All news
|
Print
13 juin 2014

La lutte contre la criminalité grâce aux innovations dans le domaine de l’identification du locuteur au cœur d’une réunion d’experts organisée par INTERPOL

LYON (France) – La mise au point d’une solution fondée sur le principe du respect de la vie privée dès la conception (« Privacy by Design ») dans le domaine de la biométrie vocale aux fins de la lutte contre toutes les formes de criminalité transnationale a été au centre des débats de la première réunion du projet SIIP (Speaker Identification Integrated Project, ou Projet intégré d’identification du locuteur), organisée par INTERPOL.

Le projet SIIP pourrait jouer un rôle essentiel dans l’identification des malfaiteurs et des terroristes utilisant des systèmes de télécommunication et des applications Web, ainsi que dans le recueil de preuves recevables en justice. Financé par l’Union européenne, SIIP est un projet de recherche multidisciplinaire de grande ampleur coordonné par la sociétéVerint Systems. Il regroupe 17 partenaires issus des services chargés de l’application de la loi, du monde de l’université et du secteur privé.

Quelque 40 experts de 19 pays se sont réunis pendant deux jours (les 10 et 11 juin) au siège du Secrétariat général d’INTERPOL afin d’examiner un certain nombre de questions portant, entre autres, sur les besoins des utilisateurs et les spécifications techniques, en insistant particulièrement sur les garanties juridiques et socio-éthiques.

« L’intérêt d’INTERPOL pour l’avenir des technologies d’identification du locuteur témoigne d’une véritable prise de conscience de la nécessité de répondre aux besoins des services chargés de l’application de la loi pour assurer la sécurité des citoyens du monde entier, tout en veillant au respect des garanties juridiques, notamment des aspects liés à la protection des données et au respect de la vie privée », a déclaré Joël Sollier, Directeur des Affaires juridiques d’INTERPOL.

Le coordinateur du projet, Gideon Hazzani, Directeur des Nouvelles technologies professionnelles chezVerint Systems, a déclaré que le projet SIIP pourrait permettre aux services chargés de l’application de la loi de surmonter deux des principales difficultés auxquelles ils sont aujourd’hui confrontés.

« Il pourrait être utile lorsque des malfaiteurs qui utilisent des systèmes de télécommunication et des programmes sur Internet créent de fausses identités pour éviter que la police intercepte légalement leurs communications et suive leurs activités criminelles », a déclaré M. Hazzani.

« Le projet SIIP pourrait également aider à identifier des inconnus participant à une conversation téléphonique interceptée légalement dans le cadre de la mise sur écoute d’un suspect connu », a-t-il ajouté.

Parmi les perspectives de progrès figure la mise au point d’un système d’échange d’informations fondé sur des procédures de renforcement du respect de la vie privée et de la protection des données, lequel pourrait être utile aux 190 pays membres d’INTERPOL dans le domaine de l’identification du locuteur.