All news
|
Print
23 juillet 2014

Poursuite des protocoles INTERPOL aux Pays-Bas, afin d’identifier les victimes du vol MH 17

LYON (France) – Une deuxième Cellule de crise INTERPOL (IRT) va être envoyée sur le terrain, cette fois aux Pays-Bas, dans le cadre des efforts déployés au niveau international pour identifier les 298 victimes du vol MH 17 de la Malaysia Airlines.

En effet, les Pays-Bas ayant proposé de mettre à disposition des installations sécurisées et bien équipées, après l’examen initial pratiqué à Kharkiv (Ukraine), les dépouilles vont être transférées à Hilversum, où l’intégralité du processus INTERPOL d’identification des victimes de catastrophes (IVC) sera mis en œuvre.

« Nous saluons l’appui considérable apporté par les Pays-Bas aux initiatives internationales engagées pour identifier toutes les victimes du vol MH 17, car nous avons constaté par le passé les résultats qui peuvent être obtenus lorsque les services d’IVC du monde entier conjuguent leurs efforts à la suite d’une tragédie », a déclaré le Directeur exécutif des Services de police d’INTERPOL, M. Jean-Michel Louboutin.

« Nous voici à bientôt 10 ans du tsunami survenu en 2004 en Asie, après lequel des milliers de victimes de toutes nationalités ont été identifiées en suivant les protocoles INTERPOL, grâce à la mobilisation et au dévouement de 31 pays, dont les Pays-Bas.

« INTERPOL continuera à apporter toute assistance nécessaire afin que les dépouilles des 298 victimes puissent être rendues à leur famille », a conclu M. Louboutin.

Des spécialistes de l’IVC de nombreux pays (Afghanistan, Allemagne, Australie, Belgique, Bulgarie, Estonie, Europe du Nord, France, Malaisie, Nouvelle-Zélande, – équipe commune dans laquelle sont représentés le Danemark, la Finlande, l’Islande, la Norvège et la Suède – Afrique du Sud, Émirats arabes unis, Royaume-Uni, Suisse) se tiennent prêts à intervenir pour aider les équipes INTERPOL travaillant en Ukraine et aux Pays-Bas.

Ces spécialistes viennent s’ajouter aux représentants d’Europol et de la Commission internationale pour les personnes disparues (CIPD) faisant partie de l’IRT initiale déployée à Kharkiv.

Il a été demandé aux pays membres comptant des ressortissants parmi les victimes du vol MH 17 de collecter des données ante mortem relatives à ces personnes. Ces données seront centralisées par la Cellule de gestion de crise mise en place au Centre de commandement et de coordination d’INTERPOL, qui peut être joint 24 heures sur 24.