All news
|
Print
15 mai 2014

Des centaines de perquisitions menées dans toute l’Amérique du Sud permettent la saisie de contrefaçons d’une valeur de près de 27 millions d’USD

La criminalité organisée visée par une opération coordonnée par INTERPOL


LYON (France) – Plus de 600 perquisitions opérées dans toute l’Amérique du Sud dans le cadre d’une opération coordonnée par INTERPOL ont conduit à la saisie de contrefaçons d’une valeur de quelque 27,4 millions d’USD et à l’ouverture d’enquêtes sur près de 800 personnes.

Des fonctionnaires des services de police et de douane de 10 pays ont participé à l’opération Jupiter VI, qui visait à perturber l’action des réseaux criminels responsables de la production et de la distribution de contrefaçons, ainsi que du commerce illicite de ces marchandises dans toute la région et au-delà.

Au nombre des interventions clés figurent la mise au jour et la fermeture d’un atelier clandestin ayant servi à produire, d’après les estimations, pour 8 millions d’USD de vêtements, de jouets et de chaussures de contrefaçon au Paraguay, ainsi qu’un entrepôt clandestin en Bolivie, dans lequel étaient reconditionnés du blé, de la farine et du riz périmés, avant d’être remis sur le marché.

Comme ce fut le cas lors des précédentes éditions, l’immense majorité des biens saisis au cours des deux semaines qu’a duré l’opération Jupiter (1er - 15 avril) étaient des marchandises soumises à accise telles que du carburant, des produits du tabac et des boissons alcoolisées.

Il a été constaté durant l’opération Jupiter VI que le commerce illicite de carburant tend à se développer, avec des perquisitions effectuées à la frontière entre l’Équateur et le Pérou, et des saisies réalisées au Brésil, en Colombie et en Uruguay. Outre 20 000 litres de carburant, la police a saisi du matériel spécialement conçu pour siphonner des réservoirs de camions ainsi que des véhicules modifiés à des fins de contrebande.

D’importantes quantités d’alcool – dont une prise de 1 000 litres de whisky – et de tabac ont également été saisies, avec 2,8 millions de paquets de cigarettes d’une valeur estimée à 4,7 millions d’USD. Des produits du tabac d’une valeur d’un million d’USD ont été découverts à bord d’un camion stoppé à la frontière entre le Chili et l’Argentine.

Parmi les 3,1 millions de biens saisis dans le cadre de l’opération figuraient des contrefaçons de décodeurs pour télévision par satellite, de montres, de pièces détachées automobiles, de produits alimentaires et de souvenirs de la Coupe du monde 2014, ainsi que des armes et des munitions authentiques.

Étant donné les millions de bénéfices que peuvent générer la contrefaçon et le commerce illicite, les organisations criminelles visées par ces opérations à grande échelle n’hésitent pas à user de la force contre les fonctionnaires chargés de procéder aux perquisitions et aux saisies.

M. Michael Ellis, responsable de l’unité INTERPOL chargée de la lutte contre le trafic de marchandises illicites et la contrefaçon (TIGC), qui a coordonné l’opération, a salué le dévouement et le courage des agents de terrain des services chargés de l’application de la loi, lesquels sont parfois pris pour cibles.

« Le succès de ces opérations est dû à la mobilisation des services nationaux chargés de l’application de la loi concernés et au soutien de leur gouvernement », a déclaré M. Ellis.

« Si nous voulons que l’action conjointe que nous menons pour endiguer ces formes de criminalité ait des effets plus durables, il nous faut obtenir le soutien du public. Les gens doivent comprendre qu’ils ne font pas une bonne affaire en achetant des produits de contrefaçon ou faisant l’objet d’un commerce illicite. Ils prennent potentiellement des risques pour leur santé et financent des réseaux criminels qui se livrent souvent à d’autres infractions graves, dont le trafic d’êtres humains et de stupéfiants », a ajouté M. Ellis.

L’opération Jupiter VI a été menée sous l’égide de la campagne mondiale de sensibilisationTurn Back Crimed’INTERPOL, qui vise à informer la société des moyens utilisés par la criminalité organisée pour infiltrer notre vie quotidienne et à aider le public à s’en prémunir.

Le général Walter Villarpando Moya, chef de la Police nationale bolivienne, a déclaré : « La coopération policière internationale est une composante essentielle de la lutte contre le crime organisé, et la participation de la Police nationale bolivienne à l’opération Jupiter VI est très bénéfique pour notre pays ».

« Elle nous permet de mieux savoir comment combattre ce type d’infractions, et cette expérience peut par la suite être partagée avec les services de police de toutes les villes du pays. Cela nous permet, en tant que force de police nationale, de mieux assurer la sécurité de nos concitoyens comme celle des visiteurs venus pour le tourisme ou les affaires », a ajouté le général Villarpando Moya.

Cette opération faisait suite à une réunion de planification de trois jours organisée au Bureau régional d’INTERPOL à Buenos Aires, à laquelle ont participé 60 fonctionnaires des services chargés de l’application de la loi des pays participants ainsi que des partenaires du secteur privé afin d’échanger sur les techniques utilisées dans différents pays pour lutter contre la contrefaçon et le commerce illicite.

« Beaucoup n’ont pas conscience du nombre de produits du quotidien qui font l’objet de contrefaçon, et l’étendue de ce phénomène à différents secteurs d’activité ainsi que les volumes saisis montrent qu’il s’agit d’un grave problème d’ampleur mondiale », a indiqué M. José Manuel Fernandez Del Canto, officier de renseignement criminel de l’unité TIGC d’INTERPOL.

Le Programme INTERPOL de lutte contre le trafic de marchandises illicites et la contrefaçon permet d’aider les polices des 190 pays membres de l’Organisation non seulement à cibler les organisations criminelles transnationales impliquées, mais également à déterminer les itinéraires empruntés pour le transport de marchandises illicites, qui sont souvent les mêmes que ceux utilisés pour la traite d’êtres humains et le trafic de stupéfiants.

Lancée en 2004, la série d’opérations Jupiter a vu la participation des pays de la région augmenter de façon constante. À ce jour, elle a permis la saisie de contrefaçons d’une valeur de près de 530 millions d’USD ainsi que quelque 1 660 arrestations.

Les pays ayant participé à l’opération Jupiter VI sont l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, l’Équateur, le Paraguay, le Pérou, l’Uruguay et le Venezuela.