All news
|
Print
27 mars 2014

Le recensement des domaines propices à une coopération plus étroite au centre de la visite du chef d’INTERPOL au Suriname

PARAMARIBO (Suriname) ‒ Définir les domaines dans lesquels le Suriname pourrait mettre mieux à profit les outils et services mondiaux de police offerts par INTERPOL afin de renforcer la sécurité nationale et régionale, tel a été l’un des principaux thèmes abordés à l’occasion de la première visite officielle dans ce pays du Secrétaire Général de l’Organisation, M. Ronald K. Noble.

Lors de ses entretiens avec le Ministre de la Justice et de la Police, M. Edward Belfort, l’Attorney General, M. Subhas Punwasi, et le Directeur de la Police, M. Humphrey Tjin Liep Shie, le chef d’INTERPOL a souligné l’importance d’élargir l’accès au réseau et aux bases de données de l’Organisation.

« Dans toute la région Amériques, les services chargés de l’application de la loi doivent faire face à divers défis – parmi lesquels le trafic de stupéfiants, le trafic de migrants et les atteintes à l’environnement – qui nécessitent une action commune qu’INTERPOL est tout prêt à soutenir », a déclaré le Secrétaire Général.

« Les outils mondiaux et l’expertise uniques d’INTERPOL permettent à la police nationale de bénéficier de soutiens dans le monde entier par l’intermédiaire de notre réseau de 190 pays membres », a ajouté le chef d’INTERPOL.

Lors de sa visite au Suriname dans le cadre de sa mission visant à constater par lui-même les besoins des pays membres en matière de police, le Secrétaire Général s’est également rendu au Bureau central national INTERPOL de Paramaribo.

Le chef d’INTERPOL s’est entretenu avec le chef du B.C.N., M. Robert Rakijo, et avec son personnel, qui sert d’interlocuteur central entre la police du Suriname et les 189 autres pays membres d’INTERPOL.