All news
|
Print
28 janvier 2014

La lutte contre les nouvelles tendances en matière de terrorisme au centre d’une convention INTERPOL

SYDNEY (Australie) – Recenser les nouvelles tendances en matière de terrorisme et de criminalité transnationale afin d’y apporter une réponse coordonnée à l’échelle mondiale, tel est le thème central de la Convention mondiale d’INTERPOL sur la sécurité et la lutte antiterroriste.

À cette occasion, plus de 200 chefs de police, responsables d’unité de lutte antiterroriste et spécialistes internationaux – universitaires et représentants des secteurs public et privé – de plus de 70 pays débattront de questions diverses portant entre autres sur les combattants transnationaux, les enlèvements avec demande de rançon et la menace du terrorisme commis au moyen de substances chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires et explosives.

Au cours de cette réunion de trois jours (28 - 30 janvier) à Sydney (Australie), les participants recevront également des informations sur les outils et les services mondiaux qu’INTERPOL met à la disposition de ses pays membres afin de leur apporter un soutien, au nombre desquels figurent son réseau de 200 officiers de contact spécialisés dans la lutte antiterroriste, ses Cellules de crise et son Initiative de gestion intégrée des frontières.

« INTERPOL aide la communauté mondiale des services chargés de l’application de la loi à démanteler les réseaux criminels et terroristes grâce à un appui opérationnel, à ses bases de données mondiales, à ses ressources en matière de renseignement criminel, ainsi que par la formation et l’expertise technique », a déclaré le Vice-président d’INTERPOL pour l’Asie, M. Nobuyuki Kawai.

« Notre principal défi est de conserver une longueur d’avance sur ces malfaiteurs transnationaux dans un monde de plus en plus globalisé, et il nous faut sans cesse nous adapter, innover, anticiper et voir au-delà du cadre répressif classique », a ajouté M. Kawai.

Pour le Directeur de la Police fédérale australienne (AFP), M. Tony Negus, cette convention offre à la communauté internationale des services chargés de l’application de la loi l’occasion de renforcer la coopération et les initiatives futures.

« La menace du terrorisme international est bien réelle et continue d’évoluer et de se complexifier. Au cours des prochains jours, l’AFP et ses partenaires procéderont à une analyse approfondie des évolutions de la criminalité transnationale, y compris du terrorisme, et définiront des stratégies visant à façonner la réponse à apporter au niveau mondial », a ajouté M. Negus.

« L’histoire et l’expérience montrent sans ambiguïté que les échanges d’informations sont essentiels pour combattre toute forme de criminalité, mais nous sommes encore loin du compte dans le domaine de la lutte antiterroriste, et cette situation doit changer », a averti le Directeur exécutif des Services de police d’INTERPOL, M. Jean-Michel Louboutin.

« INTERPOL est le mieux placé pour aider la communauté mondiale des services chargés de l’application de la loi dans cette tâche. »

« Les pays doivent faire en sorte que leurs fonctionnaires de première ligne, en particulier aux frontières, où les malfaiteurs sont le plus vulnérables, aient accès aux outils et aux bases de données d’INTERPOL, qui contiennent des informations de police cruciales et potentiellement déterminantes pour l’identification des fugitifs et des terroristes cherchant à échapper aux autorités », a ajouté M. Louboutin, évoquant de récentes opérations et formations coordonnées par INTERPOL afin d’aider les pays à mettre en place des stratégies pérennes pour protéger leurs frontières contre le terrorisme et la criminalité transnationale.

Au cours des opérations Hawk et Dove, auxquelles ont participé des fonctionnaires des services de police, d’immigration, de douane et de protection des frontières, plus de 400 000 contrôles ont été effectués dans les bases de données d’INTERPOL sur les personnes recherchées, les documents de voyage volés et perdus, et les véhicules volés.

L’opération Hawk, menée en Asie du Sud-Est, a également abouti à la saisie de plus de 70 kg de chlorate de sodium, un précurseur chimique entrant dans la fabrication de bombes artisanales.

Outre la coordination des opérations sur le terrain, INTERPOL a contribué à l’organisation d’une série de réunions axées sur des questions telles que les flux de capitaux liés au terrorisme, les itinéraires empruntés par les terroristes et les combattants transnationaux dans les zones de conflit, et produit une série de rapports d’analyse et de renseignement.

Bénéficiant du soutien du gouvernement canadien et de la Police fédérale australienne, la Convention mondiale d’INTERPOL sur la sécurité et la lutte antiterroriste tirera parti de l’expertise et de l’expérience des pays membres afin de recenser les domaines dans lesquels le soutien et la coordination doivent être renforcés.