All news
|
Print
14 avril 2014

INTERPOL condamne la « tuerie » terroriste d’Abuja

Le Secrétaire Général d’INTERPOL doit rencontrer le Directeur Général de la police nigériane afin de lui apporter le soutien plein et entier de l’Organisation


LYON (France) – Le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a condamné dans les termes les plus forts le « massacre » de dizaines de voyageurs lors de l’explosion de bombes dans une gare routière bondée de la banlieue d’Abuja, lundi dernier.

D’après les autorités, l’attentat aurait fait au moins 70 morts et plus de 120 blessés.

« Ce massacre d’innocents horrifie les citoyens de tous les pays. Au nom de la communauté policière mondiale, INTERPOL condamne cette tuerie avec la plus grande fermeté, et nous exprimons notre solidarité avec le peuple nigérian en ces moments difficiles », a déclaré le Secrétaire Général Noble.

« Nous pensons aux parents et aux amis des dizaines de victimes qui ont perdu la vie dans cet attentat terroriste insensé et lâche, et nous prions pour eux ».

« Je me suis entretenu avec le Commissioner of Police du Nigéria et Vice-président d’INTERPOL pour l’Afrique, M. Adamu Abubakar Mohammed, pour condamner cet attentat meurtrier, et j’ai proposé d’aider les autorités nigérianes dans leur enquête en supervisant personnellement le déploiement à Abuja d’une Cellule de crise INTERPOL, afin de réaffirmer l’engagement de l’Organisation à soutenir le Nigéria et sa police », a déclaré M. Noble, en ajoutant qu’il avait prévu de rencontrer le Directeur Général de la police nigériane, M. Mohammed D. Abubakar.

M. Noble a également souligné les souffrances endurées par les Nigérians, dans un pays aux mains de groupes radicaux tels que Boko Haram.

Le Centre de commandement et de coordination d’INTERPOL, qui fonctionne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et qui est situé au siège du Secrétariat général, à Lyon, est en contact avec le Bureau central national du Nigéria à Abuja afin de lui apporter toute l’aide dont il pourrait avoir besoin au lendemain de l’attentat, notamment en déployant une Cellule de crise INTERPOL.

Les Cellules de crise INTERPOL sont composées de spécialistes de la police scientifique et de l’antiterrorisme, d’assistants chargés des opérations et d’analystes.

INTERPOL peut diffuser sur demande l’une de ses notices internationales de différentes couleurs en vue d’alerter les services chargés de l’application de la loi du monde entier au sujet du mode opératoire utilisé lors de l’attaque, de solliciter des compléments d’information sur des individus dans le cadre de l’enquête ou sur des personnes disparues, ou de demander l’arrestation d’individus recherchés en relation avec l’affaire.

Tout élément de preuve dactyloscopique ou génétique peut également faire l’objet d’une vérification dans les bases de données mondiales d’INTERPOL.