All news
|
Print
20 mars 2014

Une opération menée au Qatar avec le soutien d’INTERPOL aboutit à d’importantes saisies de marchandises illicites

LYON (France) – Des dizaines de milliers de contrefaçons ont été saisies au Qatar lors de la première opération coordonnée par INTERPOL au Moyen-Orient afin de lutter contre le trafic de marchandises illicites et la contrefaçon.

Menée en partenariat avec le ministère de l’Intérieur qatarien et le Bureau central national INTERPOL de Doha, et avec le soutien de l’unité INTERPOL chargée de la lutte contre le trafic de marchandises illicites et la contrefaçon (TIGC), l’opération Al Shaheen (qui signifie « faucon », 12 - 16 mars) a donné lieu à plus de 600 perquisitions dans tout le pays dans des magasins, sur des marchés et dans des centres commerciaux, qui ont abouti à la saisie de quelque 140 000 produits illicites et à l’ouverture d’enquêtes sur 147 personnes.

Au nombre des marchandises saisies figuraient des pièces détachées automobiles, des produits du tabac, des cosmétiques, des aliments, des téléphones portables ainsi que des appareils électroménagers. Des contrefaçons et des produits potentiellement dangereux ont été retirés de près de 300 magasins dans tout le pays.

« La santé et la sécurité de nos citoyens sont une priorité pour le ministère de l’Intérieur et les services chargés de l’application de la loi du Qatar », a déclaré le Directeur général de la Sécurité publique du pays, M. Saad Bin Jassim Al Khulaifi.

« L’opération Al Shaheen constitue une base solide pour nos actions futures visant à lutter contre toutes les formes de commerce illicite et d’atteintes à la propriété intellectuelle, ici au Qatar et dans la région. Nous sommes prêts à nous concerter avec d’autres pays afin de construire une alliance pour combattre cette forme de criminalité », a-t-il conclu.

L’opération a également bénéficié du soutien du service de la Coordination des B.C.N. pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord d’INTERPOL et a été précédée d’une formation de trois jours, qui a réuni plus de 120 participants venus de 20 pays et des partenaires du secteur privé afin d’apprendre les techniques utilisées dans différents pays pour lutter contre la contrefaçon et le commerce illicite.

« Grâce au travail mené par le B.C.N. du Qatar s’agissant de coordonner les échanges d’informations et de renseignements entre INTERPOL et les services chargés de l’application de la loi sur le terrain, l’opération Al Shaheen illustre la collaboration instaurée avec INTERPOL pour combattre le trafic de marchandises illicites et la contrefaçon au Moyen-Orient et en Afrique du Nord », a déclaré le général Khalifa Alnasser, Chef du B.C.N. du Qatar.

Autre preuve de la détermination du pays à lutter contre les réseaux criminels transnationaux organisés se livrant au trafic de marchandises illicites, le Qatar a été le premier pays à demander, en janvier dernier, la publication d’une notice mauve INTERPOL concernant le commerce illicite à la suite de la saisie d’un appareil fabriqué en Chine et utilisé pour modifier les dates de péremption sur des boissons et des denrées alimentaires.

Les notices mauves visent à solliciter ou à fournir des informations sur des modes opératoires, des objets, des dispositifs et des méthodes de dissimulation employés par des malfaiteurs.

« On sait que les trafiquants de marchandises illicites sont bien organisés. Ils fabriquent et distribuent dans le monde entier des marchandises de contrefaçon et piratées, indifférents aux effets négatifs de leurs agissements sur les consommateurs et la société », a déclaré le Directeur exécutif des Services de police d’INTERPOL, M. Jean-Michel Louboutin.

« Ce problème complexe et multiple exige une réponse globale dans le cadre de partenariats mondiaux, qui permettra de s’attaquer fermement aux criminels transnationaux responsables de ces activités », a ajouté M. Louboutin.

M. Michael Ellis, le Responsable du Programme TIGC d’INTERPOL, a salué la détermination des autorités qatariennes à lutter contre la contrefaçon dans la région et à endiguer ce phénomène, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord étant des « plateformes géographiques de premier plan » pour l’importation et l’exportation de ces marchandises.

Lancé en 2012, le Programme INTERPOL de lutte contre le trafic de marchandises illicites et la contrefaçon vise à mettre au jour, déstabiliser et démanteler les réseaux organisés transnationaux à l’origine de ce type de criminalité, et a d’ores et déjà permis la saisie de contrefaçons d’une valeur de plus de 300 millions d’USD ainsi que l’arrestation de plusieurs centaines de personnes, dans le monde entier.

L’initiative d’INTERPOL permet d’aider les polices des 190 pays membres de l’Organisation non seulement à cibler les organisations criminelles transnationales impliquées, mais également à déterminer les itinéraires empruntés pour le transport de marchandises illicites, qui sont souvent les mêmes que ceux utilisés pour la traite d’êtres humains et le trafic de stupéfiants.