All news
|
Print
05 décembre 2013 - Media release

Plusieurs pays unissent leurs forces pour identifier un navire se livrant à des activités de pêche illégale par l’intermédiaire d’INTERPOL

LYON (France) – Une action concertée menée par la Nouvelle-Zélande, l’Australie et la Norvège en vue de retrouver un navire soupçonné de se livrer à la pêche illégale a abouti à la publication d’une notice mauve INTERPOL afin d’aider à sa localisation.

Diffusée aux 190 pays membres d’INTERPOL à la demande de la Nouvelle-Zélande, avec le soutien de l’Autorité australienne de gestion des pêches (AFMA) et de la Direction des pêches norvégienne, cette notice vise également à recueillir des informations sur les personnes et les réseaux ayant la propriété de ce navire – qui utiliserait actuellement le nom « Thunder » –, en assurant l’exploitation et tirant profit des activités illicites menées à son bord.

Ces deux dernières années, ce navire a navigué sous au moins trois noms différents et sous divers pavillons afin de ne pas attirer l’attention sur ses activités de pêche illégale.

En juillet 2012, des documents d’immatriculation mongols ont été délivrés pour un navire baptisé « Wuhan 4 », lequel a été aperçu en août 2012 croisant dans la partie septentrionale de l’Océan Indien sous le nom « Kuko ». En octobre 2012, ce navire a été repéré sur un chantier naval de Singapour sous le nom « Wuhan N 4 », battant pavillon mongol.

En avril 2013, ce même navire demandait une autorisation d’accès à un port de Malaisie sous le nom « Wuhan 4 », mais utilisait le nom « Thunder » et battait pavillon nigérian quelques jours plus tard, lors d’une inspection réalisée en Indonésie.

« Le Thunder navigue sous plusieurs noms et sous différents pavillons depuis plusieurs années, et nous pensons que cela vise à éviter la détection de violations du droit et des conventions internationaux », a déclaré le responsable de la Coordination opérationnelle au sein du ministère néo-zélandais du Secteur primaire, M. Gary Orr.

« Les infractions en matière de pêche ne sont limitées par aucune frontière et sont souvent commises par des réseaux transnationaux organisés. Les conséquences de la pêche illicite à l’échelle mondiale sont une préoccupation majeure pour la Norvège. Une réponse concertée au niveau international est nécessaire pour lutter efficacement contre ces réseaux, et je me réjouis de la bonne coopération établie avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande par l’intermédiaire d’INTERPOL », a déclaré la Ministre norvégienne de la Pêche, Mme Elisabeth Aspaker.

Selon le responsable général des Activités de pêche de l’AFMA, M. Peter Venslovas, la pêche illégale compromet gravement la pérennité des ressources halieutiques : « La coopération actuelle entre des pays du monde entier dans le domaine de la lutte contre la pêche illégale a un impact réel, et il devient plus difficile pour ce type d’exploitants de faire des profits ».

Il est possible que les activités de pêche illégale du Thunder aient rapporté plus de 60 millions d’USD à ses propriétaires depuis l’inscription du navire sur la liste noire de la Commission pour la conservation des ressources marines antarctiques (CCAMLR), en février 2006.

Ce navire opérerait actuellement dans les mers du sud, où il pêcherait illégalement la légine australe – également appelée bar du Chili –, une espèce très recherchée et protégée.

Il s’agit de la troisième notice mauve INTERPOL publiée en rapport avec des activités de pêche illégale – la première du genre ayant été publiée en septembre dernier à la demande des autorités norvégiennes, à l’encontre d’un navire baptisé « Snake ».

Les notices mauves INTERPOL visent à solliciter ou à fournir des informations sur des modes opératoires, des objets, des dispositifs et des méthodes de dissimulation employés par des malfaiteurs.