All news
|
Print
24 janvier 2014

Des réseaux de trafiquants de carburant démantelés dans le cadre d’une opération coordonnée par INTERPOL

LYON (France) – Deux réseaux criminels organisés se livrant au trafic de carburant au Pérou et en Équateur ont été démantelés à la suite d’une opération coordonnée par INTERPOL ciblant le commerce illicite et la contrefaçon.

Plus de 60 interventions ont été effectuées dans le cadre de l’opération Alisuyo, dirigée contre des bandes de malfaiteurs appelées « culebras » (couleuvres) ou « snakes » (serpents) en raison de leur capacité à franchir les frontières. Une opération coup de poing menée à proximité de la frontière entre le Pérou et l’Équateur, à laquelle ont participé quelque 450 fonctionnaires, a permis le démantèlement du réseau de distribution et la fermeture de 10 points de vente au Pérou.

À l’issue d’une enquête de deux mois menée conjointement par la Police nationale équatorienne et la Police nationale colombienne, une deuxième bande a également été identifiée et démantelée après une intervention dans la province de Sucumbíos, près de la frontière entre l’Équateur et la Colombie.

À elles seules, ces deux interventions ont conduit à l’arrestation de 10 personnes ainsi qu’à la saisie de
27 véhicules, cinq pompes et 38 000 litres de carburant, d’une valeur totale de 254 000 USD.

La contribution de la Police nationale péruvienne à la mise en œuvre de l’opération Alisuyo, dont la planification et la coordination ont été assurées de concert avec la Police bolivienne, la Police équatorienne et INTERPOL, a permis d’obtenir d’excellents résultats dans la lutte contre les organisations criminelles qui se livrent à la contrebande, au piratage et au trafic illégal de marchandises, échappant ainsi à l’impôt », a déclaré le Directeur général de la Police nationale péruvienne, Jorge Flores Goicochea.

« La police a mené des interventions non seulement dans les villes mais également dans les zones frontalières avec les pays voisins concernés, parvenant à repérer et à combattre efficacement ces groupes criminels. Il est important de préciser que de telles opérations, ainsi que la coordination et la coopération policière qu’elles impliquent, sont essentielles pour maintenir et renforcer l’état de droit dans la région », a conclu M. Goicochea.

Menée du 1er au 15 décembre, l’opération ciblait les marchandises soumises à l’impôt, avec des interventions sur des marchés très fréquentés, dans des centres commerciaux et des entrepôts, qui ont abouti à la saisie de plus de 50 000 contrefaçons – boissons alcoolisées, téléphones portables, tabac, vêtements, appareils ménagers, outils agricoles, ciment, etc. –, d’une valeur de près de 2 millions d’USD.

« Le trafic de marchandises illicites est un problème de plus en plus transnational, qui nécessite de la part des pays une réponse multilatérale pour le combattre efficacement », a déclaré le Colonel Juliette Kure Parra, Chef du Bureau central national INTERPOL de Bogota (Colombie).

« Les succès remportés dans le cadre de cette opération sont le résultat du très haut degré de coopération existant entre tous les pays concernés, aussi bien avant que pendant la phase opérationnelle », a déclaré Michael Ellis, responsable de l’unité INTERPOL chargée de la lutte contre le trafic de marchandises illicites et la contrefaçon (TIGC), qui a coordonné l’opération Alisuyo.

« Il convient de saluer tout particulièrement le dévouement et le courage des fonctionnaires ayant participé aux perquisitions et aux interventions, lesquelles ciblaient des individus dangereux qui n’hésitent pas à user de la force pour protéger leurs activités illicites hautement lucratives. »

« INTERPOL continuera de s’employer à soutenir les services chargés de l’application de la loi de tous ses pays membres dans leurs actions visant à endiguer la menace que constituent les organisations criminelles se livrant au trafic de marchandises illicites et à la contrefaçon, lesquels mettent en danger la santé et la sécurité des consommateurs du monde entier », a ajouté M. Ellis.

« Ces opérations ne pourraient pas voir le jour sans le concours des pays membres et des fonctionnaires de première ligne, dont l’action permet de traduire les plans élaborés en résultats concrets », a déclaré Glyn Lewis, Directeur de la Criminalité spécialisée et de l’Analyse à INTERPOL.

« Grâce au soutien essentiel et précieux de nos pays membres, INTERPOL continuera d’apporter son aide à la lutte contre toute forme de criminalité et de mettre à la disposition des fonctionnaires de première ligne les outils nécessaires », a ajouté M. Lewis.

Eric Bartoli, un fugitif recherché par les États-Unis depuis 2003, qui fait l’objet d’une notice rouge INTERPOL – ou avis de recherche international – pour diverses infractions telles que le blanchiment de fonds, l’escroquerie aux titres et l’association de malfaiteurs, a également été arrêté à Lima (Pérou) au cours de l’opération Alisuyo.

Depuis le lancement du Programme de lutte contre le trafic de marchandises illicites et la contrefaçon en 2012, les actions coordonnées dans ce cadre ont déjà permis de saisir pour plus de 300 millions de dollars de contrefaçons et de procéder à des centaines d’arrestations dans le monde entier.