All news
|
Print
25 juillet 2014

Le commerce de bois illégal cible d’une opération menée avec le soutien d’INTERPOL et de l’OMD au Pérou

Le commerce de bois illégal cible d’une opération menée avec le soutien d’INTERPOL et de l’OMD au Pérou


LYON (France) – Une opération ciblant les groupes criminels se livrant au commerce de bois illégal au Pérou, mise sur pied avec le soutien d’INTERPOL et de l’Organisation mondiale des douanes (OMD), a abouti à la saisie de bois et de produits du bois d’une valeur de 20,6 millions d’USD.

L’opération Amazonas, qui s’est déroulée de mars à mai 2014, a été menée conjointement par les douanes péruviennes (SUNAT), INTERPOL et l’OMD, avec la participation des services chargés de l’application de la loi et des douanes du Brésil, de la Chine, du Mexique, du Pérou et de la République dominicaine, ainsi que des Bureaux centraux nationaux INTERPOL du Brésil et du Pérou, et des Bureaux régionaux de l’Organisation en Argentine et à El Salvador.

Dans le cadre de cette opération, les autorités ont ciblé des chargements de bois quittant le Pérou depuis différents ports ainsi que par la voie terrestre, via la frontière avec le Brésil, procédant à des inspections et échangeant des renseignements. On estime que les saisies ainsi réalisées représentent plus de 15 000 m3 de bois, soit environ l’équivalent de six piscines olympiques.

Les autorités ont également saisi deux navires servant au transport de bois illicite et une machine utilisée pour l’exploitation forestière illégale.

« Le commerce de bois illégal contribue à la déforestation et, de ce fait, au réchauffement climatique. Les services chargés de l’application de la loi doivent agir sans plus attendre contre ce trafic pernicieux afin de lutter contre la dégradation de l’environnement », a déclaré le Secrétaire Général de l’OMD, M. Kunio Mikuriya.

« Je félicite les douanes péruviennes d’avoir dirigé l’opération Amazonas, ainsi que tous les partenaires de l’opération, notamment INTERPOL, OSINFOR (le service des forêts du Pérou) et les douanes du Brésil, de la Chine, du Mexique et de la République dominicaine », a ajouté M. Mikuriya.

Première collaboration entre INTERPOL et l’OMD dans le domaine de la lutte contre la criminalité forestière, l’opération Amazonas a été lancée après que la SUNAT a recueilli des renseignements révélant l’implication de réseaux criminels organisés dans l’exploitation forestière illégale, la vente et l’utilisation de faux permis pour commercialiser du bois d’origine illégale, et l’étiquetage frauduleux de chargements de bois.

« Par le travail qu’ils ont accompli dans le cadre de l’opération Amazonas, les services chargés de l’application de la loi et les douanes d’Amérique latine et au-delà ont montré leur détermination à protéger les forêts du monde entier et à empêcher les organisations criminelles de tirer profit de nos ressources naturelles », a déclaré le Directeur exécutif des Services de police d’INTERPOL, M. Jean-Michel Louboutin.

INTERPOL a participé à cette opération par l’intermédiaire de son unité chargée de la sécurité environnementale et de son projet Leaf – une initiative de lutte conduite par INTERPOL avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement et le soutien financier de l’Agence norvégienne de coopération pour le développement. Ce projet aide les pays à combattre l’exploitation forestière illégale et d’autres infractions forestières.

« Bien que cette opération ait débouché sur des résultats concrets, les services chargés de l’application de la loi concernés ont toujours un important travail à accomplir afin de poursuivre leurs investigations et d’identifier les réseaux criminels responsables du commerce de bois illicite », a déclaré le Chef du service d’INTERPOL chargé de la sécurité environnementale, M. David Higgins.

« Une réponse coordonnée à l’échelle mondiale est nécessaire pour mettre fin à l’exploitation forestière illégale ainsi qu’aux autres infractions forestières, et INTERPOL félicite le Pérou d’être aux avant-postes de ce combat », a ajouté M. Higgins.

Les autorités péruviennes estiment que 40 à 60 % des activités d’exploitation forestière menées dans le pays sont illégales, causant un préjudice évalué à plus de 250 millions d’USD par an, soit 1,5 fois le produit de l’industrie légale du bois.

« Cette opération nous a ouvert les yeux sur la façon dont les organisations criminelles peuvent exporter du bois péruvien sans aucun document en bonne et due forme », a déclaré le Directeur des Contrôles douaniers de la SUNAT, M. Gustavo Romero.

« Cette collaboration avec INTERPOL et d’autres organisations, aux niveaux national et international, nous a permis d’obtenir des résultats concrets et nous aidera à mieux lutter contre les organisations criminelles se livrant au commerce de bois illégal », a conclu M. Gustavo Romero.

Des actions de sensibilisation ont également été menées en marge de l’opération afin d’informer le public et les services chargés de l’application de la loi au sujet de la criminalité forestière et de l’implication de réseaux criminels, lesquels utilisent les profits tirés de l’exploitation forestière illégale pour financer d’autres activités criminelles graves. Mieux faire connaître les liens – souvent cachés – entre différents types d’infractions est également un aspect essentiel de la campagne mondiale Turn Back Crime d’INTERPOL.