All news
|
Print
22 août 2013 - Media release

L’innovation, la solution d’avenir pour faire face aux menaces de demain en matière de sécurité, selon le Chef d’INTERPOL

SINGAPOUR – Le Secrétaire Général d’INTERPOL, Ronald K. Noble, a mis l’accent sur le rôle que peut jouer l’innovation pour lutter contre la criminalité transnationale dans un monde en pleine évolution, globalisé et interconnecté.

S’exprimant jeudi lors du séminaire sur les perspectives des relations internationales organisé par le ministère singapourien de l’Intérieur, M. Noble a déclaré que près d’un siècle après la naissance du concept d’INTERPOL, en 1914, rendre le monde plus sûr suppose de s’inspirer de nouvelles idées pouvant guider les pays dans leurs efforts conjoints pour lutter contre les menaces criminelles en pleine évolution telles que la cybercriminalité.

« Si l’on observe le monde actuel, on voit clairement la rapidité avec laquelle évoluent les technologies, créant un environnement parallèle, virtuel, qui occupe de plus en plus une place centrale dans notre vie quotidienne mais offre aussi aux malfaiteurs des possibilités nouvelles d’exercer leurs activités par-delà les frontières à une vitesse jamais atteinte par le passé et sous couvert d’anonymat », a indiqué le Chef d’INTERPOL.

Ayant été informés que les bases de données mondiales d’INTERPOL ont été consultées un milliard de fois en 2012 par les services chargés de l’application de la loi du monde entier, les participants au séminaire ont également pu prendre conscience que dans la réalité du XXIe siècle, le fait de méconnaître les outils et services d’INTERPOL peut avoir des conséquences extrêmement graves pour la sécurité des citoyens de n’importe lequel des 190 pays membres de l’Organisation. La raison à cela est qu’au final, le succès des services chargés de l’application de la loi du monde entier repose sur la coopération, qui permet d’éviter que les malfaiteurs n’échappent à la justice.

« Le monde dans lequel œuvrent les services chargés de l’application de la loi est en train de changer, et vite. Sa cyberdimension s’accroît de minute en minute, et offre par là même de nouvelles possibilités d’action à ceux qui veulent s’en prendre à des vies innocentes et attaquer nos économies », a déclaré M. Noble.

Dans un souci d’efficacité dans cet environnement en pleine mutation et mettant à profit le rôle prédominant de Singapour en matière de coopération policière ainsi que sa culture de l’innovation et du dynamisme, les pays membres d’INTERPOL ont en 2010 approuvé unanimement la création dans ce pays d’un nouveau Complexe mondial INTERPOL pour l’innovation (CMII) ultramoderne, dédié à la lutte contre la cybercriminalité et à la mise en place de capacités de nouvelle génération pour les services de police du monde entier.

Le CMII représente une étape majeure dans l’évolution d’INTERPOL, et l’un de ses objectifs sera d’aider à combler les disparités au niveau mondial concernant les moyens policiers et les dispositions juridiques dans le domaine de la lutte contre la cybercriminalité.

Le Secrétaire Général d’INTERPOL a indiqué aux participants que la coopération entre les services chargés de l’application de la loi ne permettra pas de résorber facilement les écarts. Compte tenu du manque croissant de ressources, la tâche est extrêmement difficile à assumer pour le seul secteur public, a souligné M. Noble, d’où les initiatives conclues par INTERPOL avec le secteur privé : Kaspersky Labs, Trend Micro et NEC Communications sont quelques-uns des partenaires qui se sont associés avec l’Organisation pour lutter contre la cybercriminalité.

« Nous pensons qu’« innover » est tout à fait la solution d’avenir pour s’adapter aux changements : changements dans l’attribution des fonds publics, dans les nouvelles technologies, dans le mode opératoire des malfaiteurs, et même dans leur façon d’aborder le Web », a conclu M. Noble.

Les hauts responsables singapouriens présents au séminaire étaient notamment : Tan Tee How, Secrétaire permanent, ministère de l’Intérieur ; Khoo Boon Hui, Secrétaire adjoint principal, ministère de l’Intérieur ; Clarence Yeo, Commissaire,Immigrations and Checkpoints Authority ; enfin, Benny Oon, Directeur principal, Division chargée des partenariats et de la coopération internationale, ministère de l’Intérieur.