments d’identification des terroristes qui ont été tués ou arrêtés – à savoir leurs noms, empreintes digitales, profils génétiques et photographies – soient comparés avec ceux figurant dans les bases de données mondiales de l’Organisation et dûment diffusés à chacun de ses pays membres. INTERPOL proposera également de publier des notices noires (pour les personnes décédées) et bleues (en vue d’obtenir des informations complémentaires) pour les dix terroristes impliqués dans les attentats. Ces notices permettront aux autorités indiennes d’obtenir une assistance officielle et structurée des pays membres d’INTERPOL. 

Outre l’appui actuellement apporté en matière d’enquête, INTERPOL propose d’ouvrir l’accès à ses bases de données mondiales, au-delà du Bureau central national (B.C.N.) de New Delhi, à la police d’État, au service de l’immigration et à la police des frontières ainsi qu’à d’autres organismes chargés de l’application de la loi sur tout le territoire, permettant ainsi aux policiers de procéder à des vérifications en temps réel dans les bases de données de l’Organisation sur les personnes recherchées, les documents de voyage volés ou perdus, et d’autres informations de police vitales relatives au terrorisme.

INTERPOL va également proposer à l’Inde sa technologie à la pointe de la modernité afin de permettre aux agents des services de l’immigration de contrôler directement les passeports et autres documents d’identité en temps réel en les comparant avec ceux enregistrés dans la base de données mondiale d’INTERPOL, qui contient plus de 16 millions d’enregistrements concernant des documents de voyage volés ou perdus. Grâce à ce système de protection des frontières, les services spécialisés indiens seraient à même d’identifier immédiatement toute personne qui tenterait d’entrer frauduleusement dans le pays par la voie aérienne, terrestre ou maritime. Si cette offre est acceptée, l’Inde rejoindra les 41 autres pays de par le monde qui disposent de ce moyen.

« L’Inde est depuis longtemps un partenaire important de l’Organisation ; il est donc normal qu’INTERPOL travaille au coude à coude avec ce pays lorsqu’il s’agit d’enquêter sur les attaques terroristes de Mumbay, dont on se souviendra pour leur durée », a déclaré le Secrétaire Général Noble.

« L’Inde et son Bureau central d’enquête ont une grande expérience de l’utilisation des outils et services INTERPOL pour retrouver les terroristes en fuite ; ce pays comprend bien qu’il n’est pas censé trouver les réponses à ces faits sans le soutien de la communauté mondiale des services chargés de l’application de la loi, et INTERPOL aidera à faire en sorte que ce soit le cas », a ajouté M. Noble.

Au lendemain des attentats terroristes qui se sont déroulés du 26 au 29 novembre, faisant 170 morts et au moins 300 blessés, INTERPOL a immédiatement proposé d’envoyer une Cellule de crise à Mumbay. Il est d’usage que l’Organisation offre un appui opérationnel de police à n’importe lequel de ses 187 pays membres à la suite d’une crise, qu’il s’agisse d’un attentat terroriste ou d’une catastrophe naturelle. Depuis 2002, INTERPOL a déployé 43 Cellules de crise dans 30 pays à travers le monde.