All news
|
Print
24 juillet 2014

La campagne de recherche des génocidaires rwandais en fuite relancée avec le soutien d’INTERPOL

KIGALI (Rwanda) – À l’occasion du 20ème anniversaire du génocide rwandais, le public sera sollicité dans le cadre d’une campagne menée conjointement par les Nations Unies, le Rwanda, les États-Unis et INTERPOL afin de retrouver les responsables toujours en fuite de cette tragédie.

Lancée le 24 juillet à Kigali (Rwanda), l’initiative associe l’équipe de recherche des fugitifs du Mécanisme des Nations Unies pour les Tribunaux pénaux internationaux (MICT), le Parquet général rwandais, INTERPOL et le programme de primes pour la capture des criminels de guerre de l’Office of Global Criminal Justice du Département d’État américain, avec le soutien de la police nationale rwandaise et du Bureau central national d’INTERPOL à Kigali.

Son but est de raviver l’intérêt du public pour le génocide 1994 et ses auteurs, afin de localiser et d’arrêter les personnes toujours recherchées par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

À cette fin, une affiche a été créée, avec les photos des fugitifs, encourageant le public à transmettre aux organisations participantes toute information en sa possession au sujet des individus recherchés. Pour sa part, INTERPOL diffusera l’affiche auprès de ses B.C.N. et de ses Bureaux régionaux en Afrique et dans d’autres régions du monde où vivent de larges communautés africaines.

INTERPOL soutient depuis longtemps l’action mondiale visant à retrouver et arrêter les personnes liées au génocide rwandais, notamment dans le cadre de son Projet de recherche des génocidaires rwandais, créé en liaison avec le TPIR et le Parquet général du Rwanda afin de cibler les individus toujours recherchés par ces derniers.

En collaboration avec les pays membres et l’équipe de recherche du TPIR, le service d’INTERPOL chargé du soutien aux enquêtes sur les malfaiteurs en fuite (FIS) a prêté directement son concours à l’arrestation de neuf individus recherchés par le tribunal des Nations Unies pour des faits en relation avec le génocide, tandis que 33 génocidaires présumés recherchés par le B.C.N. du Rwanda pour le compte du Parquet général ont été identifiés et appréhendés.

Stefano Carvelli, le chef du service FIS d’INTERPOL, s’est félicité de cette initiative visant à associer de nouveau le public à la traque des auteurs toujours en fuite de la tragédie rwandaise deux décennies plus tard.

« Nous ne devons jamais oublier les horreurs que ces criminels ont fait subir à la population rwandaise et, par-delà, au monde entier. Vingt ans après, INTERPOL demeure résolu à travailler avec les tribunaux pénaux internationaux et les autorités nationales chargées de l’application de la loi afin de faire justice aux victimes », a-t-il déclaré.

Depuis 2001, INTERPOL a publié 23 notices rouges à l’encontre de personnes recherchées au niveau international à la demande du TPIR, dont les neuf individus toujours en fuite.

Étaient également présents à la cérémonie de lancement de la campagne le Ministre de la Justice rwandais, M. Johnston Busingye ; le Procureur du TPIR et du MICT, M. Hassan B. Jallow ; le Procureur général du Rwanda, M. Richard Muhumuza ; l’Ambassadeur itinérant des États-Unis et chef de l’Office of Global Criminal Justice, M. Stephen RAPP ; et le Président de l’Association des rescapés du génocide, M. Jean-Pierre Dusingizemungu.